Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique
Brèves

Que ceux qui ont un problème avec la Russie regardent la réalité en face

visites
1824
commentaire

26 août 2008 (Nouvelle Solidarité) – L’annonce du Président russe de reconnaître l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud intervenue au lendemain de la ratification par les deux chambres du parlement russe d’une résolution allant dans ce sens, semble avoir pris les gouvernements occidentaux par surprise.

« Nous sommes arrivés au point où, pour les Russes, il n’y avait plus de raison de ne pas le faire », a déclaré Lyndon LaRouche. « C’est une réalité historique, les peuples de ces pays ne veulent plus être associés avec la Géorgie, particulièrement dans des conditions où rien ne laisse présager l’éviction de ce régime criminel.

« Le gouvernement géorgien est un gouvernement criminel, contrôlé par George Soros et les services de renseignement britanniques, et ne représente évidemment pas les intérêts du peuple géorgien. Ce régime criminel est toujours au pouvoir, avec un soutien étranger. Pour l’instant les peuples de ces pays ne veulent pas avoir quoi que ce soit à faire avec la Géorgie, tant qu’elle est contrôlée par ce genre de gouvernement.

« Du point de vue historique, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie sont des régions autonomes. Leur affinité avec la Géorgie reposait sur une bonne entente entre gouvernements. Mais le gouvernement géorgien actuel travaille pour des intérêts extérieurs à la région et a commis des crimes contre l’humanité sur le peuple sud-ossète et menace les Abkhazes de la même façon. Ces gens sont évidemment effrayés, ils ne veulent plus rien avoir à faire avec la Géorgie ; qu’y a-t-il de mal à cela ?

« Quiconque ayant un problème avec ça aux Etats-Unis devrait regarder la vérité en face, concernant les crimes de guerre géorgiens contre le peuple sud-ossète ».

La ferme déclaration de Medvedev se termine en disant que la décision n’était pas facile à prendre, mais que c’était la seule permettant d’éviter un bain de sang, ce que les autres pays peuvent comprendre. Le Ministère russe des affaires étrangères a publié une chronologie historique du problème depuis la chute de l’URSS en 1991. La Russie aurait pu reconnaître les deux républiques autonomes depuis des années, mais a préféré poursuivre le processus de négociation avec la Géorgie, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, même après que l’OTAN ait promu l’indépendance pour le Kosovo. Mais le virage pour le pire s’est amorcé en 2005 avec la mort inexpliquée du Premier ministre géorgien. Dés lors, Saakashvili a répudié tous les accords conclus précédemment, lançant la dynamique qui a mené aux crimes des 7 et 8 août derniers.

« Le gouvernement de Saakashvili est en réalité celui de George Soros, ce qui veut dire que c’est une succursale du Foreign Office britannique. Arrêtons avec les explications mensongères. Saakachvili est une création de George Soros, c’est un fait. Et Soros est lui-même un agent du Foreign Office. C’est une opération impérialiste britannique qui a perpétré ces atrocités contre les sud-ossètes ».

Malgré la suspension de toute coopération militaire avec l’OTAN, la Russie maintient, pour l’instant, son aide à l’acheminement, via son territoire, de matériel de l’Alliance vers l’Afghanistan. L’OTAN en a plus que jamais besoin depuis que les routes pakistanaises sont devenues dangereuses, et cela particulièrement depuis l’éviction du Président Musharraf le 18 août dernier.

« L’administration Bush a commis un acte de folie en favorisant l’éviction de Musharraf, malgré les avertissements d’un plongeon du Pakistan dans le chaos. Il faut bien le dire, l’administration Bush a merdé, faisant preuve, une fois de plus, de son incompétence stratégique ».

Focus : Géorgie, Pologne, Pakistan, Xinjiang... :
L’Empire britannique lance la guerre

Contactez-nous !

Don rapide