Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Dominique Strauss-Kahn a tout faux

visites
1298

« Oui, la crise s’est éloignée », proclame Dominique Strauss-Kahn dans le Journal du dimanche du 8 novembre, avec le toupet d’un homme soucieux de vendre à bon prix ses actions France-Télécom. Puis à Londres, devant le Center for Economic Policy Research, il prône le lendemain un « policy mix » (dosage de politique monétaire et budgétaire) imitant celui de MM. Greenspan et Clinton : une politique monétaire flexible pour mieux poursuivre la réduction des déficits publics. En clair, jouer avec un euro « compétitif » en gérant une baisse des taux d’intérêt.

Notre ministre de l’Economie et des Finances se rallie ainsi au « modèle anglo-américain » : il espère que le cocktail qui a été à l’origine de « huit années de croissance » outre-Atlantique dopera à son tour l’Europe.

Il a tout faux. Tout.

D’abord, la crise ne s’est pas éloignée. Tout expert quelque peu compétent le reconnaît : la pyramide de produits financiers dérivés douteux et de créances irrécouvrables accumulés sur la tête de l’économie mondiale ne s’arrêtera pas miraculeusement de tomber. M. Strauss-Kahn se moque donc de nous et cherche à gagner du temps, en espérant noyer la politique française dans celle de l’Europe, quitte - après avoir fait adopter à L’Europe le « modèle américain » récent - à dénoncer Washington et le dollar ! Il pousse par ailleurs l’impudeur jusqu’à prétendre que soutenir le Fonds monétaire international (FMI), c’est faire preuve d’indépendance vis-à-vis des américains (cf. son interview dans Le Nouvel Observateur du 24/30 septembre 1998).

Ensuite, le policy mix américain a amené huit années d’argent-roi, mais aucune croissance de l’économie physique. C’est une immense bulle financière qui s’est formée à Wall Street, proche aujourd’hui d’imploser (cf. le rapport des Editions Alcuin, Le mythe de l’inébranlabilité de la Bourse américaine). Le « modèle américain » n’est, dans ces conditions, pas un modèle qu’il est souhaitable d’imiter. De plus, il a été possible dans un système financier qui, aujourd’hui, arrive à sa fin : en réalité, même si on le souhaitait, il serait trop tard pour l’imiter.

Enfin, la baisse des taux d’intérêt n’est pas de nature à relancer l’économie productive. Comme le montre l’exemple du Japon, elle ne contribue par elle-même qu’à permettre d’emprunter davantage pour nourrir le Moloch financier.

M. Strauss-Kahn - et avec lui, le gouvernement français - se soumet totalement à la logique ultra-libérale. A Londres, il a pour la première fois « cadré, théorisé et synthétisé », comme le dit Libération, le « virage de la politique économique traditionnelle de la gauche française ».

A un moment où Massimo d’Alema, en Italie, et le nouveau secrétaire d’Etat allemand aux Finances, Heiner Flassbeck, récusent le pacte de stabilité de Maastricht - en exigeant par exemple que le seuil européen de 3% puisse être dépassé pour des investissements d’Etat, qui ne devraient pas être considérés comme contribuant aux déficits - notre D.S.K. se drape dans la robe orthodoxe à l’ancienne manière et se proclame « attaché à une culture de la stabilité », c’est-à-dire anglo-américaine. Il reste dans le carcan et cherche un compromis avec la Banque centrale européenne, rigueur et flexibilité salariale contre baisse des taux.

Paris devient ainsi, avec Londres, le pire obstacle à un changement de la politique européenne. Prouvant sa volonté de danser avec les loups, D.S.K. a couronné son séjour à Londres en parlant d’une « nouvelle gauche européenne » qui rappelle, et ce n’est pas un hasard, le New Labour du Premier ministre britannique.

Contactez-nous !