Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Editoriaux de Jacques Cheminade

Arrogance

visites
1415
commentaires

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade-le-sursaut.org.


par Jacques Cheminade


Le pire, face à l’effondrement du système dans lequel nous vivons depuis plus de cinquante ans, est l’incapacité de se remettre en cause exhibée par ceux qui en ont bénéficié. Au déni de réalité – la croyance stupide suivant laquelle les marchés allaient « s’autoréguler » - a succédé la conviction que les responsables et les coupables sont les mieux placés pour nous dire ce qu’il faut faire.

Le signal envoyé par les « élites » est clair : plutôt mourir que changer. Ainsi, lorsque Nicolas Sarkozy a déclaré « quand on voit la situation de la City et aux Etats-Unis, on n’a pas envie de leur ressembler », pour ensuite critiquer Gordon Brown, tout ce que l’Europe compte de bonnes âmes lui est tombé dessus. Les mesures prises pour sauver notre industrie automobile, défendues à Bruxelles par François Fillon, ont été qualifiées par la commissaire européenne à la Concurrence, Nelly Kroes, de « rhétorique protectionniste ». Cependant, Nicolas Sarkozy et François Fillon, même s’ils résistent, restent incapables d’articuler un projet cohérent de sortie, car ils sont eux aussi prisonniers des intérêts et de la règle du jeu qu’ils prétendent combattre.

Alors ils font d’abord preuve d’arrogance verbale puis, quand ils ne parviennent plus à se faire entendre ni de leurs peuples ni de leurs troupes, ils nomment des « médiateurs ». Xavier Darcos, Valérie Pécresse et Yves Jégo en ont été affublés, non parce qu’ils ont personnellement démérité, mais parce qu’ils sont pris dans les filets d’une impuissance qui passe par-dessus leurs têtes.

Les Français et les Françaises l’ont compris : c’est le Président de la République lui-même qu’ils visent. Réalisé les 6 et 7 février, le baromètre Ipsos-Le Point révèle que Nicolas Sarkozy a perdu neuf points de popularité dans la tourmente. Alors, faute de s’attaquer aux causes, qu’il connaît bien, il désigne des boucs émissaires. Le 22 janvier à l’Elysée, il s’en est ainsi pris aux enseignants-chercheurs avec des mots inutilement blessants, même de son point de vue : « A budget comparable, les chercheurs français publient de 30 % à 50 % de moins qu’un chercheur britannique dans certains secteurs. Evidemment, si l’on ne veut pas voir cela, je vous remercie d’être venus, il y a de la lumière, c’est chauffé. »

Triste aveu de faiblesse, qui a déclenché une colère générale. En Guadeloupe et en Martinique, le cas de M. Jégo, envoyé, rappelé puis renvoyé, témoigne d’une même incapacité à faire face à une crise.

La vérité est que l’Unedic prévoit 282 000 chômeurs de plus en 2009 et qu’il y en aura bien davantage si rien n’est fait. La vérité est que la chute du produit intérieur brut gagne toute l’Union européenne. La vérité est que les classes moyennes sont à leur tour frappées. La vérité est que l’on sacrifie le long terme (recherche, hôpital, éducation…) à la rentabilité financière.

Alors ? Alors, faute de sursaut, la décomposition économique et sociale continuera. Des entreprises comme Eco-Emballages pourront continuer à jouer sur les casinos financiers l’argent appartenant aux collectivités locales, les directeurs d’agence bancaire à harceler leur personnel, la souffrance au travail s’accentuera et le chaos deviendra inéluctable. Cela nous concerne tous. Ne pas s’engager, dans ces moments, est pire qu’un crime, une faute d’omission.

Voir les 7 commentaires

  • chibani84 • 17/02/2009 - 15:53

    L’engagement n’est plus à sauver un système économique pour le sauver. Le malade est en phase terminale, glasco 4. L’urgence est à redéfinir non pas un système qui souffrirait suivant le Grand Khan du FMI de simples manques de coordination,un autre système. Nous sommes dans un enjeu de civilisation. Le bonheur par et pour le plus grand nombre avec son corollaire de satisfaction autour du logement, de la santé, du logement et de l’éducation. Le reste du débat porte sur les conditions d’un Progrès qui sera dans un premier temps conditionné et limité par les problèmes de ressources naturelles limitées auxquels nous avons à faire face en tant que simple terrien. L’issue à l’effondrement de civilisation auquel nous assistons, sera forcément du même ordre : une alternative qui refonde la civilisation.

    Répondre à ce message

  • Ouallonsnous ? • 16/02/2009 - 14:46

    Mr Cheminade, pourquoi les partis politiques qui ne sont pas formés que d’une direction, mais surtout et principalement de militants, ne s’expriment que sur ce qui va mal ou est devenu caduc, exemple la mutinationale UE ?

    Sont ils devenus incapables de concevoir l’avenir ?

    Répondre à ce message

  • malik • 14/02/2009 - 22:06

    bonjour Mr Cheminade , je suis franco-maghrebin ,je suis le sujet depuis le debut , j’ai des amis de toutes origines , tous le monde s’en fout que faire pour mobiliser , j’ai fait de la pub pour votre site , mais concretement que faire pour faire changer les choses , quel moyen possedons nous pour faire changer les choses ,parceque avec tout ce que j’ai vecu dans ma petite vie j’ai rien a gagner de tout ca , je me bas et defends nos idees , mais y personne qui m’aide moi dans ma vie de tous les jours , personne ne m’a jamais offert d’emploi ,plus ca viens et plus je me demande si dans le combat actuel j’ai quelquechose a en tirer , si je defens et en retour je me retrouve a la case depart .

    • michel49 • 15/02/2009 - 09:27

      L’Histoire nous enseigne qu’il ne sert à rien d’avoir raison avant les autres, les masses sont ainsi faites qu’elles ne voient la catastrophe que lorsqu’elle est sous leur nez.
      Quand Rome est tombée au terme d’une histoire longue de 1200 ans, le souci des romains etait d’avoir le plus beau carosse et les plus belles toilettes...

    • Fleurdelyse • 15/02/2009 - 21:26

      Moi, je pense que l’important, c’est de se renseigner et de témoigner de ce qu’on sait car garder le silence c’est se faire complice des criminels, criminels de guerre ou de la finance. Le bouche à oreilles... À notre échelle, vous avez raison, que pouvons-nous faire de plus ?...

    • Bertrand Buisson • 16/02/2009 - 10:33

      @Malik

      Je ne sais pas si vous avez déjà pris contact avec des militants de notre mouvement. Pour en savoir plus, pour s’orienter dans l’action, rien de tel qu’un contact personnel. Adressez-nous, si vous le voulez bien, vos références pour qu’on puisse se parler, ou bien fixez un rendez-vous avec l’un d’entre nous. Et dites-vous bien que, comme dit le poète, "Plus croît le péril, plus croît ce qui sauve", pourvu que l’on s’engage pour l’avantage d’autrui, par delà son propre destin.

    • Bertrand Buisson • 16/02/2009 - 10:40

      Je dirais qu’il faut se mettre au défi de grimper à cette échelle et de lui rajouter des barreau pour se permettre d’aller plus haut !

      S&P étant un mouvement politique, militer me semble le meilleure moyen d’intervenir avec ces idées que l’on défend. C’est nécessaire pour la vie de ces idées et leur développement rapide dans la société, depuis les institutions jusqu’aux citoyens en passant par les autres partis où sommeillent quelques esprits en attente.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide