Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 21 janvier - Pour LaRouche, le Président Trump « n’a pas encore des principes très clairs... » Lire Flash : 21 janvier - Jacques Cheminade expose son projet éducatif devant le Syndicat général des lycéens (SGL) Lire Flash : 21 janvier - Le fondateur d’Alibaba parlant aux Américains : « vous avez trop dépensé pour vos banques et vos guerres ! » Lire
AccueilNos actions
Actions

Réchauffement climatique : ils ont osé douter !

visites
683
commentaire

Par Chérine Sultan, LYM Rennes

J’ai pour vous des nouvelles plus enthousiasmantes que le dernier film sur la fin du monde ! S’il y a quelques semaines, on pouvait encore croire que le déni de réalité perdurait dans les débats publics et les médias, il semble que la remise en question des croyances s’élargisse au-delà du domaine monétaire, comme quoi un train peut en cacher un autre.

On a ainsi pu assister à une conférence organisée par le Kiosque citoyen, dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Rennes : « Le réchauffement global : mythe ou réalité ? » avec Jacques Comby (professeur à l’université Lyon III) et Serge Galam (physicien, théoricien du désordre et fondateur de la sociophysique à l’Ecole polytechnique).

Pour les orateurs, il s’agit de reconsidérer un scénario catastrophique réducteur, « un consensus inexistant » (notamment celui du GIEC), ainsi qu’une utilisation abusive des modèles de prévisions scientifiques, incapable de tout expliquer. Le contexte étant que la climatologie en est à ses « balbutiements », on peut dire que « quelque chose sonne faux », à la fois scientifiquement : « Comment peut-on aboutir à des faits objectifs avec tant de variabilités dans un système extrêmement complexe ? », et éthiquement : « Face à une seule cause – le CO2 – une solution unique, l’obligation d’adopter un nouvel ordre économique basé sur la frugalité et le partage ».

Comme alternative, Jacques Comby propose une « analyse dynamique », et pour Serge Galam, « ce qui compte, c’est la preuve, pas le nombre de signatures en bas du rapport ». Les intervenants sont moralement impliqués dans la recherche de la vérité et n’hésitent donc pas à aller à contre-courant pour bousculer les consciences. « La science ne se fait pas par consensus, ni par majorité », tiennent-ils à souligner. C’est à ce niveau-là du débat que nous avons eu droit cette semaine, et il continuera, pour peu que d’autres le fassent vivre.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide