Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions
Nos actions

Cantonales 2011 : David Cabas contre les pilleurs de la Bretagne

visites
1037

Déclaration de candidature de David Cabas, candidat Solidarité & Progrès aux cantonales 2011 pour le canton de Ploërmel, Morbihan. Son blog de campagne : www.davidcabas.fr


JPEG - 50.3 ko

Ploërmel, le 01/12/2010 – A l’heure où je vous parle, nous assistons à l’effondrement de l’Irlande, après la Grèce et avant le Portugal, l’Espagne et l’Italie, prise d’assaut par des marchés financiers prédateurs. Pourquoi je commence par souligner ce point alors que je me présente aux cantonales ? C’est pour montrer que tout est lié : il n’y a pas d’un côté les scandales locaux, les fermetures d’entreprises, le chômage de masse, et de l’autre la politique économique internationale.

Les gouvernements européens imposent un plan de sauvetage des banques anglaises, allemandes, américaines et françaises en condamnant le peuple irlandais à une austérité destructrice. Dans le même temps, nous voyons François Fillon bloquer les dotations de l’Etat et demander aux collectivités locales de réduire leurs dépenses alors même que de nouvelles compétences leur sont attribuées, augmentant leurs charges sans apports financiers nouveaux.

Le sens de ma candidature, dans ce contexte de trahison avérée des élites, est de donner envie aux citoyens de reprendre leur futur en main autour de nouvelles idées !

Pour cela, il faut évidemment préserver le tissu social et permettre aux départements et aux communes, derniers remparts face à l’austérité, de mener à bien leurs missions. Cela est possible en abrogeant la loi du 3 janvier 1973 et en reprenant une politique de Crédit productif public, émis sur avances de la Banque de France et dirigé vers ces collectivités. Sans cela, dans le système actuel, il n’y a pas d’autre choix qu’entre se serrer la ceinture droite ou la ceinture gauche !

Cette mesure implique la séparation entre banques d’affaires et banques de dépôt, pour que les premières ne viennent pas piller les ressources de l’Etat et l’épargne populaire. Le surplus de la Bretagne est aujourd’hui pompé hors de notre région par les banques et ceux qui, au sein du Club des Trente ou de l’Institut de Locarn, prétendent respecter notre autonomie pour mieux nous voler. Il faut les arrêter ! Les Bolloré ou les Guillemot, dont aujourd’hui 65 % des implantations sont dans des pays à bas coût, nous pillent avec le sourire. Ce que je défends permettrait d’arrêter leur pillage en asséchant la spéculation et en protégeant l’épargne des citoyens, tout en garantissant le financement des petites et moyennes entreprises.

Enfin, au nom du principe fondateur de notre Constitution, qui est d’assurer le gouvernement « du peuple, par le peuple et pour le peuple » (article 2), il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire que Nicolas Sarkozy démissionne. En popularisant l’argent facile au travers des jeux en ligne et en mentant pour protéger ses amis financiers, il a prouvé son immoralité vis-à-vis de ses concitoyens.

La démission de Sarkozy, une réorganisation de notre système bancaire et une remise en marche de nos départements et de nos communes, voilà les trois épées de ma campagne contre une oligarchie financière destructrice. J’ajouterai, pour refonder l’Europe et arracher la Bretagne à une logique mortifère qui nous transformerait en une Floride européenne, ma bataille pour la sortie du système euro, remplacé par un accord entre pays de notre continent pour un développement mutuel de l’Atlantique à la mer de Chine, dont nous serions le cap occidental.

Ce n’est qu’au niveau de nos communes et de notre département que l’on peut lancer ces grandes idées. Compter sur les salons et les couloirs parisiens pour le faire serait comme rêver de faire entrer l’Ankou dans un Club de la Vie !

Cette campagne sera aussi l’occasion de faire connaître aux citoyens de mon canton mon ami et candidat à la présidentielle Jacques Cheminade, qui mène cette même bataille depuis 1995.

Contactez-nous !