Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Nos actions
Actions

Message d’un militant de Rouen :
La lutte pour la dignité

visites
1412
commentaires

La lutte pour la dignité

par Serge Binder, militant à Solidarité et Progrès

En Haute-Normandie, la liste des fermetures d’entreprises, suppressions de postes et licenciements secs n’arrête pas de s’allonger inexorablement : 1470 intérimaires renvoyés chez eux en 2008 à Renault Cléon ; les 280 salariés de Johnson Control à Grand-Quevilly apprennent en 10 minutes la fermeture de leur entreprise ; chez Autoliv à Gournay-en-Bray, 140 départs d’ici le mois prochain ; chez Timken à Maromme, 58 licenciements ; chez ICI Paints, racheté par son concurrent Akzo Nobel, les 135 salariés devront, d’ici mai 2010, déménager à 140 kilomètres ou dégager ; au Petit-Quevilly, menace sur l’emploi pour les 290 salariés du site d’Areva en passe d’être vendu ; fermeture du fournisseur de matériel électrique Rexel près de Rouen, 77 emplois en moins ; chez le fournisseur de matériel pour l’industrie et le bâtiment Descourt et Cabaud, 30 postes ont été supprimés en un an ; 55 suppressions de postes à Thorn Europhane aux Andelys, et 50 autres chez Ashlane Avebene à St-Pierre-la-Garenne ; 798 licenciements prévus sur 4 ans chez Glaxo Smith Kline à Evreux ; 250 chez Tyco à Val-de-Reuil, 30 autres emplois supprimés chez Milton Roy à Pont-Saint-Pierre dans la vallée de l’Andelle, 8 postes en moins chez Valeo à Gisors, 268 licenciements prévus sur le site Total de Gonfreville-l’Orcher, 80 employés licenciés du centre d’appel des 3 Suisses de St-Etienne-du-Rouvray ( où travaillait ma femme), fermé pour cause de restructuration ; fermeture d’une des deux chaudières de la papeterie M’REAL, dans l’Eure, où 80 millions d’euros sont nécessaires pour la remettre en état, donc avec menace de suppressions de postes…la liste est interminable.

Face à ces dramatiques coupes sombres, « la détresse est bien plus grande qu’avant », estime Me Jessy Levy, avocate au barreau de Rouen depuis 15 ans et spécialiste du conseil aux salariés licenciés confrontés à un PSE (Plan de « sauvegarde » de l’emploi !), car, déplore-t-elle, « les durées d’indemnisation chômage n’ont pas cessé de diminuer ces dernières années », et « si la crise perdure, que vont devenir ces gens-là ? », s’interroge-t-elle.
Après le choc déstabilisant de la perte d’emploi, de la désocialisation, de l’isolement, les chômeurs redressent la tête et s’organisent, car quand on se regroupe, on retrouve ses repères d’avant, on se sent compris, on retrouve sa dignité. C’est ce que j’ai pu voir lundi 23 novembre sur le parcours de la marche des chômeurs, entre la place Gabriel Péri et l’ancienne Mairie, à Grand-Quevilly, où chacun a pu se réchauffer avec un petit café après le discours chaleureux des organisateurs, tandis que je distribuais mes tracts « A la colère qui vient ». Cette marche des chômeurs va converger le 5 décembre à Paris en provenance de toutes les régions de France.

Mais il ne suffit pas de se faire entendre, il faut se faire entendre puissamment, comme un raz-de-marée, à la mesure de cette crise et de cette société qui nous jette à la figure sa conception de l’Homme, un rouage tout juste bon à faire de l’argent et qu’on jette avec arrogance dès qu’il ne sert plus.

Ce monde qui détruit les hommes est en perdition et va disparaître aussi sûrement qu’ont disparu les plus grands empires du passé, et nous devons déployer toute notre énergie pour nous protéger des dégâts qu’il cherchera à nous infliger en sombrant.

C’est ce que je m’efforce de faire à Rouen en faisant connaître partout autour de moi un mouvement héritier des plus grandes traditions de l’Humanisme révolutionnaire à travers les âges, dont le but est «  d’élever à la dignité d’homme chaque individu de l’espèce humaine ». En reprenant ces traditions, ils ont mis au point des outils d’analyse économique originaux qui leur ont permis de prévoir cette crise longtemps avant qu’elle n’arrive, et ont élaboré des solutions puissantes et immédiatement applicables à l’échelle de la planète pour construire un monde où chacun trouvera la place qui lui convient et où l’argent deviendra, sous un puissant contrôle citoyen, un outil au service de l’homme et non plus son bourreau.

Voir les 2 commentaires

  • balduzzi • 07/12/2009 - 17:28

    bonjour,Au sujet d’atteinte à la dignité
    je souhaite vous remercier pour votre article aussi je souhaiterai vous apporter une information , une denonciation.J’ai signé un protocole d’accord qui devrait me tenir au secret mais sachez que je ne gènerai aucunement et assume parfaitement mes propos.J’ai été victime de harcèlement moral dans une entreprise dont le patron est un vrai pervers narcissique. On peut dire qu’apres 9 mois d’arret et une mauvaise negociation (car trop affaiblie pour attaquer)j’ai pu quitter l’entreprise mais d’autres personnes ont vecu et vivent encore le même calvaire( une ancienne salariée à failli y laisser sa peau et aujourd’hui doit se declarer travailleur handicapée, elle suit encore aujourd’hui une terapie de groupe, sa vie est anéanti..d’autres son partis après plusieurs mois de depressions, certains sont devenus alcoliques, etc... Nous avons été plusieurs à denoncer les abus auprès de l’inspection du travail du havre avec des temoignages écrits. le controleur monsieur Grillon a monté un dossier et a fait appel au procureur.Sachez que nous avons eu une réponse de la part du procureur : que ce patron la (J.AMOYAL) était un notable et qu’on ne touche pas aux notables..Voilà, aujourd’hui ce monstre continue à maltraiter ses salariés, ces derniers sont complètement vampirisés et ne pourrons je pense pour certain jamais travailler ailleur.
    Alors que faire ??

    cordialement

    • serge Binder • 17/12/2009 - 14:36

      Bonjour,

      Un notable est 2 fois plus coupable qu’un autre , d’abord comme être humain qui renie sa condition d’humain, puis qui profite de sa position pour violer l’intégrité morale d’une personne humaine.Il y a des lois pour sanctionner
      cela, et c’est la peur de la victime qui constitue la force de l’oppresseur .

      Allez voir ce site : http://www.dossierfamilial.com/emploi/droits-demarches/harcelement-moral-que-faire,575

      Bon courage, tenez moi au courant, vous pouvez avoir mon n° de portable en tel au 01 76 69 14 50
      serge Binder

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide