Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique

DSK : nous préférons ne pas

visites
3886
commentaires

A quelques jours de l’Université d’été socialiste à la Rochelle, Solidarité & Progrès publie cet article en espérant que le PS retrouve sa gauche.


Par Z. Marcas


« I would prefer not to » (je préférerais ne pas)
Bartleby the scrivener, a Wall Street story (Herman Melville)



Bartleby, le héros de la nouvelle de Melville, oppose à un gnome de Wall Street son refus obstiné d’accomplir les travaux qu’il lui demande. De même, il est impératif que nous écartions, avec la même obstination, la candidature de Dominique Strauss-Kahn à la présidence de la République.

DSK constitue en effet la nouvelle référence des conglomérats financiers internationaux. Affirmant à qui veut l’entendre que « la mondialisation est une chance … », ayant soutenu la Constitution européenne en 2005, après avoir contribué à mettre le système financier français sous les fourches caudines du monétarisme, privatisant à tout va lorsqu’il était ministre, appliquant aujourd’hui à des pays européens, en tant que directeur du Fonds monétaire international (FMI), le régime d’austérité auparavant réservé aux pays du tiers monde, il a le parfait profil du Tony Blair français. Dans des circonstances beaucoup plus graves : dans la crise finale du système de capital fictif dans laquelle nous sommes plongés, il serait encore plus aberrant de suivre les pas d’un homme qui, sous l’étiquette socialiste, renie tout ce pour quoi Jaurès et Blum combattirent.

Reprenons une à une les contributions politiques de l’ex-maire de Sarcelles.

La période ministérielle

Ministre délégué à l’Industrie et au Commerce extérieur dans le gouvernement Cresson du 17 mai 1991 au 2 avril 1992, poste qu’il conservera dans le gouvernement Bérégovoy du 3 avril 1992 au 29 mars 1993, Dominique Strauss-Kahn devient le ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie du gouvernement Jospin entre le 4 juin 1997 et le 2 novembre 1999, où, mis en cause dans des affaires judiciaires, il décide de démissionner avant d’être finalement mis hors de cause.

Entre 1991 et 1993, il est l’un des principaux acteurs de la politique sociale-libérale des derniers gouvernements socialistes de François Mitterrand, au cours d’une période féconde en scandales du monde de l’argent. C’est à cette époque que la Caisse des dépôts commence à se comporter comme une banque de marché, ouvrant en 1997 sa filiale CDC-Marchés à Londres, avec une gestion pour compte propre, puis logeant en 2000 l’ensemble de ses activités bancaires dans sa filiale Ixis. Il se crée au cours de ces années une véritable « coopérative de golden boys » sur le flanc de la Caisse, pratiquant une culture de « coups » sur les produits dérivés et structurés les plus spéculatifs. C’est lors de la prise de contrôle de 50 % du capital d’Ixis par les Caisses d’épargne, en 2001, que le phénomène spéculatif s’aggrave, avec une équipe d’Ixis travaillant seule et sans contrôle à New York, multipliant les opérations dans la titrisation des produits immobiliers (subprime) et plus généralement sur tous les crédits structurés les plus risqués. Lorsque les Caisses d’épargne prennent le contrôle total d’Ixis, en 2004, ses « traders doués » multiplient leurs spéculations sur les « produits complexes et sophistiqués » qui ont fait leur réputation. Finalement, le 8 décembre 2006, l’Ecureuil apportant Ixis et les Banques populaires Natexis, leur filiale commune est introduite en Bourse sous le nom de Natixis, une nouvelle banque universelle spécialisée dans les investissements. Lancée au cours de 19,85 euros, l’opération s’avère une catastrophe, en particulier pour les petits porteurs, qui perdent pratiquement tout lorsque le cours de l’action tombe à 0,80 euro, pour « rebondir » finalement, grâce à 2 puis 5 milliards d’euros (donc 7 au total) injectés par l’Etat dans le nouveau couple Banques populaires-Caisses d’épargne (BPCE) et à l’entregent d’un sarkozyste, ancien de la Banque Rothschild et ayant pris la direction de la nouvelle entité, François Pérol. De plus, la BPCE doit accorder sa garantie quasi-totale aux 35 milliards d’euros « d’actifs à risque » cantonnés par Natixis dans une structure ad hoc. Perdants ? Outre les petits porteurs, la BPCE, qui aurait dû drainer l’épargne populaire vers le logement social ou des activités économiquement utiles, et qui se retrouve avec un boulet au pied.

Cette catastrophe peut-elle être mise sur le compte de Dominique Strauss-Kahn ? Oui, par sa participation initiale à la culture du jeu du capitalisme financier. Non, dans l’exécution, encore qu’on trouve au premier rang des exécutants, à gauche comme à droite, d’anciens de son cabinet ou des proches. Ainsi Charles Milhaud, qui a pris la tête du Centre national des caisses d’épargne et de prévoyance en février 1999, doit à Dominique Strauss-Kahn la création du groupe des Caisses d’épargne, car il a fait voter par les députés la loi « Epargne et sécurité financière ». Ensuite, DSK ayant dû se retirer, c’est son collaborateur Matthieu Pigasse qui prend les choses en main. Resté à Bercy jusqu’en 2002, il aide Milhaud à prendre le contrôle de 50 % d’Ixis, puis, étant rentré à la banque Lazard, il permet aux Caisses de devenir actionnaires de la célèbre banque d’affaires et de s’introduire en Bourse.

C’est ainsi que des institutions irriguant l’économie ou orientant l’épargne populaire vers des activités sociales, se trouvent transformées progressivement en requins des marchés pour finalement s’effondrer en raison de leurs engagements à New York et à Londres. Nous devons encore mentionner ici le nom de Stéphane Richard, membre du cabinet de DSK en 1991, imposé à la tête de la Compagnie générale d’immobilier et de services (CGIS) qui a repris les actifs de la Sari dans le scandale de La Défense, avant d’entrer à Nexity où il fait fortune grâce à des LBO, puis devenu directeur général de Connex-Veolia Transport en 2003, directeur de cabinet de Christine Lagarde à partir de l’été 2007 puis dirigeant aujourd’hui France Télécom. Ajoutons en passant que dans ce monde incestueux, la CGIS a fait travailler occasionnellement un avocat du cabinet Arnaud Claude, un certain Nicolas Sarkozy.

JPEG - 12.6 ko
(No comment)

Justement, comme lui, DSK a exercé le métier d’avocat d’affaires, mélangeant les genres, entre 1993 et 1995, au sein du cabinet DSK Consultants. En même temps, en 1994, il participe à la création du Cercle de l’Industrie, au sein duquel il côtoie une trentaine de dirigeants des plus grandes entreprises françaises et mène ses consultations privées d’avocat d’affaires. Il participe ainsi à la montée de cette corporation, comme aux Etats-Unis ou en Angleterre, qui se substitue à celle des énarques ou, plutôt, entame avec elle un cousinage intéressé. DSK fait alors engager sa secrétaire par Elf Aquitaine International, emploi fictif caractérisé.

Rappelons aussi que c’est DSK qui a organisé la privatisation de l’Aérospatiale, jouant un rôle clé dans la fusion avec Matra en 1998, puis l’année suivante dans la création d’EADS. C’est en grande partie grâce à lui que Jean-Luc Lagardère, partant de l’acteur mineur de l’industrie aérospatiale qu’était Matra, pourra rassembler autour de lui le mastodonte Aérospatiale. Arnaud Lagardère lui repassera les plats (cf. ci-dessous).

Vers la conquête du pouvoir ?

Le 28 septembre 2007, fortement recommandé par Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn est nommé à la tête du Fonds monétaire international (FMI). Il prétend en réformer la démarche, mais impose en fait à des pays européens comme la Grèce, la Hongrie ou la Roumanie la même austérité implacable et destructrice que subissaient auparavant les pays du tiers-monde : baisse des salaires et des retraites, coupes claires dans la fonction publique et les investissements sociaux, privatisations systématiques, bref tout ce qu’ont eu à endurer l’Argentine ou les pays africains sous la loi du consensus de Washington.

Là, DSK se trouve en position d’attente. Il gagne 420 930 dollars par an, plus une dotation de 73 350 dollars, le tout net d’impôts, plus la couverture de divers frais. Sans vouloir faire de démagogie populiste, comme le dirait DSK lui-même, on peut quand même s’étonner que dans de telles circonstances, à un journaliste de Paris Match qui lui demandait : « Peut-on encore être socialiste en possédant un appartement place des Vosges, un riad à Marrakech et un salaire de près de 500 000 dollars ? », il ait répondu : « Si j’aimais l’argent, j’aurais choisi un autre métier où je gagnerais peut-être des millions […] Mais il n’y a qu’en France que l’on connaisse ce complexe vis-à-vis de l’argent ». Peut-être pourrait-on lui conseiller de rester dans un pays qu’il juge plus compréhensif que le nôtre ?

Le plus grave n’est cependant pas là. C’est que, à l’image de Nicolas Sarkozy, qui a constitué une mafia de proches se surnommant elle-même « la firme », il ait réuni autour de lui un groupe de fidèles qui se fait appeler « le gang ». Ce groupe, comme son chef, se déclare non tenu par le programme du Parti socialiste. Ainsi, dans La Flamme et la Cendre (2002), DSK envisage l’ouverture du capital d’EDF, ce que son parti refusait à juste titre et que la droite a réalisé…

L’on trouve notamment en soutien à son action, comme il en bénéficia lors de ses malheurs personnels au FMI, l’agence de communication Euro RSCG. Son PDG Stéphane Fouks protège l’image de DSK et travaille avec l’équipe strausskahnienne, tout en ayant des liens étroits avec des personnalités de droite, comme Benoist Apparu, Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand. Dans son carnet d’adresses figure également le très démocratique président du Cameroun, Paul Biya, ou Ehud Barak, le ministre de la Défense israélien. Il entretient les meilleures relations avec le visiteur du soir de Nicolas Sarkozy, le libéral pro-britannique Alain Minc, ainsi qu’avec Alain Bauer, Michel Pébereau et Manuel Valls : « Une maille à droite, une maille à gauche », mais toujours du côté de la finance.

Dans cette constellation, Gilles Finchelstein, spécialiste des études d’opinion à Euro RSCG, Anne Hammel, ancienne attachée de presse de DSK, embauchée à Euro RSCG après la présidentielle de 2007 et actuellement chargée des relations de presse du FMI, et Ramzy Khiroum, qui organise les sorties médiatiques de DSK et fut consultant occasionnel d’Euro RSCG, jouent un rôle moteur. Khiroum est aussi porte-parole du groupe Lagardère : DSK partage donc, juste retour d’ascenseur (cf. plus haut), le même communiquant avec Arnaud Lagardère, qui fut très proche de… Nicolas Sarkozy.

Mentionnons enfin le rôle majeur de Matthieu Pigasse, qui dirige Lazard frères, est propriétaire des Inrockuptibles et a acquis pratiquement le contrôle du Monde avec Pierre Bergé et Xavier Niel, fondateur de Free et argentier de Mediapart et de Bakchich. C’est le fameux groupe « BNP », en qui l’on voit les aménageurs de la piste de décollage de DSK – ou plutôt d’atterrissage, retour de Washington.

Dans ce contexte, nous ne nous étonnerons pas que DSK, tout comme Nicolas Sarkozy a jeté à la rivière les belles envolées de son discours de Toulon sur « la fin du capitalisme financier », ait abandonné ses réflexions sur un « socialisme de la production » incompatible avec ses accointances et ses réseaux.

En conclusion, à ce moment de l’histoire où il nous faut un président de la République capable de faire face à la tempête, de tenir en respect les forces du fascisme financier qui se met en place dans le monde et de défendre de grands projets de développement économique mutuel à l’échelle de l’Europe, de l’Eurasie et du monde, DSK nous apparaît pour le moins ailleurs. En tout cas, on ne peut lui faire aucune confiance pour relever le défi majeur : combattre l’ordre de la City et de Wall Street et changer la donne. C’est pour cela que nous ne le préférons plutôt pas.

Voir les 22 commentaires

  • cavalier_orange • 25/08/2010 - 16:26

    Très bon article mais vous avez oublié de mentionner les pays baltes dans l’article...Qui sont fortement touchés par les mesures d’austérités sociales imposées par le FMI donc DSK. Si le PS ne fait pas rapidement le ménage, il nous rappellera que dans le sigle NAZI, il y a socialiste...

    Répondre à ce message

  • Asse42 • 25/08/2010 - 16:19

    Merci pour ce brillant compte-rendu de l’action politique de DSK, que je me suis permis d’intégrer à mon billet : DSK pour la gauche !!!??

    Répondre à ce message

  • sousou • 20/08/2010 - 19:26

    • Guise • 21/08/2010 - 13:21

      Il ne manquent ni talents ni intelligences chez S+P . Helas des premices fausses peuvent trés bien fonctionner dans un systeme en apparence coherent.

      N’avez vous pas noté qu’il est plus aisé d’eduquer 1 ou quelques personnes plutôt que 50 millions ?

      N’avez vous toujours pas vu que le mal c’est la République ? Votre ideologie qui puise sa substance dans la Revolution est au coeur même de votre incapacité à changer l’ordre des choses.
      Dommage .

    • ? • 24/08/2010 - 00:21

      Il était plus facile d’éduquer un Roi qu’une soixantaine de millions d’abrutis qui passent trop de temps devant une télévision entièrement aux mains de l’oligarchie.

    • guise • 24/08/2010 - 12:33

      Évidemment dites vous VRAI . Les militants courageux de S+P sont prisonniers du democratisme. Leur vision ( celle de LL en fait ) correspond à un modèle Républicain, et ni les crises , ni les tentatives d’instruire le peuple ne pourront renverser l’individualisme au cœur du Systeme. Ils en sont bien conscients pourtant . C’est pourquoi pour des observateurs superficiels ils peuvent, soit apparaitre à gauche soit à l’extrême droite.
      Jacques Cheminade n’a sans doute pas assez lu Maurras . Ou bien lui manquerait il un peu de courage ?

    • bcb • 25/08/2010 - 10:58

      Il est aussi plus facile de corrompre une seul personne, comme DSK , que d’en corrompre des millions. La République a cela de supérieur, c’est qu’il y a toujours au moins quelques personnes à l’âme d’or à l’intérieur

    Répondre à ce message

  • Boulette • 24/08/2010 - 14:22

    Quand Rosa Luxemburg dénonçait "les bonzes du Parti socialiste", elle parlait de ces dirigeants qui tiennent plus à leur siège qu’au bien être de leur population et culmulent malencontreusement les compromis avec le système qui les nourrit. C’est ceux-là même qui n’ont pas vu venir le mécontentement de leurs électeurs. Une erreur qui tend à se répéter au sein du PS actuel.

    Répondre à ce message

  • baillergeau • 20/08/2010 - 20:58

    Les jeunes gens et jeunes filles de Solidarité et Progrès vont-ils une fois encore hanter les abords de l’Université d’été du PS ?
    Il n’est pas facile aux USA ou en France de faire son trou à coté des formations en place, alors on camoufle ses idées d’extrème droite en se barbouillant de rouge, mais ça ne passe pas, ni aux USA, ni en France.
    Que faire ?
    Je prends Sarko, je le mélange à DSK et je jette le tout.
    Il reste qui ?
    Moi, Cheminade
    Et si le peuple ne vote pas pour Lyndon LaRouche, on changera le peuple.

    • Toto • 21/08/2010 - 11:21

      Oh ! Un strauss-kahnien qui a mal pris cet article fort intéressant :-))

      Je ne sais pas si les militants de S&P iront à La Rochelle, mais si c’est pour rigoler avec des spécimen comme celui-là, moi je suis partant...

      Mais attention, moi, je ne fait pas dans le détail comme M. Marcas, Strauss-Kahn et ses adeptes sont bel et bien de gros fach.., et ça, pas besoin de 50 lignes pour le dire.

    • baillergeau • 21/08/2010 - 12:40

      Je ne pensais que dans ta bouche le mot de "fachos" était une insulte.
      LaRouche n’est pas le dernier trotsko qui finit à l’extrème droite,souviens-toi de Doriot !
      Je connais la tactique de S&P, en prenant les positions les plus éloignées les unes des autres, on est toujours près de quelqu’un et à l’opposé d’un autre.
      ça marche toujours auprès des paumés, sortants d’HEC,de l’ENA, ou de rien du tout, mais ça s’arrête là.

    • Alain Destoux • 21/08/2010 - 13:21

      @ baillergeau,

      ...et des "socialistes" qui sont passés à l’extrême droite également. Ceux-là même qui colportaient calomnies et ragots envers ceux qui les gênaient...

      Je vous propose donc de réagir sur le fond de l’article.

      Moi je suis plutôt d’accord. Et vous ?

    • baillergeau • 22/08/2010 - 01:09

      Pour vous répondre, je prends l’exemple de l’ignoble texte sur Pigasse et par ricochet sur DSK.

      "Pigasse dirige Lazard frères" : Intolérable ? Pourquoi ?
      "Il est propriétaire des Inrockuptibles" : c’est scandaleux ?
      "Il a acquis pratiquement le contrôle du Monde avec Pierre Bergé et Xavier Niel" : vous auriez préféré la solution à Sarko ?
      "Le fameux groupe « BNP », en qui l’on voit les aménageurs de la piste de décollage de DSK – ou plutôt d’atterrissage, retour de Washington" : ça prouve quoi ?

      Chaque chapitre contient autant d’affirmations uniquement destinées à nuire.

    • Miroir • 22/08/2010 - 20:41

      Camoufler des idées d’extrêmes droites
      Voilà une affirmation sans fondement aucun, de la pure calomnie à l’état brut, répendu par la presse mensongère, la même qui a si bien menti sur la guerre d’Irak(Washington post,etc.) Bush père a publiquement attaqué Larouche, non pas parce qu’il était d’« extrême droite », ce qui serait un contresens venant de Bush, mais parce qu’il a attaqué ses politiques et dénoncé ces interlopes de drogue(Iran-Contra) et fait une bio non authorisée sur lui, montrant, en autre, les liens de Prescot Bush, le père, avec les nazis.Depuis la fin des années 60 que Larouche attaque les politiques néocoloniales du FMI(réduire les pays à des exportateurs de matière première, ce qui les condamnes à la pauvreté garantie, à moins d’être imbécile heureux et de croire les théories des avantages comparatifs de Ricardo), et ce, bien avant tous les groupes de gauches. Toujours il a défendu le principe républicain d’égalité de tous les humains, de la capacité créative de chaque individu.
      Comment pouvez-vous une minute défendre le FMI et clamer être socialiste en même temps ? C’est dégueulasse : le FMI à imposer ruine et misère dans toute l’Amérique latine. La Mongolie en 4 ans fut retournée à l’état primitif. En Afrique, dans l’ex-URSS, à moins d’être complètement idéologisé par la scolastique du « libre marché », il faut vraiment avoir du culot pour défendre le FMI et répandre votre mauvaise haleine sur S&P.

    • Alain Destoux • 22/08/2010 - 22:36

      Imaginons que l’on ne parle pas de DSK, mais de n’importe qui et que je vous dise :

      Ministre des Finances privatisateur + Président du FMI + Copains dans de grandes grandes et puissantes banques + Copains dirigeant de grands médias

      Vous me dites quoi ? Moi, j’en dis beaucoup de choses, mais pas homme de gauche, homme libre, homme courageux, homme de confiance ou ardant révolutionnaire.

      Après, ce n’est que l’opinion d’un citoyen de gauche à la recherche de solutions à la crise...

    • baillergeau • 24/08/2010 - 02:54

      Vous savez qui est copain de qui dans ce petit milieu ? , Non, ça serait trop facile de refaire Le Parrain !

      Je raisonne en fonction des critères suivants :

      Compétence : jamais mise en échec - si vous dites le contraire : combien avez-vous passé d’heures avec lui en situation de combat ?
      Carnet d’adresses : RAS - le top mondial
      Capacité à trouver des pointures = on a jugé sur piéces
      Idéologie : Hier, il croyait le capitalisme jugulable. Demain, je ne sais pas, mais qui sait mieux que lui ?
      Afrique : je sais que ceux qui ont vécu le FMI avant et après DSK, savent que ce n’est pas un traitre au mieux être de l’humanité.
      Ex-Pays de l’Est : Les avis divergent, mais les partenaires ne sont pas tous fiables.
      Ses anciens amis : beaucoup ont pensé qu’il ne reviendrait pas et sont partis sur d’autres voix, ceux qui peuvent l’accompagner demain sont d’autres gens que personne ne connait.

    Répondre à ce message

  • Miroir • 22/08/2010 - 21:03

    Et demandez donc à la droite Américaine ce qu’elle pense de Larouche (non pas dans leurs médias qui font dans le ’carracter assination’) et ils vous répondront qu’il est d’extrême gauche (ou de gauche quand moins fâché). Brooklin institute, c’est exactement ce qu’elle a dit dans leur conférence à propos de Larouche.

    Ne confondez pas avec la carrière de Mitterand qui passa de facho (ce qu’avait dénoncé Cheminade en 80 mais personne n’osait le dire alors, et on l’attaqua pour ça d’être d’extrême droite...) à ‘socialiste’ avec le ‘tournant de la rigueur’ des années 80.
    Le problème de Lazard ? et bien, que finançait-il dans les années trente ? le pronazi Deterding de Shell n’avait-il pas ses comptes français chez Lasard ? (Voir Le Choix de la Défaite, d’Annie Lacroix-Riz). Et toutes les opérations spéculatives, les opérations sur le franc français à l’époque ; seule banque qui échappa à la nationalisation sous Mitterand... oh, surprise… et les activités spéculatives des fusions-acquisitions des 70 ? C’est du socialisme ça ???
    Cessez donc de colporter vos mensonges indignes de votre conscience et arrêter d’être un vulgaire perroquet : tâcher donc d’être honnête une fois dans votre vie. Défendez l’injustice, l’inégalité, la spéculation, le sous-développement, la destruction des services publics : vous en avez entièrement le droit : mais n’attaquer pas les autres ce que vous-mêmes vous prônez, voilà de la lâcheté pure.

    Répondre à ce message

  • bibounette69 • 20/08/2010 - 20:45

    Moi je ne trouve pas que les PS ait un jour eu une gauche. Si j’avais trouvé des Jaurès chez eux pas de problème.
    Ils ont construit comme la droite l’Europe actuelle, qui marche sur la tête. Il ni y a pas d’Europe sociale.... Alors, c’est pas de la pub qu’il faut faire au PS, mais surtout à Solidarité et Progrès bien davantage, en mettant les jeunes en avant et faire vivre le site LYMFRANCE pour que les militants moins jeunes comme moi prennent le relais et les assistent au mieux.
    C’est pas le PS qui au nom de l’Europe a supprimé la différence banque de dépôt et d’affaire en 1984 ? Si c’est bien eux qui l’ont fait. Jacques DELORS et les titrisations en 1988....Voilà, alors plutôt encore d’avoir à choisir entre le moins pire du pire, montrons l’enthousiasme des jeunes et leur espoir, afin que ce soit Solidarité et Progrès que les électeurs choisissent. On veut du neuf, du nouveau, et pas encore à avoir à choisir dans le système, ceux du système.

    • hic&nunc • 22/08/2010 - 12:57

      @ bibounette69

      Tout à fait d’accord avec toi sur l’analyse PS.

      Il faut "simplement" faire comprendre aux socialistes (les vrais) qu’ils sont dans l’impasse et les ammener à choisir des responsables dignes de ce nom et non pas des girouettes cherchant le bon coté du vent pour leur carriere.

      Concernant DSK, beaucoup de militants ne sont pas dupes (j’en ai rencontré ce WE qui, rien qu’à l’evocation de son nom, avaient honte que l’on puisse croire qu’il (DSK) faisait l’unanimité (loin de là) au sein du parti.

      La route est longue, mais il y a bon espoir. Je soutient largement l’initiative des jeunes de S&P d’aller, cette année encore, expliquer nos convictions à La Rochelle, et rammener les socialistes vers leurs convictions premieres afin de laisser tomber une fois pour toute la tentation libero-sociale à la Tony Blair.

      Afin de faire passer les idées de S&P, agrandissons le cercle de nos relations, et diffusons le plus largement possible le programme de Jacques Cheminade.

    Répondre à ce message

  • arcane • 21/08/2010 - 21:30

    Gauche, droite, cela ne signifie plus rien dans la politique, sinon de fausses images, des chevaux de troie d’un systeme moribon. Nous avons tous un cerveau gauche et un cerveau droit, une main gauche et une main droite, lorseque nos deux mains rentrent en oposition de forse, c’est pour additioner ces forces afin de saisir un objet.
    Les financiers l’on compris depuis longtemps et vous ?

    Il est grand temps de penser autrement, de vivre autrement,
    Toute nouvelle idée ou vision ne pourra plus etre portée et réalisée par aucun de ces partis car ils signeraient leur propre disparition eux et leurs amis financiers.
    Nous sommes tous participants et responsables du monde dans lequel on vit car rien ne peu se faire sans notre participation au moindre niveau.
    Quand j’épargne, je suis complice des financiers, quand j’achete n’importe quoi je participe au gaspillage, La peur du manque, la rareté, La concurence, , cela commence à l’école, Tout le systeme est baser sur des croyances, des regles du jeux relatives que nous acceptons ou pas celon nos propres intérets, et tous du plus petit acte quotidien jusqu’aux grands décisionnaires, tout est interconnecté.
    Quelle vision avons nous de la VIE ?

    Création production, conscience, Quel sens a tout cela en dépassant enfin le stade de la simple survie.
    Strauss Kahn et d’autres, portent dans leur physique une rigidité criante de cristalisation de vielles pensées qui ne seront plus soutenues dans le temps présent.

    Répondre à ce message

  • ? • 21/08/2010 - 16:45

    Vous faites le constat que nombre de personnes font depuis plus de 30 ans maintenant : gauche, centre, droite, ce sont des étiquettes aux formes différentes, aux couleurs différentes, aux prix différents mais elles vendent toutes le même produit : la mondialisation.

    Si ce n’est pas le PS, c’est l’UMP et si demain ce ne sera plus ni l’un ni l’autre, ce sera le Modem ou bien Europe Ecologie, ces "nouveaux" partis qui, sous des discours enjôleurs ou novateurs, ceux-là même que tenaient en leur temps le PS et l’UMP, sont déjà labellisés mondialisation.

    Et quand à leur tour, ils auront "grillé leur couverture", ce seront d’autres partis qui prendront la relève, habillés de leurs plus beaux atours pour captiver la populace tandis que leurs actes s’exerceront en faveur des puissants.

    Et ainsi de suite, c’est une histoire sans fin, tant que la populace restera la populace...

    Répondre à ce message

  • Pïc et Puce • 21/08/2010 - 09:04

    Sarkozy et DSK c’est blanc bonnet et bonnet blanc, deux chouchous de la finance internationale....qui investira l’argent qu’il faut pour nous faire entrer dans la tête, coûte que coûte et peu importe ce que cela doit coûter, que le sauveur sera cette fois " bonnet blanc "...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide