Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions
Brèves

Université d’été du Front de Gauche à Grenoble : ambitieux, mais si mal équipés !

visites
847

Par notre envoyé spécial, Cyprien Godinot

« Cheminade… c’est intéressant ce qu’il disait sur la finance », « Nos luttes se rejoignent, notamment par rapport au combat contre les banques »... Voilà quelques-unes des réactions des sympathisants du Front de Gauche (FdG), que nous avons entendues lors de notre intervention sur leur université d’été, le dimanche 26 août près de Grenoble.

Bref, au Front de Gauche, les constats sont plus vifs et les solutions plus tranchantes que ce que se racontaient les socialistes au même moment à La Rochelle.

Donc, oui, des passerelles peuvent exister entre leur action et la nôtre... Idée confirmée en lisant quelques extraits de leur programme présidentiel, L’humain d’abord : « Nous voulons élargir à toute la société les possibilités d’accès aux formes les plus élaborées du savoir scientifique et permettre à tout(e) étudiant(e) d’aller au bout de ses possibilités », ou encore : « Notre choix de civilisation repose sur la capacité de la personne humaine à penser, agir, s’émouvoir. La confrontation aux arts, aux sciences, à la réflexion permet de devenir un citoyen éclairé, exigeant et ouvert. »

Il est donc gênant que les orateurs que nous avons pu écouter, pourtant si incisifs contre l’oligarchie financière, acceptent de se battre sur son terrain : dénonciation de la surexploitation des matières premières, réchauffement du climat, ressources limitées... ...

Car en effet, comme depuis toujours, la haine du progrès et de la croissance démographique nous vient tout droit de l’élite financière britannique, terre où un certain pasteur donna son nom au malthusianisme, et de ses alliés aux Etats-Unis. Le WWF n’est que le dernier avatar de cette idéologie décroissante. Pour défendre leur ambitieux projet, il faudra bien jeter aux orties l’idéologie démobilisante des écologistes, et certains de ces militants sont bien d’accord avec nous là-dessus. Il serait aussi bien dommage que le 1984 d’Orwell et les minutes de la haine auxquelles nous avons assisté soient la seule alternative au 1984 de l’ère Mitterrand.

Il y a une autre partie de l’homme qui peut être touchée pour inspirer et mobiliser les masses. Dénoncer l’ennemi bien sûr, mais devant le défi de reconstruire l’économie mondiale, nous devrons aller plus loin et redonner sa place à la capacité humaine de découvrir, de créer et de produire. Sans cela nous serons tous condamnés au même agenda malthusien qu’ont adopté « les libéraux », dont le FdG expose si bien le cynisme. A l’un de nos militants défendant le progrès permettant d’accueillir plus de gens sur terre, une jeune femme répond : « Mais tu ne crois pas qu’il y en a assez comme ça qui meurent de faim ? »

Mais si, justement. En distribuant à tous l’appel à rétablir la loi Glass-Steagall, « la séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement » que le FdG a mis dans son programme, sans pour autant en faire son cheval de bataille, nous insistons donc à fond sur la politique de grands travaux et de progrès que cette loi rendrait possible. L’argument fait mouche chez cette sympathisante fascinée par ce que représente pour l’Homme le robot martien Curiosity.

Mais... « Ah ! vous défendez le nucléaire ? », dit-elle les yeux écarquillés, mi craintifs, mi curieux. Les plus militants connaissent notre défense inconditionnelle de l’industrie, de la science et du progrès. Et si nous ne sommes pas accueillis par tous avec des fleurs, beaucoup sont intéressés de nous voir mener cette bataille avec tant d’acharnement.

Alors certes, nous les avons vus boire les paroles du chef et répéter avec lui ses slogans sympathiques, bien qu’ils semblent avoir du mal à se l’avouer. « Méluche n’est pas le leader, c’est un orateur », nous glissait une militante, se voulant rassurante. Mais heureusement, nous savons que face au danger, face aux manœuvres de déstabilisation du Moyen-Orient dont on commence à parler, aux mensonges qui justifient le « pacte budgétaire » (TSCG), il y a aussi, au Front de Gauche, ceux qui veulent vraiment trancher, inspirer, et mener bataille pour infliger à l’oligarchie une défaite bien méritée.

Ceux-là, nous les retrouverons naturellement sur le même front.

Contactez-nous !