Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Editoriaux

Désintégration

visites
1640
commentaires

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade-le-sursaut.org.


L’arrestation de trafiquants de graisse humaine au Pérou émeut nos consciences : un gang enlevait des paysans misérables, les tuait puis extrayait la graisse de leurs corps. C’est loin et dans un pays pauvre, diront les bonnes âmes. Au contraire, il s’agit de la loi du marché poussée à l’extrême, car le produit était revendu pour fabriquer des cosmétiques destinés à embellir d’autres corps mieux pourvus par la fortune. Le type de profit réalisé exprime la culture de la mort qui gagne nos sociétés.

Par rapport à ceux qui règnent aujourd’hui sur l’économie mondialisée et financiarisée, ces trafiquants péruviens ne sont en effet que des artisans du crime. Les opérateurs à grande échelle sont ceux qui émettent des sommes énormes pour renflouer les établissements financiers, les laissant spéculer à court terme plus encore qu’auparavant, sur des marchés encore plus opaques, au détriment de tout le secteur humain de l’économie. Ces émetteurs et trafiquants de capitaux fictifs ont ainsi créé un vampirisme financier qui se nourrit du travail humain et de la vie.

Lorsque nous dénonçons la City de Londres, Wall Street et le conglomérat d’intérêts de l’Empire britannique, il s’agit des auteurs de ce crime organisé de masse. Nous ne nous intéressons pas ici à l’économie en tant que telle mais comme enjeu de vie ou de mort. Le monde segmenté dans lequel nous vivons fait que certains de nos lecteurs ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre ce point. Ils séparent le social, le culturel, le financier, l’économique ou encore d’autres catégories. Ils se trompent ainsi totalement. La crise actuelle est une crise générale, dans tous les domaines. C’est une société qui se désintègre, et qui ne porte pas au sein d’elle-même les ressources pour se reprendre.

Tous les secteurs spéculatifs flambent tout à tour : actions, obligations, or, pétrole, matières premières. Non par nécessité physique, productive, mais comme enjeu de paris sur des prix futurs. Les dernières formes de « paris » atteignent les secteurs vitaux eux-mêmes : paris sur les contrats d’assurance-vie rachetés par Goldman Sachs, titrisés puis revendus, paris sur les droits d’émission de dioxyde de carbone, paris sur le prix des produits alimentaires. En bref, paris sur la vie, sur ce que l’on respire et sur ce que l’on mange. En même temps, les prix de ce qui se consomme et de ce qui équipe l’homme et la nature pour assurer l’avenir baissent, car le chômage augmente, les investissements reculent et les salaires sont alignés sur les plus bas.

Inflation du spéculatif, déflation du réel, baisse des niveaux de consommation et de vie, plus d’un milliard d’êtres humains souffrant de la faim et chez nous des millions s’alimentant de produits à date de péremption dépassée, glanés en fin de marché ou désormais volés : ce sont les manifestations d’une culture de la mort. La conférence de Copenhague, dans ce contexte, est criminelle : elle justifie par un réchauffement climatique, qui est une mystification, une réelle intention de dépeupler le monde.

En même temps, toutes les références sont brouillées à dessein : l’euthanasie et l’eugénisme sont de retour, sous des formes prétendument charitables, et l’homme est décrit comme un prédateur nuisible.

Jeanne d’Arc, sur une affiche d’Eurostar, défile avec un drapeau britannique, et Nicolas Hulot accompagne Copenhague avec sa prophétie catastrophiste écolo.

Qui ne se révolte pas devient complice.

Voir les 3 commentaires

  • vincent pierre • 13/01/2010 - 15:44

    ah bon, l’élite veut dépeupler le monde ? le réchauffement climatiques en est un prétexte(oh mon dieu des hordes de paria nous envahissent !tue-on les !) ?
    eutanasie et eugenisme ne sont plus tabous ? il faut être productifs a 100%( si on a du taf, pas évident !) ?

    C’est vrai qu’au fond nos dirigeants jouent avec le feu, ils ont ouvert en grand la fosse séptique des idées, ou barbotent les germes( le nazismocoque doré par exemple) qui poussent à prendre ses semblable pour de la viande( ou de la bonne graisse au pérou !)

    Il faut prendre garde parsque c’est contagieux, mais l’oligarchie ça c’est sùr s’en fout un peu....beaucoup
    Ils n’ont aucune culture, ils ont appris mais n’ont rien compris, aucunes varleurs, aucunes gloires........Si j’ai bien compris moi,une époques de néant arrive, a+

    Répondre à ce message

  • Mecheri • 08/12/2009 - 18:50

    Un grand Bravo, ici, pour la modération des commentaires, qui sont en majorité plein de bon sens.
    Né en France d’une maman jurassienne et d’un père algérien, baptisé à 3 ans, louveteau puis scout de France ; je ne porte sur moi aucune distinction permettant d’identifier cette partie de mes racines, aujourd’hui soumises à l’appréciation du peuple de France, sur la place publique.
    Aussi, c’est dans ces conditions que je me suis essayé à un petit exercice hier, de sorte à tester les opinions de ma boulangère, une brave femme bien de chez nous, d’une cinquantaine d’années …
    Acte 1 : alors que je lui demande "une tradition" ( baguette ), en insistant sur l’intérêt de perpétuer nos traditions, ce que je pense réellement, je poursuis sur l’affirmation d’une identité nationale bien comprise.
    Acte 2 : elle me répond : « à que oui ! » …
    Acte 3 : je lui annonce alors mon pédigrée, ajoutant que mes enfants sont blonds aux yeux bleus et que parmi le peuple français, nous sommes quelques dix millions ...
    Acte 4 : au final, elle conclura que ce débat est un attrape-nigaud, qui est de la pure foutaise !
    Là, on voit bien les effets dévastateurs d’un tel débat, jeté en place publique, car il peut être dévoyé selon l’air du temps, en raison de ce que les personnes interrogées n’ont, pour la plupart aucune conviction précise.

    Répondre à ce message

  • plume dans la gorge • 28/11/2009 - 21:33

    B. Lavilliers déchaînait déjà sa plume acérée en 1979 pour dénoncer et décrire ce monde de la mort ("l’avenir est un chien crevé sous un meuble") dans son album "pouvoirs", avec les titres "urubus" et "la peur", notamment. La marche infernale de la besogne-rouleau compresseur de ce monde de la mort tel qu’on le connaît aujourd’hui était alors déjà entamée depuis "quelques" années.

    "La peur,
    Elle rive au quotidien des milliers d’albatros,
    Aux ailes de poulet gavé de poudre d’os,
    Aux gestes étriqués aux cerveaux-estomacs
    Qui trottinent sur le bitume de l’au-delà

    La peur, c’est le corbeau penché sur le devoir,
    C’est du papier monnaie contre du désespoir,
    C’est de la dérision face à la misère noire,
    C’est depuis le début le chantage du Pouvoir"...

    Transformer la peur, l’indifférence, le conditionnement en conscience, révolte, puis "lobbying" ( :-) ) politique de chaque citoyen, voilà ce que doit inspirer ce genre d’article chez le lecteur, et aussi cette belle campagne de distribution de tracts à un million d’exemplaires qui se "termine" !

    Pour laisser l’albatros de Baudelaire à son spleen, et faire jaillir les fleurs du Bien avec Dames, Demoiselles et Messieurs Phénix, avant la fin de l’incendie !

    "quand croît le péril, croît ce qui sauve"...

    Bravo et merci pour ce combat qui doit être notre, continuez, continuons...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide