Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNos actions
Ce que Nous changeons

Intervention à Nantes : « Socialistes, réveillez-vous ! »

Lundi soir au Zénith de Nantes, le LYM s’est rendu au chevet du PS pour aller chercher ces forces qui y seraient encore vives, après leurs deux campagnes placées sous la bannière du « choix de la défaite ». L’en-tête des 1000 tracts distribués était sans équivoque : « Socialistes, réveillez-vous ! ». L’injonction a provoqué des rires de soulagement chez une partie des 2500 spectateurs, et l’un d’entre eux confiait qu’il avait « mal au cœur » de diffuser les tracts de la campagne PS tellement son parti provoque sa propre défaite. Nous lui avons suggéré de distribuer celui qu’on lui avait mis dans les mains ! Nombreux sont ceux qui s’esclaffaient « Ah ! Cheminade ! Vous êtes encore là ! On vous voit partout. » Parmi eux certains s’en désolaient, mais d’autres s’en réjouissaient. Les réactions les plus vives sont venues des militants les plus fraîchement acquis à la cause du PS, les ségolénistes, qui ne reçoivent aucune réponse à leurs espoirs de la part des dirigeants socialistes. Et leur désarroi était encore plus palpable à la sortie. Car à l’intérieur, Jean-Marc Ayrault a eu beau fustiger « l’oligarchie financière », la musique assourdissante n’a pas suffit à masquer le manque d’enthousiasme d’une salle vide au tiers. Une vingtaine de personnes nous ont laissé leurs coordonnées, surtout intriguées par l’affiche « mettons l’Eurasie en chantier » et le projet qu’ils nous voient développer au fur et à mesure de nos interventions parmi eux et qui, au vu de la situation actuelle, leur paraît de moins en moins farfelu. Ceux-là commencent à se demander s’il n’y a pas un monde en dehors de l’échiquier politique français et le réveil est parfois brutal lorsque Jacques Cheminade les suscite à s’élever à la hauteur de la crise internationale actuelle.

Revivez l’expérience, lisez le tract « Socialistes, réveillez-vous ! »

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 février le monde
en devenir

Don rapide