Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire 18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire
AccueilOrientation stratégique

L’effondrement est hors de contrôle — Appel urgent pour un Glass-Steagall global

La rédaction

Par Helga Zepp-LaRouche
le 12 août 2011


 

Il serait préférable que nos dirigeants trouvent enfin le courage d’admettre ouvertement ce qui est désormais une évidence : la désintégration globale du système financier est hors de contrôle ; nous sommes confrontés au danger d’une véritable désintégration du système financier et de l’économie réelle qui fera passer le krach de 1929 et la Grande dépression pour une promenade de santé. Face à cela, en vérité, nos gouvernements n’ont pas la moindre idée de ce qu’il faut faire. La plupart d’entre eux nourrissent néanmoins l’affreux soupçon que la création d’une « union fiscale » européenne souhaitée par Londres et les mesures d’austérité draconienne qui l’accompagneraient ne résoudront pas le problème, et n’aboutiront au contraire qu’à créer partout en Europe des situations comparables à ce que nous voyons actuellement avec les émeutes au Royaume-Uni.

Il n’est guère étonnant de voir aussi la crédibilité des gouvernements voler en éclats, puisqu’ils se sont mis eux-mêmes à la merci des « marchés » depuis l’éruption de la crise en juillet 2007. Plutôt que de juguler ces marchés en réintroduisant une régulation, ils se sont laissés garroter, sous le coup de l’urgence répétée, dans une spirale de concessions aux institutions financières. C’est ainsi que des centaines de milliards d’euros de dettes spéculatives privées ont été transformées en dettes publiques, que l’on demande aux populations de rembourser en procédant à des plans d’austérité monstrueux.

 

Le secteur financier, bénéficiant de plans de renflouement en série, a exprimé sa gratitude en déclenchant de nouvelles attaques spéculatives : d’abord contre la Grèce et d’autres pays « périphériques » de l’Union européenne, et plus récemment contre la France et l’Allemagne, notamment en jouant contre eux avec des CDS (Credit Default Swaps), « comme si la fin du monde était arrivée », pour reprendre la formule du quotidien économique allemand Handelsblatt. Dans le même temps, l’abaissement de la note de plusieurs pays par les agences de notation a provoqué une contraction du « système bancaire de l’ombre » (shadow banking) qui, à cause des mécanismes d’effet de levier propres aux produits financiers dérivés, provoque un effondrement en cascade. Ironiquement, il s’avère maintenant que c’est précisément la partie la plus « profitable », et aussi la plus risquée de l’économie casino, qui est le talon d’Achille du système.

 

Non à une union fiscale européenne

 

Dans cette situation dramatique, tous les porte-voix de l’Empire britannique – qu’il s’agisse du Financial Times, du président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet ou du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, qui à peine deux semaines après le sommet européen du 21 juillet, a invoqué l’état d’urgence pour exiger une augmentation substantielle du capital du Fonds européen de stabilité financière (FESF) – affirment que seule la création immédiate d’un gouvernement économique européen pourrait empêcher l’éclatement de la zone euro. Leur discours fallacieux consiste à dire que seule une union fiscale européenne serait plus puissante que les marchés !

Evidemment, un tel gouvernement économique européen, planifié dès le début par les architectes de l’Union économique et monétaire, serait en mesure d’imposer avec « plus d’efficacité » ce que les marchés réclament de toute façon, c’est-à-dire l’austérité draconienne déjà imposée à la Grèce, au Portugal, à l’Italie, à l’Espagne et à la France. La seule nouveauté étant que les Etats ne disposeraient plus d’un droit de veto leur permettant de défendre l’intérêt général, le tout couronné par les conséquences sociales de ces coupes budgétaires, tel qu’on le constate avec les émeutes en Angleterre.

 

Cette élimination des derniers vestiges de souveraineté nationale serait le pas ultime dans la violation en série des constitutions nationales des Etats européens (constatée dès 2009 par le « verdict de Lisbonne » de la Cour constitutionnelle allemande), ainsi que des traités européens de Maastricht et de Lisbonne eux-mêmes. A l’heure actuelle, la BCE, en violation de ses propres statuts, achète sur le marché secondaire les obligations pourries d’Etats en faillite, provoquant, non pas la stabilité de l’euro, mais une hyperinflation contraire aux intérêts des Etats européens et au bien-être de leurs citoyens.

 

Avec cette offensive contre les Constitutions, qui aux Etats-Unis opère sous la forme d’un « super-Congrès », piloté par la Maison Blanche au détriment de la Chambre des représentants, et qui prend en Europe la forme d’un Etat fédéral anticonstitutionnel, les défenseurs de cette politique ont mis un terme à leur propre légitimité. La preuve de leur faillite se reflète dans un taux de chômage moyen des jeunes dépassant les 20%, qui a engendré une génération sans espoir et sans avenir dans le système actuel. Poursuivre et intensifier cette politique au nom d’une union fiscale européenne plongera la région transatlantique dans un nouvel âge de ténèbres qui se répandra aux quatre coins de la planète.

La solution Glass-Steagall

 

Devant cette menace existentielle, il n’y a qu’une porte de sortie : une séparation bancaire dans la tradition de la loi Glass-Steagall de 1933. Aux Etats-Unis, un projet de loi visant à rétablir cette législation (House Resolution 1489), introduit à la Chambre des représentants par la démocrate de l’Ohio Marcy Kaptur et co-présenté par 32 autres membres du Congrès, est soutenu par la grande confédération syndicale américaine AFL-CIO, par le deuxième syndicat agricole des Etats-Unis, la National Farmers’ Union (NFO), ainsi que par un ensemble de fédérations syndicales locales, des conseils municipaux et des élus locaux, démocrates comme républicains.

J’énumère ici les mesures requises de toute urgence :

1. Tous les pays de la région transatlantique doivent adopter des lois prévoyant la séparation des activités bancaires, calquées sur la loi Glass-Steagall du 16 juin 1933 de Franklin Roosevelt, dont les principes existaient aussi dans les pays européens jusqu’au début des années 1980 sous forme de régulations strictes, conférant au secteur bancaire le rôle central de banque industrielle et lui interdisant d’utiliser l’épargne privée pour des opérations spéculatives risquées.

Comme c’était le cas avant l’abrogation du Glass-Steagall en 1999 par la loi Gramm-Leach-Bliley, banques commerciales, banques d’affaires et secteur de l’assurance doivent être complètement séparés les uns des autres.

2. Les banques commerciales seront mises sous protection de l’Etat, les banques d’affaires devront mettre elles-mêmes de l’ordre dans leur bilan sans l’aide de l’argent des contribuables, ce qui signifie que des milliers de milliards de dollars de titres toxiques devront être effacés, même si cela mène à l’insolvabilité des banques en question.

3. Les secteurs légitimes de l’ancien système qui sont liés à l’économie réelle et aux fruits du travail productif seront identifiés et réintégrés dans le nouveau système. Certaines catégories de ces créances devront être gelées dans un premier temps, en raison de la complexité des interdépendances, puis analysées et évaluées par une institution d’Etat avant d’être honorées.

4. Dans le cadre de ce nouveau système basé sur le crédit, une banque nationale dans la tradition d’Alexander Hamilton devra alors mettre à disposition des crédits à long terme et faible taux d’intérêt pour des investissements productifs qui, en privilégiant l’accroissement de la densité de flux énergétique et le progrès scientifique et technique, relanceront la productivité de l’économie.

5. Un système de taux de change fixes doit immédiatement être adopté par les nations parties prenantes.

6. En vue de reconstruire l’économie mondiale, les Etats souverains devront conclure des accords de coopération à long terme, ayant pour objectif la réalisation en commun de projets d’infrastructure et de développement bien définis. Ces accords représenteront de fait un nouveau système de crédit, c’est-à-dire un nouveau Bretton Woods dans la tradition de Roosevelt.

7. Durant des décennies, au nom du dogme monétariste, on a démantelé les capacités industrielles et agricoles, devenues désormais inférieures au niveau permettant d’assurer des conditions de vie dignes à une population mondiale de quelque sept milliards de personnes. Par conséquent, l’objectif doit être de passer, grâce au vecteur scientifique, à une plateforme de développement économique plus élevée, telle que l’a définie Lyndon LaRouche, du point de vue de l’économie physique. L’accroissement de productivité auquel l’économie est parvenue grâce au programme Apollo du président Kennedy, dont l’effet est encore ressenti aujourd’hui, constitue un exemple historique de ce type de mobilisation.

Rejoignez-moi en appelant de toute urgence les Parlements et les gouvernements à remplir leur devoir constitutionnel et protéger le bien commun de ceux qu’ils représentent, en établissant sans délai une séparation bancaire.

Helga Zepp-LaRouche

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • pegasous • 17/08/2011 - 16:32

    BJR.. l’effondrement financier Mondial ?? il est bien trop tard ! bien trop tard pour élaborer un quelconque projet.. espoir .. système .. les êtres influents dans le monde (Êtres qui ont le pouvoir... le vrai.. le financier et qui tirent les ficelles des politiciens) ne veulent surtout pas changer de conception de la Vie sur cette planète.
    Ils n’ont toujours pas compris que le monde entrain de muter.. que les hommes et femmes ont découvert .. compris.. bien des choses ..

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Cheminade : « Face au fascisme financier, arrêtons le déni de réalité »

16 août 2011
Actualité
Cheminade : « Face au fascisme financier, arrêtons le déni de réalité »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard