Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions

Réforme bancaire : écrivez d’urgence à votre député !

visites
3485

Mise à jour : Merci au mille personnes qui ont interpellé leur député ; hélas, la réforme a été adoptée en première lecture le 19 février. Si vous êtes outrés par l’attitude de nos représentants, eh bien engagez-vous plus avant dans le combat politique avec nous !


La réforme bancaire est discutée à l’Assemblée nationale les 12, 13 et 14 février en séance publique ; donnez votre consigne de vote à votre député en lui envoyant la lettre ci-dessous via le formulaire d’envoi :

(Tout est automatisé ; vous n’avez qu’à remplir les champs et sélectionner votre circonscription. Vos nom, prénom et ville apparaîtront automatiquement comme expéditeur)

Objet : Pas de réforme bancaire sans Glass-Steagall !

À l’attention de M./Mme [Nom et prénom du député],

Monsieur le Député / Madame la Députée,

Le projet de loi de réforme bancaire qui est soumis à votre vote n’est qu’un simulacre et ne change rien au système nous ayant conduit à la crise. Seule une séparation stricte entre banque de dépôt et de crédit d’une part, et banque d’affaires et de marché de l’autre, est en mesure d’assurer l’intégrité de la banque traditionnelle face au risque systémique que représente une finance de marché hypertrophiée.

Je vous appelle à rejeter la réforme Moscovici en votant non, et à apporter votre soutien à la séparation stricte en soutenant tout amendement ou proposition y faisant explicitement référence (Amendements n°142, 178, 202 et 343). Si l’on ne sépare pas les banques aujourd’hui, il faudra de toute façon le faire demain : ne remettez pas la décision à plus tard. Car plus tard, ce pourrait bien être trop tard.

Reprendre le contrôle du système bancaire et de l’émission de crédit est une étape capitale pour envisager une relance.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Député / Madame la Députée, l’assurance de ma sincère considération.

[Mon nom et prénom (Ma ville)]

Contactez-nous !