www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Orientation stratégique >UE/BCE/Euro

En finir avec l’euro — Interview avec Helga Zepp-LaRouche

1470 visites | 10 commentaires

Interview de nouvelle année avec Helga Zepp-LaRouche, présidente de notre parti frère en Allemagne, le Büso, conduite le 30 décembre 2010 par nos camarades américains du LaRouche PAC.


Le 1er janvier est une date fiscale fatidique pour l’effondrement du système financier. Quelles mesures proposez-vous pour faire face à cette crise ?

Je pense qu’il faut tout d’abord bien comprendre que nous sommes assis sur un volcan. Un effondrement non contrôlé pourrait être déclenché à tout moment par une nouvelle crise de l’euro, si le Portugal, l’Espagne, ou même l’Italie demandent un plan de sauvetage — on parle même de la France – cela combiné à la situation absolument catastrophique des villes et communes aux Etats-Unis, où une crise obligataire se profile, on voit que nous sommes assis sur un volcan, et s’il y a éruption — ce qui peut arriver en un rien de temps — il sera trop tard.

En effet, un effondrement non contrôlé mènerait à une dictature, ou tout au moins à la tentative d’imposer une dictature. Mais cela ne marcherait pas, parce que même la police et l’armée ne sont pas efficaces contre des millions de gens. Nous l’avons vu en Allemagne de l’Est en 1989, vers la fin du régime, où cela n’a pas fonctionné.

Et si cela se passe à l’échelle mondiale, le chaos qui en résulterait serait tellement énorme qu’il pourrait finir par détruire le tissu même des institutions dans la majorité du monde transatlantique. Et si l’Europe et les Etats-Unis sombrent, ce ne serait plus qu’une question de temps avant que la Russie, la Chine, l’Inde et d’autres suivent, puis les conséquences pour les pays en voie de développement seraient absolument monstrueuses. Des milliards de personnes disparaitraient.

Il faut donc commencer par se débarrasser de toutes les illusions sur la possibilité de maintenir ce système, de continuer comme avant. Nous devons mobiliser une volonté politique, faire en sorte que les gens comprennent qu’il y a une alternative. Les hommes politiques prétendent que leur politique est sans alternative, mais c’est faux.

Il y a la politique de Franklin Roosevelt : les critères de Glass-Steagall, un système de crédit dans la tradition du système américain, où du crédit est émis sur une base souveraine pour la reconstruction des économies nationales, et de l’économie mondiale, dans la tradition du New Deal.

C’est cette politique qu’il faut adopter. Il nous faut un standard de type Glass-Steagall à l’échelle internationale. C’est une initiative que le Congrès américain doit prendre, mais tous les parlements du monde aussi. Puis, il nous faut retourner à un système de taux de change fixes, et conclure des accords à long terme entre gouvernements souverains pour la réalisation de projets d’infrastructure à long terme, comme le NAWAPA, le Pont terrestre eurasiatique, des projets similaires pour l’Afrique, et pour le reste du monde.

C’est cela qu’il faut mettre sur le tapis — et réaliser – dans la période à venir. Il s’agit de jours et de semaines, parce que comme je l’ai dit, si l’on attend que le grand effondrement arrive, il pourrait être trop tard. Les gens qui croient aux feuilletons mélodramatiques, estiment qu’il y aura éternellement une suite du programme, peu importe ce qui se passe. Mais l’histoire réelle est différente. Si on regarde les périodes avant la Première Guerre mondiale et la Deuxième Guerre mondiale, on voit bien qu’il y avait des points à partir desquels il était trop tard pour les empêcher.

Aujourd’hui, nous nous trouvons peut-être à quelques jours, ou quelques semaines au mieux, de ce point en terme d’une catastrophe future.

Dans le contexte de l’effondrement financier, le président Obama vient de faire passer en catimini une nouvelle régulation dans sa loi sur la santé, qui rétablit la sinistre clause sur la « commission de la mort ». Que pouvez-vous nous dire de l’expérience allemande avec ce genre de politique ?

Eh bien, je pense que l’impensable est sur le point de se produire, à savoir que nous aurons une répétition de la politique économique de Hjalmar Schacht [le ministre nazi de l’Economie – ndt]. Cela veut dire concrètement, entre autres, que la politique d’euthanasie mise en oeuvre sous le régime nazi est ouvertement proposée et adoptée aujourd’hui, et non seulement aux Etats-Unis, où d’après ce que j’ai compris, le président Obama a passé outre le rejet par le Sénat de la disposition prévoyant des « conseils sur les soins en fin de vie », disposition qui revient à mieux rembourser les médecins qui convainquent les patients à renoncer à des traitements de prolongation de la vie. De concert avec l’IPAB [Commission indépendante chargée de décider quels traitements seront autorisés – ndt], la combinaison de ces deux mesures se traduira, dans les conditions d’effondrement qui nous attendent, par un carnage dû au refus de soigner les gens.

Cela ressemble beaucoup à la politique du « Tiergarten-4 » qu’Hitler décréta en 1939. Ce matin même, j’ai fait une déclaration déplorant que la politique jusqu’à présent correcte des médecins allemands, qui considéraient le suicide assisté comme contraire au code éthique et irréconciliable avec leur honneur de médecin, soit maintenant minée. Le professeur Hoppe, président de l’Ordre des médecins allemand, m’a accordé une interview en 2009 dans laquelle il affirmait que les médecins resteraient fermes là-dessus. Mais il vient de déclarer qu’en raison de l’évolution des mentalités chez les médecins, l’Ordre va modifier la déontologie médicale, en la « libéralisant ». En réalité, cela veut dire emprunter la même voie que ce qui se passe en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Donc, ce matin, j’ai lancé un cri d’alarme, appelant à une mobilisation pour arrêter l’engrenage. Comme le soulignait le Dr Leo Alexander, l’un des observateurs et conseillers lors des procès de Nuremberg contre 16 médecins accusés de génocide, tous ceux qui étudient sérieusement la genèse de cette catastrophe que fût l’euthanasie en Allemagne, doivent constater que tout a commencé par un petit changement, très subtile, dans l’attitude des médecins. Dès que l’on s’engage sur cette pente glissante, dans des conditions de crise d’effondrement économique, les portes de l’enfer s’ouvrent très vite.

Cela, il faut l’empêcher à tout prix, et c’est pourquoi j’ai appelé à cette mobilisation, pour déclencher un grand débat et arrêter cette politique. L’alternative, ce que le monde devrait faire à la place, est détaillée dans la programme de mon mari [Lyndon LaRouche].

En 1971, lors d’un débat devenu célèbre avec l’économiste Abba Lerner, Lyndon LaRouche mit en cause la politique économique monétariste de l’époque, l’accusant de remette en valeur la doctrine de Hjalmar Schacht. Est-ce vrai aujourd’hui aussi ?

Eh bien, lors de ce débat, qui s’est déroulé il y a 39 ans, mon mari a amené le professeur Lerner à déclarer – déclaration éloquente — que si la classe politique allemande de l’époque avait accepté la politique de Hjalmar Schacht « alors Hitler n’aurait pas été nécessaire ». Autrement dit, si les dirigeants politiques acceptent une politique d’austérité strictement monétariste, on n’a pas besoin d’un Hitler !

Je crois que c’est justement ce qui se passe aujourd’hui. Je ne vois pas, du moins pas en Allemagne, ou ailleurs en Europe, personne qui ressemble à un Hitler. Mais si vous avez une Union européenne et une Commission européenne qui dictent une austérité brutale, comme c’est le cas actuellement en Grèce, en Irlande, et ailleurs, l’effet est le même ! Cela reviendra à un génocide.

Nous avons, par exemple, cette déclaration inhabituelle de l’Eglise orthodoxe grecque, accusant la classe dirigeante d’avoir vendu le pays au FMI et à la Commission européenne, qui massacrent les gens.

Il faut savoir qu’il y a actuellement 1,5 million de chômeurs en Grèce, dont beaucoup sont des sans abri, et 1,5 million d’immigrés clandestins, qui n’ont pas non plus de logement, et les églises sont complètement submergées par des demandes d’aide qu’elles n’ont pas les moyens de fournir. Tout ceci est en train de mener à une catastrophe sociale inconcevable. Une personne influente en Grèce nous a confié que la situation devient incontrôlable, ce qui aura des implications sécuritaires non seulement pour la Grèce, mais pour toute l’Europe.

Je crois que les gens qui proposent cette austérité n’ont rien appris de l’histoire – de l’austérité qui mena de Brüning, à Schacht, puis à Hitler. Si nous répétons la même erreur aujourd’hui pour tenter de résoudre la crise financière, cet effondrement sans précédent du système, avec l’austérité, alors les conséquences seront le chaos et la descente dans un âge des ténèbres. Les signes précurseurs sont déjà plus que visibles.

En finir avec l’euro

La politique actuelle de l’Union européenne semble être de préserver l’euro coûte que coûte. Vous êtes depuis le début un adversaire acharné de l’euro. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Eh bien, j’ai mis en garde contre l’euro, parce que l’Union monétaire et économique n’a pas été mise sur pied pour des raisons économiques, mais uniquement pour des raisons géopolitiques, afin d’endiguer l’Allemagne. Avec la chute du mur [de Berlin], et la fin de tout le système communiste, il y avait la possibilité de lancer une autre politique, complètement différente : il n’y avait plus d’ennemi, et on aurait pu créer un ordre de paix pour le XXIe siècle. J’ai écrit un livre sur ce thème, La chance perdue de 1989 , et cette chance a été perdue parce que Margaret Thatcher, François Mitterrand, et George Bush père, avaient décidé d’imposer l’euro pour contrôler l’Allemagne, pour garantir qu’elle ne joue pas de rôle indépendant par rapport aux pays d’Est, et se renforce sur le plan économique. Et pour faire en sorte que le mark allemand – dont la stabilité était célèbre – soit remplacé par une monnaie faible.

Et [le chancelier] Helmut Kohl le savait à l’époque. Il demandait avec inquiétude si les autres avaient bien tenu compte de la problématique de la stabilité de la monnaie, mais Mitterrand avait pour toute réponse qu’il s’agissait de généralités. Ainsi la question fut évacuée.

L’Europe, ce n’est pas comme les Etats-Unis. Là-bas, vous avez différents Etats qui sont liés et unis par une histoire commune, une langue commune et tout, mais l’Europe est composée de pays avec des histoires différentes, des langues différentes et des structures économiques complètement différentes. L’Allemagne est hautement industrialisée, puis il y a des Etats agraires, comme la Grèce, le Portugal, et ainsi de suite. Mettre tous ces pays dans une union économique, c’était clair que ça ne pouvait pas fonctionner. C’est la raison principale pour laquelle je mettais en garde contre l’euro avant même qu’il voit le jour.

Et l’histoire des neuf dernières années, depuis l’introduction de l’euro, montre incontestablement que mes avertissements étaient justifiés, parce que l’Allemagne a été pénalisée. Ce n’est pas vrai que l’Allemagne en a profité le plus, parce que son marché interne a stagné, les salaires ont stagné, tandis que les pays périphériques, comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne, ont vécu un boom, qui s’est avéré une immense bulle. Et c’est bien pour cela que ces pays s’écroulent maintenant.

En 2005, vous étiez candidate à la chancellerie, en tant que présidente du Mouvement des droits civiques Solidarité (Büso), et vous réclamiez la sortie de l’euro et la réintroduction du mark. Que pouvez-vous nous dire de votre expérience d’alors ?

J’ai dû réfléchir longuement sur une candidature potentielle à la chancellerie, sachant que j’avais peu de chances de vraiment être élue chancelière à l’époque. Mais il était néanmoins important de proposer le retour au mark et à une politique de croissance, parce qu’il fallait bien que quelqu’un s’élève pour défendre le principe de la souveraineté monétaire. Un gouvernement qui n’a pas le contrôle sur sa propre monnaie, ne contrôle rien.

Si vous lisez l’article dans lequel j’exposais et je justifiais les raisons de ma candidature de 2005, tout ce que j’ai écrit tient encore aujourd’hui, et toutes mes prévisions, mes propositions restent tout à fait valables à ce jour.

Une discussion a démarré récemment en Allemagne à propos de l’éventuelle création d’un « parti anti-euro ». Mais il semble bien que ce parti existe déjà, et c’est le BüSo.

Absolument ! Sauf que le BüSo n’est pas un parti à thème unique, pour le seul retour au mark. Le problème avec la plupart de ceux qui découvrent, soudainement maintenant, qu’ils n’aiment pas l’euro et aimeraient rétablir le mark c’est qu’ils restent accrochés au monétarisme. Ils font partie de l’école autrichienne de von Hayek, ou ils se réclament de Schumpeter, ou défendent une autre version du libéralisme, mais aucun ne propose de solution pour se débarrasser des titres toxiques, des dettes de casino, des produits dérivés sur crédit. Ils n’ont pas de solution à proposer dans le contexte international .

Le retour au mark en soi ne résoudra pas le problème. Bien sûr, c’est un ingrédient essentiel, parce qu’il faut avoir la souveraineté sur son propre crédit, sur sa propre monnaie, et nous avons systématiquement fait campagne pour. Nous avons même produit des tracts, avec au recto le billet de 100 marks avec l’image de Clara Schumann, et au verso un texte. Et je peux vous assurer que si, en 2005, beaucoup de gens avaient encore des illusions — « Non, l’euro est avantageux, parce que je n’ai pas besoin de changer de l’argent quand je voyage en Europe », et d’autres arguments sans importance du même genre — maintenant, lorsque les gens voient nos panneaux ou nos tracts prônant le retour au mark, le soutien est écrasant. Cela montre bien que la population allemande n’en peut plus de l’euro.

Toutefois, je précise que nous avons besoin de tout le paquet. Retour au mark, une loi de type Glass-Steagall, transition d’un système monétariste vers un système de crédit, et le plus important de tout, l’émission de nouveaux crédits pour relancer l’économie physique grâce à un ensemble de projets internationaux, comme le NAWAPA, le Pont terrestre eurasiatique, le Transaqua pour l’Afrique. Si vous considérez les travaux programmatiques que nous avons produit, vous voyez que nous proposons une reconstruction globale de l’économie mondiale. C’est la seule manière de résoudre le problème. Car, dans une crise d’effondrement comme celle-ci, on ne peut pas s’en sortir au niveau d’un pays, que ce soit le mark en Allemagne, ou aux Etats-Unis seuls, il faut une alliance de pays qui s’engagent à rebâtir le monde.

Pourquoi la souveraineté nationale ?

Pourquoi défendez-vous la souveraineté des nations en tant que principe, que ce soit un gouvernement, une monnaie ou une culture-langue souverains ?

Eh bien, tout d’abord, il y a un certain temps de cela, j’ai fait des études extensives sur l’évolution de l’Etat-nation. Et on peut dire que l’Etat-nation souverain est sans doute l’un des cadeaux les plus précieux que l’histoire européenne a offerts à la civilisation mondiale. C’est l’émergence de la souveraineté et du système représentatif qui permet à l’individu de participer au gouvernement. C’est la seule manière dont l’individu peut influencer la politique, à condition que ce système représentatif fonctionne, et pour cela il faut avoir des citoyens instruits, bien formés, qui exigent des hommes politiques qu’ils ont élus, qu’ils tiennent leurs promesses.

Lorsqu’on a une structure supranationale comme la commission de l’UE, qui n’a pas de comptes à rendre aux électeurs, les membres n’ont pas de raison de défendre l’intérêt populaire – et ils ne le font pas ! C’est pour cette raison qu’il faut rejeter les structures supranationales, que ce soit dans le cadre de la mondialisation, qui signifie l’oligarchie financière anglo-américaine, ou la Commission européenne.

A un niveau plus profond, l’identité d’un peuple est intimement liée à sa langue. Si on devait adopter, aujourd’hui, le latin ou l’espéranto, ou une autre langue sans âme, on perdrait tout ce qui fait la beauté d’une culture, et la littérature qu’elle a engendrée. On n’aura jamais une culture classique en espéranto !

Gutenberg fut l’inventeur de la presse d’imprimerie, après son invention à la fin du XVe siècle, une grande diffusion des connaissances est devenue possible, parce que les gens avaient des livres. Avant, tout ce qui était écrit avait été copié à la main, au prix de beaucoup d’efforts, par des moines ou d’autres, donc le nombre de livres était restreint. Mais adopter le latin aujourd’hui, qui est une langue figée, ne permettrait pas d’avoir une culture vivante, pas plus que toute autre langue qu’on pourrait créer.

Même l’utilisation de l’anglais en Europe, qui est devenu en grande partie la lingua franca , ne transmet pas la beauté de la poésie de Pétrarque, ou la profondeur des poèmes de Friedrich Schiller, ou d’autres . Si on veut préserver l’âme du peuple, dans une période culturelle véritablement classique, nous avons besoin du beau concert entre de nombreuses nations et de nombreuses langues.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 10 commentaires

Vos commentaires

  • Le 21 février 2012 à 12:58
    par Garino Kristian

    Il est assez regrettable de constater une fois de plus que les personnes qui ont ouvert de nouveau horizons sont tout aussi capables de s’y enfermer à leur tour. De Gaulle lui-même a cru intelligent d’ironiser sur l’Espéranto, ce qui a permis de faire le lit de l’impérialisme
    britannique nous sommes bien d’accord. Tout comme il certifiait que la politique de la France ne se faisait pas à la corbeille mais chauffait la place pour Pompidou .. nul n’est parfait.

    Et là j’ai le sentiment que les responsables du Mouvement "Larouche" (Ce mouvement a t-il justement un nom commun à l’échelle internationale ?)) sont un peu hors jeu faute d’avoir fait une réelle investigation du sujet comme ils en défendent ailleurs la méthodologie. Voilà plus de 20 ans que j’ai personnellement approfondi cette étude et je les défie de répondre aux questions les plus basiques qui s’y rattachent, comme si on pouvait évacuer d’un revers de manche une tradition dont il faudrait avoir le commencement de l’idée, au lieu de se replier sur des concepts dynamiques que l’on oublie d’appliquer par "inadvertance".

    J’invite donc chacun et chacune à repenser le problème, tout simplement parce que c’est le "chaînon manquant" de ce Mouvement si novateur par ailleurs, et nullement contradictoire avec le statut d’Etat-Nation, voire le seul moyen de lui redonner la force de survivre. Je prétends même que sans ce catalyseur universel (le seul dans ce domaine opérationnel à cette heure), l’espoir que Larouche et ses amis ont permis de faire naître, risque de devenir lettre morte puisqu’il n’ira pas à la rencontre des peuples et des individus qui les composent, et dont la force de cohérence ne pourra s’exprimer que par l’utilisation d’une lanque commune politiquement neutre, capable alors de forger une culture qui se développera justement à partir du partage effectif et équitable. La culture est avant tout une communion d’aspiration, et le temps en est le maître d’oeuvre. Inutile de vouloir s’appuyer sur la grandeur du passé si on ne peut affirmer l’espérance de l’avenir.

    J’ai expérimenté réellement cet échange universel grâce à l’espéranto avec des locuteurs de dizaines de pays dans le monde entier, de façon humaine et directe, mais comment vais je communiquer avec M. ou Mme Larouche si je ne parle ni anglais ni allemand, et si de plus je viens à leur rencontre avec mes amis indiens ou africains, pas ceux d’une pseudo élite, mais ceux du peuple précisément auxquels je pensais qu’il fallait accorder la liberté de l’éducation, comme on l’a fait progressivement au cours de siècles avec plus ou moins de succès.

    De le même manière, le Mouvement Eùropo Demokratio Esperanto que nous avons créer en 2003 http://www.e-d-e.org/ et traduit "naturellement" dans toutes les langues officielles de l’Europe, a besoin de son côté d’un élan politique fiable et sérieux, ce qui est fondamentalement le cas pour les héritiers de Larouche à mon avis, et c’est ce point de vue que je défends aujourd’hui, après avoir pour ma part fait l’analyse des quelques 180 dossiers présents sur le site de Solidarité et Progrès, mais seulement une partie du site de Larouche. C’est un pari et un défi que ke lance tant des deux côtés de cette ligne sde partage, à Jacques Cheminade pour la France qui nous préoccupe ici, et aux espérantistes de EDE http://e-d-e.fr/.

    De notre côté nous avons déjà participé avec un succès relatif aux Européennes de 2004 et 2009, et nous nous sommes immiscés dans la présidentielle de 2007, tout cela avec une réussite relative mais significative.
    Le refus ne serait-ce que de prendre en considération la possible validité de l’Esperanto correspond à mon sens à un réflexe inconscient de comportement identitaire qui va à l’encontre de toute ce que l’esprit humaniste a cherché à faire prévaloir au cours des siècles, et nous entendons bien en perpétuer le message sur cette base d’universalité et de conscience.

    Le débat est ainsi ouvert de façon franche et directe et mon adresse "federlangue2 yahoo.fr" servira à en faire écho dans le monde partagé de "l’espérantophonie", d’un bout à l’autre de la planète si nécessaire. En tout cas il ne sera pas dit que l’on puisse réduire cette question à de simples "à priori", dont l’analyse n’aura pas été publiquement exposée.

    Kristian Garino
    Co-fondateur de EDE

    NB : Ce mouvement EDE a été créé à échelle européenne comme fondation politique à la fois fédérative et autonome à visée média-électorale, mais dans une perspective planétaire à terme, en toute logique !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2011 à 13:11
    par Krokodilo

    Que vient faire là une critique contre l’espéranto, alors que la question portait sur l’identité nationale ? Surtout que cette attaque est basée sur un cliché mensonger, une analogie avec l’euro qui a remplacé les monnaies nationales, alors que l’espéranto ne serait qu’une deuxième ou troisième langue commune afin de se comprendre entre Européens, tout en conservant nos langues et nos cultures réciproques. L’espéranto ne remplace pas les langues ! Le problème des politiciens, c’est qu’on leur demande un avis sur tous les sujets, même ceux qu’ils connaissent mal.
    Par ailleurs, on peut douter de l’objectivité de l’auteur quand on sait les liens qu’elle a avec la fondation de son mari
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Helga_Zepp-LaRouche
    surtout que l’espéranto est la seule alternative crédible (même si méconnue et repoussée par nos dirigeants) à l’anglais comme langue de l’UE... , sachant que l’UE est actuellement le plus fort soutien de l’anglais comme langue mondiale ; et si celui-ci perdait de son influence en Europe, quatre ou cinq grandes langues sont déjà très dynamiques, espagnol aux USA et en Amérique du sud, russe, chinois, arabe, français, toutes prêtes à regagner du terrain. Le concert entre les nations dont parle l’auteur, c’est surtout celui de la cacophonie ou de la concurrence !

    • Le 7 janvier 2011 à 17:42
      par Ferdinand Cantwell

      Vous dites : "l’espéranto ne serait qu’une deuxième ou troisième langue commune afin de se comprendre entre Européens, tout en conservant nos langues et nos cultures réciproques"

      J’ai vécu un peu plus de deux ans en Allemagne, en ne connaissant la langue que du point de vue "informatique" appris à l’école puis à la fac : transmission d’information par des mots appris par coeur et reliés par une grammaire mécanique.

      Les premiers mois, je tentais de "comprendre l’autre" à travers la grille positiviste (voc+grammaire=OK je connais la langue) apprise à l’école. Ca ne marchait pas, ou du moins c’était au prix de gros efforts de concentration (pas très facile avec quelques bières dans le ventre !).

      Au bout de 3 mois, mes oreilles ont "saisi" d’elles-mêmes (ce n’est pas avec ma réflexion que je l’avais "appris") que "ça n’est pas ça une langue".

      C’est ainsi que j’ai laissé la musique de la langue allemande "imprégner l’éponge de mon cerveau". Et là, à ma surprise, j’ai commencé à "réapprendre" la langue allemande d’une toute autre manière.

      Le résultat était double : 1) je comprenais l’autre, mais 2) je découvrais la musique de sa culture. Par "culture" j’entends, par exemple, de découvrir par cette "musique des mots" les raisons de l’existence d’un concept utilisé par un peuple pour "saisir" ce que l’autre veut dire (au-delà de "se comprendre"). C’est quand on dit : "il n’y a pas de mot en [français] pour traduire cette idée".

    • Le 8 janvier 2011 à 20:09
      par Krokodilo

      Si je vous suis bien, vous avez expérimenté que l’immersion est la meilleure méthode pour apprendre une langue étrangère, et je suis tout à fait d’accord, surtout quand sa phonétique est complexe.
      Par contre, pour connaître (un peu) la culture de l’autre, heureusement qu’il n’est pas indispensable de maîtriser sa langue, ni même de s’y débrouiller, sinon nous serions tous de sacrés ignorants ! Tant mieux si vous avez pu percevoir la musique de l’allemand, mais vu les quelques 6000 langues au monde..., il faut tenir compte des possibilités humaines, de nos limites.
      De toute façon, la question n’est pas là, il s’agit d’un problème pratique, de disposer d’une langue neutre, simple (donc accessible au plus grand nombre, mais efficace) pour communiquer entre Européens, sur un pied d’égalité.

    • Le 11 janvier 2011 à 11:44
      par Ferdinand Cantwell

      "Si je vous suis bien, vous avez expérimenté que l’immersion est la meilleure méthode pour apprendre une langue étrangère, et je suis tout à fait d’accord, surtout quand sa phonétique est complexe."

      J’ai expérimenté qu’"apprendre une langue étrangère" n’est rien, qualitativement parlant, par rapport à saisir une culture par l’écoute de la musique et du phrasé des mots-idées.

      "Par contre, pour connaître (un peu) la culture de l’autre, heureusement qu’il n’est pas indispensable de maîtriser sa langue, ni même de s’y débrouiller, sinon nous serions tous de sacrés ignorants !"

      J’ai l’intuition que la culture que j’ai découverte via la musique de la langue n’est pas du même ordre, qualitativement parlant, que celle qu’on peut "apprendre" par tout autre moyen formel.

      "Tant mieux si vous avez pu percevoir la musique de l’allemand, mais vu les quelques 6000 langues au monde…, il faut tenir compte des possibilités humaines, de nos limites."

      Pourquoi partez-vous du principe que les possibilités humaines sont limitées ? C’est un postulat axiomatique arbitraire.

      "De toute façon, la question n’est pas là, il s’agit d’un problème pratique, de disposer d’une langue neutre, simple (donc accessible au plus grand nombre, mais efficace) pour communiquer entre Européens, sur un pied d’égalité."

      "problème pratique", "langue neutre", "simple", "efficace", "communiquer"... Auguste Comte doit être aux anges :)

    • Le 14 janvier 2011 à 10:46
      par Krokodilo

      Des blocs entiers de l’humanité ne peuvent actuellement communiquer avec les autres humains, situation paradoxale à l’époque de la mondialisation. Ca peut vous sembler terre-à-terre, voire mesquin, mais il s’agit avant tout, nonobstant la culture, d’un problème pratique, presque du même ordre que le frigo ou le lave-linge - qui ont d’ailleurs été une révolution culturelle en libérant du temps, et pas seulement aux femmes, preuve que culture et praticité ne s’opposent pas toujours.
      D’ailleurs, les effets d’annonce des concepteurs de traduction automatique et l’attente du public sont là pour rappeler à quel point ce besoin est grand. En l’absence de véritable intelligence artificielle, l’espéranto est une bien meilleure solution, mais les subventions vont aux machines...

    • Le 3 février 2011 à 14:24
      par Ferdinand Cantwell

      Si les Etats-Unis réadoptent le Glass-Steagall, de pair avec l’Alliance des quatre puissances disparaitront La City, Wall Street, le FMI, l’OMC et toute une idéologie de mort.

      Si les plus grands pays du monde instaurent un système de crédit à l’échelle internationale, ce qui ne peut fonctionner que sur les principes westphaliens - ce que font déjà la Russie, l’Inde et la Chine - alors la dynamique créée sera du type Transaqua : un français représentant d’un pays qui a le savoir-faire, va proposer à des pays dont on empêche que les enfants boivent et mangent à leur faim, un projet d’élévation des niveaux de vie.

      Je suppose qu’en Chine, en Inde ou en Afrique, plein de gens ne comprennent pas un fichtre mot d’anglais ou d’une quelconque autre langue. Cela ne les empêche pas de voir leur niveau de vie s’élever de part la mise en oeuvre au niveau mondial, via la Plan LaRouche, de principes culturels, physiques, économiques, politiques universels.

      L’a priori incroyable histoire d’Helen Keller est la preuve vivante que communiquer est presque... secondaire.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Helen_Keller

      Et si on va plus loin, ce sont nos sens qui sont non seulement accessoires mais trompeurs :)
      Lire à ce propos le texte (en anglais) de LaRouche intitulé : "Le sixième sens" :
      http://larouchepac.com/node/17156

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2011 à 15:20
    par Stephane Tour

    Ainsi certains Allemands pensent que l’Euro a été fait pour endiguer l’Allemagne. Or certains Français disent que l’Euro, en adoptant les critères de Maastricht, est en quelque sorte un Mark imposé à toute l’Europe. Bref, chacun accuse et suspecte l’autre. On s’éloigne des grandes idées d’unification de l’Europe de l’après-guerre, et on sait combien c’est dangereux.

    Certes, la perte du contrôle de sa monnaie par le peuple est une faute. Mais c’est au sein d’une Europe nouvelle, démocratisée, fédéralisée, que les peuples européens doivent récupérer leur souveraineté (monétaire, certes, mais surtout démocratique). Il faut bâtir la démocratie européenne.

    Quant à la préservation des cultures régionales, pardon nationales... Regardons le cas de la France qui a créé de toute pièce une nation monolithique au détriment des sentiments d’appartenance régionale du passé ? Est-ce qu’on se plaint de la faiblesse de la culture française aujourd’hui sous prétexte que les cultures régionales se sont appauvries ? Il se passera le même phénomène en Europe ! La culture européenne est incroyablement riche : Démocrite, Platon, Saint Augustin, Copernic, Leonardo da Vinci, Newton, Descartes, Kant, Shakespeare, Einstein, appartiennent à la culture européenne et non à la Grèce, l’Italie, l’Allemagne, la Pologne, l’Angleterre, la France ou la Suisse !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2011 à 17:40
    par Jérémie

    Je voudrais simplement préciser que l’espéranto et le latin "sin flexione" se proposent d’être des langues COMMUNES et non des langues UNIQUES. Il ne s’agit pas de supprimer les langues existantes et leur culture, mais de choisir une langue de communication NEUTRE qui, contrairement à l’anglais ou à toute autre langue nationale, ne créera d’avantage compétitif pour aucun peuple ni aucune culture nationale.

    En ce qui concerne l’euro, c’est un peu un Deutsch Mark européen, et l’Allemagne a pu par son intermédiaire imposer sa politique monétaire à toute la zone euro. Ce n’est pas l’Allemagne qui a des problèmes aujourd’hui, mais les autres pays, parce que l’euro a été créé sur mesure pour l’Allemagne.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2011 à 14:03
    par petite souris

    Merci Helga pour cet entretien.
    Je suis absolument d’accord avec tout.

    Sauf en ce qui concerne la langue, certes la langue unifie un peuple et en est par la structure de sa phrase un élément de structure de sa pensée et de sa culture, cependant la langue seule n’est pas l’âme de la nation.

    "l’homme n’appartient ni à sa langue, ni à sa race (au sens d’ethnie) : il n’appartient qu’à lui-même, car c’est un être libre, c’est un être moral" dixit Ernest Renan, et je souscris complétement à cette idée.

    Un état-nation est davantage caractérisé par un vouloir vivre ensemble.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet