Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les Editoriaux de Jacques Cheminade

Féodalités

visites
1694
commentaires

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade-le-sursaut.org.


 
« …L’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie. » Ainsi parlait le programme d’action du Conseil national de la Résistance, unanimement adopté le 15 mars 1944. « Le travail n’est pas une marchandise…La pauvreté, où qu’elle existe, constitue un danger pour la prospérité de tous. » Ainsi s’exprimait la Déclaration de Philadelphie, le 10 mai 1944. C’est avec cet esprit de justice sociale, de solidarité et de progrès, réaffirmé « au lendemain de la victoire remporté par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine », que notre pays et l’humanité doivent renouer.

Car aujourd’hui, partout, les Etats renflouent les nouvelles féodalités financières et condamnent leurs peuples au désespoir et à la colère. Nous sommes arrivés au point où ne pas réagir revient à se rendre complices.

Le texte publié par Niall Campbell Fergusson sur l’effondrement des empires, dans le numéro de mars-avril de Foreign Affairs, témoigne du cynisme de ceux qui s’identifient à la cause des pouvoirs en place. Les empires, selon lui, grandissent, se stabilisent puis périssent en obéissant à un cycle inéluctable, et nous sommes parvenus à un moment de chaos et d’effondrement. La seule chose qui resterait à faire serait de s’adapter à la situation. C’est la pensée même de la « fatalité oligarchique », suivant laquelle « il n’y a pas d’alternative », comme le disait un jour Margareth Thatcher.

Une politique semblable à celle de Brüning en 1930-1932 et de Laval en 1935 se met en place. La preuve immédiate en est chez nous la nomination d’Eric Woerth au ministère du Travail et de la Fonction publique, pour s’occuper de la « réforme des retraites ». Woerth, un austère au profil de rigueur… pour autrui, a été non seulement le trésorier de l’UMP et de Nicolas Sarkozy, mais l’homme qui a mené la réforme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et mis en place le bouclier fiscal en faveur des nantis. Le Conseil d’orientation des retraites nous dit déjà qu’il faudra cotiser pendant 43,5 ans en 2050 pour bénéficier d’une retraite à taux plein et 41 ans d’ici 2012. A ceux qui protestent l’on répond qu’en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Grèce, c’est déjà pire et qu’il faut aller plus loin.

L’austérité sociale reflète la lâcheté de nos dirigeants face à l’Empire de la City et de Wall Street. Se rendant à Londres en tant que commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier a déclaré que les discussions européennes sur les fonds spéculatifs visaient à trouver « un point d’équilibre » sans que « la City se sente mise en danger ». Tout est dit. Et puis ajoutons-le franchement : qui est aux commandes des politiques de collaboration avec l’Empire ? Quatre Français : Dominique Strauss-Kahn au FMI, Jean-Claude Trichet à la Banque centrale européenne, Pascal Lamy à l’Organisation mondiale du commerce et maintenant Christian Noyer à la Banque des règlements internationaux. Preuve en politique intérieure de cette même confusion des sentiments et des intérêts de nos élites ? Alain Minc, le visiteur du soir de Nicolas Sarkozy qui peut, selon Challenges, induire un changement de politique chez Renault, est en même temps l’homme qui a rassemblé les fonds auprès du grand patronat pour le compte de Martine Aubry lorsque sa Fondation agir contre l’exclusion (FACE) l’aida à traverser le désert, en 1993.

Il faut sortir de ce fatalisme social et de l’abstention mentale pour faire de notre combat un jeu de la vie. 
 
  

Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 25/03/2010 - 11:34

    C’est avec cet esprit de justice sociale, de solidarité et de progrès, réaffirmé « au lendemain de la victoire remporté par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine », que notre pays et l’humanité doivent renouer.

    Oui !

    L’histoire étant trop souvent un éternel recommencement,sa connaissance est indispensable comme exemple pour continuer à avancer pour le bien commun.

    La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais un combat permanent.

    Merci pour cet excellent article

    Répondre à ce message

  • Souffleur • 25/03/2010 - 03:51

    Fort bon l’article. Seulement, une petite correction, Ferguson dans son article, ’attaque’ cette conception que les empires subiraient des cycles déterminés, tel que plusieurs historiens et penseurs le décrire et qui doivent s’effondrer inévitablement de manière lente. Ce qu’il dit, c’est qu’il peut y avoir des « systèmes » qui paraissent en équilibre et qui peuvent s’effondrer rapidement, reprenant des analogies aux douteuses théories du chaos, du genre qu’un battement d’ailes de papillon puisse faire provoquer un ouragan à l’autre bout du monde. Et il annonce que les USA pourraient ainsi vite tomber. Larouche explique que Ferguson annonce l’intention de l’empire UK contre la république américaine, sans annoncer la méthode choisie. Ferguson semble incapable, tant il veut défendre les ‘innovations financières’ de voir que les bulles spéculatives sont vouées à éclater et que ce n’est pas un évènement hasardeux qui fait que ça s’effondre ; c’est la géométrie même des bulles financières qui contiennent en elle-même les failles qui feront que tel ou tel incident la feront éclater un jour ou l’autre.
    Voir : http://www.larouchepac.com/node/13944
    EDITORIAL : "Russia : What Comes Next ?"
    Le lien vers l’article de Ferguson y est aussi.

    Répondre à ce message

  • michel49 • 24/03/2010 - 17:04

    Il esr exact que le point de non-retour a éré franchi ; il reste à gerer l’effondremenr avec le moins de degats possibles, un peu sur le modele de l’URSS.
    J’ecrivais il a dejà deux ans que l’on pouvait rendre grâce à la sagesse des dirigeanr russes d’avoir reussi à contenir la violence de la destruction de leur empire dans des limites tres raisonnables s’agissant d’une hyper-puissance nucleaire ; il n’est pas certain qu’il en aille de même pour l’empire anglo-saxon !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide