Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions

La France fière

visites
553

par Rodica Buciumean, militante S&P

 

Il y a deux France : une qui s’effondre, celle des compromis politiques, celle des belles vestes et des belles voitures, et une qui émerge, la France fière, celle du peuple qui lutte pour se sauver. Samedi dernier nous avons rencontré les deux : le matin, nous nous sommes rendus à un évènement officiel pour parler aux élus, le soir nous avons visité la raffinerie de Donges bloquée par les syndicalistes en grève. Aux deux groupes, nous avons distribué le projet de Jacques Cheminade pour sortir de la crise, et auprès des deux nous représentons un potentiel de changement. Pour les premiers, ce sera le déclin s’ils cèdent à leur volonté de réussir aux dépens de peuple, la réalité de la crise les rattrapera. Pour les derniers nous représentons l’espoir, ce que leur mouvement peut devenir s’ils passent à l’étape supérieure, celle des revendications politiques.

Regardons d’abord le monde des élus. C’est celui du Prince Prospero, qui fête le carnaval dans son château alors que la terrible épidémie de  la Mort rouge , décrite par Edgar Alan Poe dans son admirable conte, ravage le peuple. La fête prend ici la forme de discours sur les valeurs de la République, tenus par un envoyé du pouvoir, journaliste, ami proche de Sarkozy. Son propos ? Il ne faut surtout pas penser à la réalité, c’est tellement dérangeant, mais plutôt aux petits plaisirs bidon, comme l’idée d’ajouter au fronton des mairies, à côté du triptyque « liberté, égalité, fraternité », le mot « laïcité »... L’opération réussit. Cette proposition engendre toutes sortes de discussions vicieuses à la sauce fasciste sur l’immigration, les valeurs de la République. Elle permet d’éviter les sujets qui fâchent : ce qui se passe en dehors des murs, la réalité de la crise.

Après, on se délecte avec un petit vin blanc doux.... avant que les envoyés de Dexia, la banque franco-belge renflouée avec l’argent public en 2008, accusée en 2009 d’avoir fait des prêts toxiques aux collectivités, montrent leur réel engagement pour la collectivité, en décernant des rubans à deux maires pour leur action en faveur de la conservation du patrimoine des communes. On passe ensuite un agréable moment dans le restaurant de l’enceinte. Les discussions tournent autour des vins, de la Roumanie, de tout ce que vous voulez et qui vous fait plaisir.

Si le droit de parole nous est refusé, car nous venons de l’extérieur, nous pouvons quand même aborder les élus en tête-à tête. En réalité, notre présence silencieuse est très forte. Imaginez-vous : on vous reçoit cordialement, tout est agréable, jusqu’au moment où vous touchez le sujet : la crise et Jacques Cheminade. A ce moment, la réaction émotionnelle se déclenche : changement de voix, pâleur, frissons, parfois même fuite subite. Maman leur a pris le joujou. Heureusement qu’il y a des exceptions !

Dans l’autre monde, à Donges, vous avez la France fière. Il ne fait pas très chaud, mais ceux qui bloquent la raffinerie résistent dehors depuis des jours. C’est le visage de la France noble, la France profonde. Il y a un air de sobriété et de fierté des combats historiques menés pour la République qui se sont invités ici : les photos des grèves du début du siècle passé sont affichées sur les murs. Il y a aussi la foi dans la lettre écrite : ils exposent la profession de foi de Sarkozy où il promet de ne pas prolonger l’âge de départ à la retraite. Le peuple n’accepte pas d’être trompé à ce point.

Des Français de toutes les catégories viennent ici pour exprimer leur soutien au mouvement des travailleurs de Donges. Une jeune professeure leur remet une enveloppe d’argent collecté dans son école et leur souhaite du courage. Nulle part ailleurs en France je n’ai trouvé cette qualité d’émotion. Tous ont conscience que l’heure est grave, qu’ils représentent la nation française, qu’une minorité peut être plus légitime qu’une majorité lâche et sans principes, et que l’histoire se fait ici et maintenant. Nous trouvons du répondant chez nos interlocuteurs : ils ont besoin d’un projet politique concret qui leur donne un avenir. Ils écoutent attentivement ce qu’on leur dit, ils sont d’accord que l’avenir du combat, c’est d’être délivrés de cette dictature financière dont ils sont conscients. L’expérience des derniers jours leur a ouvert les yeux sur le contrôle médiatique en France et sur l’omniprésence de l’Etat policier dont ils ont pu constater les provocations. Leurs yeux s’illuminent quand je leur parle du combat légitime que nous menons aux côtés de la population américaine contre le régime d’Obama, ils sont friands de lire le journal, d’en savoir plus.

En arrière-plan on joue du Noir Désir. Si nous luttons pour de grands projets et des idées, nous avons besoin d’une renaissance culturelle, d’une culture qui n’excite pas seulement les sentiments, mais qui éduque en nous l’organe de l’humanité, la raison. Ainsi nous ne nous laisserons plus détourner de notre mission, nous trouverons la détermination pour lutter pour des choses qui n’existent pas encore, qui semblent impossibles. Cette culture est ce qui manque dans ce mouvement de grève. Schiller, le poète allemand, disait à propos de la Révolution française qu’un grand moment avait rencontré un peuple petit. Ne répétons pas l’histoire. Notre pessimisme, notre petitesse sont une corruption de l’âme créée par le libéralisme britannique. C’est pour faire face à cela que nos militants ont essayé de féconder les grévistes avec les idées de Jaurès, car la détermination de certains Français traverse parfois leur mort et nous responsabilise.

La France fière arrivera-t-elle à gagner ? Faisons tout pour que cela devienne une réalité !

Contactez-nous !