Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les éditoriaux de Jacques Cheminade

Donner un horizon à la paix

visites
735

Le 6 ou le 7 mars, Hans Blix exposera oralement son rapport sur le désarmement irakien devant le conseil de sécurité de l’ONU. Après, c’est l’inconnue. Aujourd’hui, Blix affirme que « l’engagement irakien [de détruire les missiles Al-Samoud 2] est un élément important d’un vrai désarmement ». Ari Fleischer, porte-parole de la présidence américaine, lui répond « qu’il s’agit d’une tromperie (...) qui ne change rien ». Nous nous trouvons donc face au risque immédiat que les Etats-Unis déclenchent la guerre. Fleischer a d’ailleurs déclaré : « Nous voulons un désarmement total et complet de l’Irak. Si les Nations unies ne vont pas dans ce sens, les Etats-Unis conduiront une coalition de pays volontaires pour désarmer Saddam Hussein ». Il s’agit donc d’un ultimatum lancé à l’ONU elle-même.

Il est clair que le prétexte américain, évoqué par Richard Armitage, secrétaire d’Etat adjoint, ne tient pas un instant. Comment prétendre vouloir « imposer la démocratie » et « assurer la paix, la stabilité et la visibilité de toute la région » en ayant recours à des armes prohibées, mini-bombes nucléaires ou même armes chimiques ? Comment croire ces déclarations hypocrites alors que le « Project for a New American Century », rédigé par les faucons qui entourent George Bush, parle d’un « empire américain » et claironne « après Bagdad, Pékin » ? Avec les précédents afghan (ni démocratie, ni développement économique, mais retour des seigneurs de la guerre et explosion du trafic de drogue) et israélien (soutien à Sharon et complaisance absolue envers le viol de toutes les résolutions de l’ONU par les autorités israéliennes), personne - sauf MM. Lellouche, Madelin et Ladislas Poniatowski - ne peut prendre au sérieux le verbiage de Washington.

Alors, la guerre est-elle inévitable ? Non. A deux conditions. La première est que les pays européens qui ont compris ce qui se passe - essentiellement la France et l’Allemagne - soutiennent les efforts de Lyndon LaRouche aux Etats-Unis. La guerre ne peut être arrêtée que de l’intérieur de l’Amérique, avec un appui européen. La seconde est que, par-delà le recours éventuel au veto, la France et la Russie, avec l’Allemagne, l’Inde et la Chine, donnent un contenu positif à leur politique d’opposition. C’est-à-dire un horizon à la paix. Là est la clé de l’avenir : un nouvel ordre économique, financier et monétaire international qui abolisse le pillage généralisé et rétablisse le développement mutuel. Le pont terrestre eurasiatique, de l’Atlantique à la mer de Chine, est la voie qui peut y mener. C’est notre combat.

Contactez-nous !