Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions

Dette grecque et BRICS : S&P à la rencontre des Rouennais

visites
646
JPEG - 57.5 ko

Article paru dans le quotidien Paris Normandie du 20 juillet 2015.


Le parti de Cheminade en campagne sur le thème de la dette grecque

C’est un autre tour de France, celui des idées de « Solidarité et progrès », qui a fait escale ce week-end près du Socrate et place Saint-Marc, dimanche matin. Alors que le débat sur l’avenir de la Grèce est loin d’être clos, le parti fondé en 1996 par Jacques Cheminade a de quoi donner du grain à moudre.

Accompagné de deux jeunes militants, Sébastien Périmony, vice-président du mouvement et coordinateur des actions rouennaises, avoue que le contexte est favorable tout en distribuant le bimensuel Nouvelle Solidarité. « Même le FMI reconnaît que le nouveau plan d’austérité ne peut pas fonctionner ! », assène le quadra, qui prépare le terrain pour la venue à Rouen à l’automne de l’ex-candidat à la présidentielle (en 1995 et 2012) difficile à classer dans le paysage politique.

Son parti, certes petit (un millier de militants actifs), n’a pas l’écho des grands médias et c’est donc sur le terrain des idées et du long terme qu’il se positionne. Le problème c’est justement « le diktat du court terme et la prédation financière », selon Jacques Cheminade.

Le leader n’hésite pas à qualifier de « tortionnaires » les signataires de l’accord sur la Grèce :

Il est illégitime, il impose des conditions d’austérité encore plus sévères. Était ce la seule solution ? Après-guerre, on a bien annulé 53 % de la dette allemande ! Faisons une conférence pour déterminer quelle partie de la dette est illégitime.

Contactez-nous !