Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique
Brèves

La rage russe contre Holbrooke et compagnie

visites
3616

Par Lyndon H. LaRouche. Jr

2 août 2008,

La rage contre les Etats-Unis, exprimée lors d’un briefing à la presse à Moscou représente un changement évident dans la politique russe vis-à-vis de ses relations avec les Etats-Unis. Cette rage a été provoquée par la question récurrente des Balkans qui s’est vue à nouveau posée à une grande partie de la population russe à travers l’affaire Radovan Karadzic et le rôle continuel joué par Richard Holbrook*.

Les ombres d’Août 1914. Bien que le Tsar Nicolas II ait été clairement conscient des intentions de son oncle, le roi d’Angleterre Edouard VII, de piéger la Russie dans une alliance contre l’Allemagne en attisant les passions russes et en la poussant dans une nouvelle guerre des Balkans, le Tsar mena la Russie à sa perte et à la perte de sa famille en se laissant prendre par le complot britannique.

De telles passions au sujet des Balkans ont été à nouveau réveillées par Londres ces derniers temps et elles sont toujours un facteur stratégique de la situation internationale. L’attachement bien connu de Madeleine Albright à l’association Wells des Etats-Unis, a été un facteur clé de son rôle passé et présent dans la région, ainsi que de celui de Richard Holbrooke.

Note :


* Radovan Karadzic, ancien leader des Serbes de Bosnie, a dévoilé au cours de sa première audition au Tribunal Pénal International de la La Haye que les USA lui avaient assuré l’immunité, pendant la guerre de Bosnie, en 1995… Et il met en cause Richard Holbrooke, l’émissaire spécial de Bill Clinton. Holbrook dément toute implication.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !