www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Nos actions >Agriculture

L’agriculture doit retrouver sa place

875 visites | 2 commentaires

Tract distribué au Salon de l’Agriculture à Paris, à partir du 22 février.

PDF - 857.7 ko

Tous les deux jours, un agriculteur se suicide en France. Le travail humain n’est plus respecté. Sans prétendre résoudre tous les problèmes, Solidarité & Progrès défend les six principes suivants :

  1. Il faudra multiplier par deux la production agricole mondiale d’ici à 2050 si l’on veut réellement nourrir dignement 9 à 10 milliards d’êtres humains. L’agriculture productive reste donc un métier d’avenir et un atout majeur pour la France, à condition de ne pas être soumise à un impératif de pillage financier et de rendement à tout prix.
  2. L’agriculture doit être à l’abri des soubresauts des marchés spéculatifs. Il s’agit de protéger les agriculteurs contre les baisses de prix et les consommateurs contre les hausses. Agriculteurs et consommateurs n’ont pas des intérêts opposés, ce sont les spéculateurs financiers et les intermédiaires qui exercent des monopoles destructeurs. Parmi d’autres mesures, promouvoir les circuits courts qui permettent de réduire ces intermédiaires est une bonne approche. Nous disons non à un démantèlement libéral « vert » de la PAC. Non à des prix manipulés par les marchés ! C’est par un accord commun entre Etats, consommateurs et producteurs que de justes prix doivent être fixés.
  3. La politique agricole commune (PAC) n’est pas « trop coûteuse », comme le prétendent les libéraux. Pour 100 € par an, elle offre une sécurité alimentaire à chaque Européen. Il faut donc la défendre en la recentrant sur des productions de qualité. La PAC peut nourrir 500 millions d’Européens et au-delà, exporter ce qu’elle produit de meilleur et de plus rentable à long terme, sans pour autant provoquer la ruine des producteurs d’autres continents.
  4. La fin programmée des quotas laitiers n’est qu’un symbole d’une dérégulation destructrice généralisée. Elle favorisera des unités géantes du type « Ferme des mille vaches » au détriment des PME familiales.
  5. Au niveau européen, nous demandons l’application de la préférence communautaire et la réorganisation complète du statut de travailleur détaché, une politique qui fausse la concurrence au sein de l’UE et jette les peuples les uns contre les autres. C’est, notamment, ce qui permet à l’agro-business allemand de payer mal et au lance-pierre les travailleurs venant d’Europe de l’Est.
  6. Le système financier et monétaire international, sous l’emprise des banques conglomérats, détruit les économies et s’effondre en promouvant le libre-échange et le court terme. C’est pourquoi il faut en changer pour que l’argent revienne au travail et à la production. Nous devons par ailleurs nous féliciter que l’Ukraine ait suspendu son projet de libre-échange avec l’UE. En l’état, ce projet aurait ruiné aussi bien l’Ukraine que la France au profit de sociétés transnationales peu soucieuses de la production et des consommateurs. Des sociétés financières se précipitent déjà sur le sol ukrainien pour exporter vers l’UE, au détriment des agriculteurs ukrainiens perdant leur emploi et des Français soumis au dumping.

Le grand marché transatlantique, dont François Hollande veut accélérer la mise en place, représente les mêmes dangers et doit être combattu.

Au niveau français, nous demandons de couper les banques en deux – en premier lieu le Crédit agricole pour qu’il puisse revenir à sa vraie mission – sans attendre que leur faillite désordonnée ne ruine durablement l’économie productive et les populations qui en dépendent. Nous exigeons que la loi d’avenir pour l’agriculture lui redonne la place qui lui revient, dans l’intérêt des agriculteurs et de la France, au lieu d’organiser « en douceur » son étouffement.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 11 mars 2014 à 18:55
    par YvesGilbert

    100 € / an c’est moins de 1% des 13 000€ que dépense un foyer modeste chaque année. C’est certainement une très bonne assurance. S’il y a à regretter la faiblesse des contrôles, ils restent parmi les meilleurs comparés au reste du monde hors CEE.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2014 à 19:01
    par YvesGilbert

    Ukraine : nos multinationales y pillent les productions agricoles ; les chinois y raflent des superficies agricoles, comme il le font en RDC.
    L’avenir n’est pas rose pour les terres noires et les agriculteurs, du moins tant qu’on reste dans la mondialisation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet