Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

26 juin - Shakespeare mobilisé pour tenter de couler Trump Lire 23 juin - Guerre, choléra et famine au Yémen : la complicité criminelle des occidentaux dénoncée à l’ONU Lire 22 juin - Surréaliste : la lutte antifraude fiscale européenne s’installe au Luxembourg ! Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Editoriaux de Jacques Cheminade

Expérience et créativité

visites
1437
commentaires

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade-le-sursaut.org.

A la veille de la prise de fonctions de Barack Obama, il vient de se produire à New York un accident d’avion qui a démontré l’importance de la qualité du pilote dans une situation de vie ou de mort. Chesley Sullenberg, le « héros de l’Hudson », a réussi à faire amerrir sur les eaux glacées de la rivière un Airbus qui avait perdu ses deux moteurs et à sauver tous ses passagers et son équipage. C’est à la fois son expérience, son sens de mission et son sang-froid qui lui ont permis de faire face à une situation que ne prévoient pas les programmes officiels d’entraînement. En effet, quand un moteur s’arrête, la probabilité pour que le deuxième tombe en panne est évaluée à dix puissance moins six. Cependant, cela s’est produit et le capitaine courageux a réussi.

Cet épisode est comme une métaphore de la situation politique actuelle. Pendant des dizaines d’années, la crise n’a pas eu lieu, et selon les lois cartésiennes de la déduction et de l’extrapolation, tout devait continuer sans discontinuité, les dettes s’empilant, les riches s’enrichissant, les pauvres s’appauvrissant et les lois de la mondialisation financière opérant contre le développement de l’économie physique. Cependant, la crise s’est produite. Le hic est que les mauvais pilotes qui en sont responsables tentent de conserver la propriété et le contrôle de l’avion, sans changer le plan de vol. Il est évident que la catastrophe est au bout de leur comportement. Ce qu’ils font revient à distribuer gratuitement de la gnôle à des alcooliques, en espérant qu’ils se sentiront assez sûrs d’eux-mêmes pour rester aux commandes ! Nous nous trouvons au sein de cette folie.

L’intervention de Lyndon LaRouche sur internet, ce 16 janvier, a posé les conditions pour recouvrer la raison. En l’écoutant, je pensais au vieux pilote qu’on pouvait voir, après avoir sauvé son avion, sa casquette sur la tête, buvant son café et donnant l’impression qu’il avait simplement fait ce qu’il fallait faire. LaRouche, en réaffirmant son assurance tranquille dans la tempête politique, offrait à son niveau cette même image de leadership. Il le met aujourd’hui à la disposition de la présidence américaine. Pas de Barack Obama en tant que tel, mais de l’institution caractéristique de la nation américaine dont Barack Obama a été élu Président, une communauté informelle qui a pour raison d’être sa fidélité à l’impulsion de la Renaissance européenne et à la rupture des pères fondateurs avec le principe oligarchique.

Ou bien nous réussissons, a répété LaRouche au nom de cette communauté, en guérissant nous-mêmes et le monde de la corruption et de la déréglementation qui le gangrènent, ou bien il n’y aura plus de société civilisée pendant plusieurs générations, avec un effondrement de la population mondiale faute d’avoir mis en place les moyens de l’alimenter, de la développer et de l’améliorer.

L’enjeu n’est pas seulement pour « l’Amérique », il est pour chacun d’entre nous. C’est ce principe de responsabilité et ce sens de mission qui est la leçon des bons pilotes. La République n’est jamais un monde fini, mais un devenir dans lequel chaque citoyen doit relever le défi de la création face à l’inconnu.

Voir les 4 commentaires

  • Fuzz94 • 26/01/2009 - 09:20

    Cette analogie métaphorique relève d’une élégante opportunité : les "propositions de manoeuvre de bord" du vieux Larouche seront-elles prises en compte par le commandant de bord américain pour sauver le monde de la catastrophe calamiteuse qui couve depuis si longtemps ? ...

    En tout état de cause, si dans cet Airbus, tout le monde avait de façon évidente un intérêt vital dans la réussite de cette manoeuvre critique, les puissants de ce monde, les doigts collés aux fils de l’ombre reliés aux manettes de l’aéronef mondial ont intérêt à faire se perpétuer la catastrophe, quitte à faire du bimoteur en perdition un sous-marin-fossile : la logique qui les a menés à cette oeuvre de destruction est une folie qui les enverra jusqu’à la mort aux commandes, leur charpente sans vie rigidement cramponnée au palonnier brisé, tableau d’une frénésie post-mortem de l’Avide...

    Tout l’enjeu des prochaines semaines consistera donc pour Obama à prendre énergiquement les manettes de l’échiquier géopolitique mondial, à créer les énergies et synergies en politique extérieure qui restitueront aux Etats et à la Politique un rôle de réelle gouvernance de l’économie, cela aux dépens de ces capitaines de la Finance servis par la gangrène de la Mondialisation sauvage, de la dérèglementation ambiante, et d’une OMC complaisante...

    Décramponnons les crapules par la force d’une manoeuvre d’urgence d’amérissage salvatrice, sur la base des recommandations de bon sens de Mr L. Larouche !

    Répondre à ce message

  • Louis • 18/01/2009 - 17:14

    C’est un bel exemple d’un dirigeant dans la tourmente. Souhaitons que LaRouche soit entendu par le nouveau gouvernement américain.

    Répondre à ce message

  • michel49 • 18/01/2009 - 14:04

    La comparaison est amusante mais elle a ses limites :
    le pilote de l’avion lutte aussi pour sauver sa peau, ce n’est pas le cas des dirigeants qui administrent nos biens pour leur seul profit !

    • Diogene • 18/01/2009 - 17:09

      à Michel 49ème de sa génération. "La critique est aisée et l’art est difficile." Et j’ajouterai : les cyniques ne seront jamais que des spectateurs ; c’est le seul rôle qu’ils puissent se donner.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide