Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les éditoriaux de Jacques Cheminade

Changer de vie

visites
984

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade2007.org, et consitutent le principal regard du candidat à la présidentielle de 2007 sur l’actualité française et internationale.

« Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait. » Ce sont ces paroles qui nous viennent à l’esprit face à la onzième nuit de violence dans nos banlieues. La France d’aujourd’hui est en effet un pays qui crée ou laisse se créer les conditions de cette violence. Elle n’assure plus l’égalité des chances à chaque Français et à chaque étranger installé sur son territoire national et n’offre pas à tous une culture de le vie et de la dignité humaine. A partir de là, toutes les provocations deviennent possibles : il suffit d’une poignée de provocateurs pour enflammer le tonneau de poudre.

Revenons en arrière : en 1995, le candidat Chirac promettait de réduire la fracture sociale et, reprenant
un diagnostic formulé par Emmanuel Todd dans une note de la Fondation Saint-Simon, s’indignait : « Quand
trop de jeunes ne voient poindre que le chômage ou des petits stages au terme d’études incertaines, ils finissent
par se révolter. »
Que s’est-il passé depuis ? Chirac et la gauche ont laissé se déchirer le pacte républicain, et M. Todd préfère occuper un bureau plutôt que de devenir un héros.

Pourquoi cette paralysie ? M. Chirac et la gauche seraient-ils si hypocrites et si veules ? On n’a pas
assez remarqué que M. Chirac, en 1995, a baissé les bras sur un autre sujet qui a scellé son destin : dénonçant le Sida financier à la conférence d’Halifax, il ne s’est pas battu pour un ordre économique mondial plus juste, laissant l’injustice continuer. M. Fabius a servi, lui, le dessein européen de M. Mitterrand, qui a détruit - avec
Maastricht, Amsterdam, le pacte de stabilité, la BCE et l’euro - l’Europe comme projet et espérance.

Alors ? Alors, pour rendre justice aux humiliés et aux offensés, aux Français et aux étrangers qui sont
dans les banlieues, étant entendu que la carotte démagogique et le bâton insultant de M. Sarkozy sont encore
pires, la seule possibilité pour rendre justice dans les prisons et au sein de l’immigration, est de faire sauter le verrou d’austérité sociale imposé à l’échelle du monde. Quatre ou cinq livres viennent de dénoncer un capitalisme financier qui s’auto-détruit, M. Patrick Artus a livré un interview très brillant à Oncle Bernard dans Charlie Hebdo, mais tous ne proposent rien. Ils sont comme des médecins qui diraient au patient : « Vous avez un cancer, mais rentrez chez vous et regardez la télé. »

Ici nous allons au contraire défendre un programme de création de six millions d’emplois avec un Nouveau Bretton Woods, un Pont terrestre eurasiatique et une culture de la vie. Ce sont les fondements mêmes de notre société qu’il faut changer, pour reprendre le flambeau de ceux qui nous ont précédé.

Contactez-nous !