Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les analyses de Jacques Cheminade

G20 : changer de système ou s’autodétruire

visites
627
commentaires

Retrouvez toute l’actualité de Jacques Cheminade et son projet sur son site de campagne www.cheminade2012.fr


Le 12 novembre, la France prendra la présidence du G20 pour un an, et le 1er janvier prochain, celle du G8. En pleine année de campagne présidentielle, ce serait l’occasion de jeter un défi au monde, comme de Gaulle sut le faire face à l’OTAN ou Mendès-France pour la paix en Indochine. Malheureusement, les calculs de Nicolas Sarkozy sont d’une autre espèce et contribueront à nous jeter droit dans le mur de l’histoire. Il pose des questions fondamentales mais en trichant sur ce qui se passe réellement, en se leurrant sur ses capacités et surtout en refusant de voir la réalité en face.

A la Conférence des ambassadeurs le 25 août 2010, puis à l’occasion du XIIIe sommet de la francophonie à Montreux, le 23 octobre, le président de la République a décrit les « chantiers décisifs » que selon lui « il nous faut faire avancer dès l’année 2011 ». Il énumère « la réforme du système monétaire international », « la volatilité extravagante des prix des matières premières » et « celui de la gouvernance mondiale ». Il s’agit en effet de sujets fondamentaux. Cependant, la politique mondiale n’est pas un lieu où l’on constate. C’est le théâtre de défis à relever par rapport à la réalité de l’époque, en désignant l’adversaire et en adoptant la stratégie et la tactique permettant de le vaincre. Non en se leurrant par des déclarations ronflantes tout en espérant des répercussions électorales.

Le monde tel qu’il est n’attend pas des discours. Il se trouve face à un système économique qui se désintègre et un ordre politique qui se décompose. L’administration Obama et la Réserve fédérale américaine sont sur le point d’adopter un plan d’émission monétaire qui nous mène droit à l’hyperinflation mondiale. Les établissements financiers qui nous ont conduits à la crise, la City de Londres et Wall Street, accumulent des profits insensés, font étalage de leur arrogance et mènent une danse macabre sociale. L’Amérique et les Etats européens imposent l’austérité à leurs peuples et à leurs producteurs, détruisant les fondements de notre avenir. Le pire est l’arrogance que manifestent les destructeurs, les Michel Pébereau ou les Jacques Attali chez nous, qui prétendent comme Margareth Thatcher en son temps qu’il n’y a pas d’alternative, « qu’on a analysé le problème et qu’on connaît toutes les solutions », et que « dans la classe politique tout le monde est d’accord avec moi ».

Or Nicolas Sarkozy, pas plus à l’extérieur de la France qu’à l’intérieur, ne se bat contre ces intérêts ; au contraire, il les protège par un rideau de fumée à travers lequel, heureusement, une majorité voit de plus en plus.

Il prétend que les activités des fonds spéculatifs sont aujourd’hui régulées, alors que rien de fondamental n’a été fait et que les passe-droits en leur faveur sont aussi nombreux que les trous dans un gruyère français. Il affirme que les paradis fiscaux sont en voie de disparition, car on a signé des accords de renseignement en matière fiscale, paravent derrière lequel opèrent toutes les grandes entreprises mondiales, celles du CAC 40 comme les autres. La seule chose que les récents sommets européens ou internationaux sont parvenus à faire est de transférer une partie de la dette privée sur la dette publique, détruisant le bien commun et les ressources de notre avenir. Aucune réglementation internationale digne de ce nom, c’est-à-dire arrêtant le pillage financier, n’a été mise en place. Au contraire, des banques de l’ombre opèrent plus que jamais sur des plateformes alternatives, détournant les échanges des marchés traditionnels réglementés. Aucun moteur nouveau de développement mutuel n’a été lancé. Si on se réunit en prétendant le contraire, le pire devient certain.

Par complicité ou ignorance, aucun dirigeant ne veut faire face à la crise, nourrie de quatre bulles étroitement imbriquées, qui menace tout le système. Le foreclosuregate d’abord, le scandale des saisies immobilières frauduleuses ; l’explosion des CMBS, les crédits titrisés adossés à de l’immobilier commercial en déconfiture ; l’effondrement des muni bonds, les titres obligataires émis par les grandes villes américaines au bord de la faillite ; et les crédits hypothécaires de l’ordre immédiatement supérieur aux subprime, les Alt A, désormais eux-mêmes contaminés. Ces bulles se manifestent aux Etats-Unis, mais tous les établissements financiers du monde y ont leur part, dans notre système de globalisation financière et de loi de la jungle forcenée.

L’on peut mesurer la gravité de la situation mondiale avec quatre marqueurs. Le premier est la baisse spectaculaire de toutes les monnaies par rapport à l’or. Le second est le montant des transactions sur les marchés internationaux, qui s’élèvent à 4000 milliards de dollars par jour, soixante fois le montant quotidien du commerce international de biens et services, la moitié de ces transactions relevant de fonds spéculatifs et 63 % s’effectuant en dérivés sur les taux de change. Le troisième concerne l’augmentation de la masse monétaire américaine, c’est-à-dire du dollar monnaie mondiale d’échange, qui a triplé en cinq ans. Enfin, le quatrième est le pourcentage des spéculations sur les marchés des matières premières, qui atteint aujourd’hui 85 % , avec des variations très brutales des cours n’ayant plus rien à voir avec l’activité économique.

Le défi est dramatique, nous sommes dans un système monétariste dans lequel la guerre des monnaies a recommencé, cette fois à une échelle mondiale, et où les forces productives ou bien disparaissent ou bien sont soumises à la loi implacable du court terme, sans horizon réel.

La seule initiative pouvant arrêter la machine infernale est un Glass-Steagall à l’échelle globale, à commencer par les Etats-Unis, tarissant les sources d’argent pour les banques d’affaires et excluant leur renflouement par la puissance publique. Elles ne méritent qu’une chose : qu’on les laisse faire faillite pour de bon, de façon ordonnée, pour dégager le terrain en faveur de grands projets de développement à l’échelle mondiale. Ces grands projets de développement mutuel, de type Pont terrestre eurasiatique, NAWAPA en Amérique du Nord, Transaqua en Afrique pour faire revivre le lac Tchad, liaison entre grands fleuves en Chine, tunnel sous le détroit de Béring pour établir une voie d’échanges Asie-Amérique, exigent tous un esprit à la fois visionnaire et réaliste. Ils supposent des transports terrestres rapides, de type Maglev ou aérotrain, l’énergie à coût raisonnable que peuvent nous fournir les centrales nucléaires de la quatrième génération, de grands travaux d’aménagement des eaux et surtout, l’enthousiasme retrouvé de peuples pouvant à nouveau concevoir que la vie de leurs enfants et petits-enfants sera meilleure que la leur. Education et santé publiques, conjuguées à une politique de développement des capacités créatrices exprimée dans la recherche et dans la production, constituent les fondements de cette approche.

Ce sont là des choses réelles, et non des mots. Il s’agit du prix pour une lutte à mener avec un horizon de deux à trois générations, mais que nous devons commencer tout de suite pour renverser l’ordre destructeur dans lequel nous vivons.

Voilà ce que la France devrait proposer au monde, dans l’esprit du Préambule de notre Constitution et du programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Utopique, dépassé ? Non, ce sont ceux qui veulent l’abolir qui veulent retrouver l’issue qui ramène à un système de privilèges et qui ne peut conduire qu’à une destruction mutuelle assurée.

Etats-Unis : Le « foreclosure gate » ou scandale des saisies immobilières

Après l’été 2007, la multiplication pratiquement sans limites de crédits hypothécaires en faveur d’acquéreurs de logements, insolvables ou quasi insolvables, a abouti à un effondrement du marché immobilier américain lorsque le doute s’est installé et que la demande s’est tarie. D’abord les logements bas de gamme, les fameux subprime, ont été frappés de plein fouet par la baisse, puis le reste du marché a suivi.

L’enchaînement des opérations a été le suivant : les propriétaires prenaient leur crédit à un courtier, qui le plaçait auprès d’une banque, laquelle revendait le crédit à une autre banque ou aux deux géants sous garantie publique, Fannie Mae et Freddie Mac, qui à leur tour se défaussaient en plaçant leur créance dans un MBS (Mortgage backed security), entité juridique à personnalité propre mais sans personnel, qui regroupait des « paquets » de créances provenant de multiples banques, déléguant à une autre banque le soin de collecter les mensualités. Les droits de propriété se trouvaient ainsi titrisés, c’est-à-dire partagés et fragmentés entre de multiples acquéreurs.

Le glas de la folie immobilière ayant sonné, des centaines de milliers de logements ont été saisis et continuent à l’être par les banques, et leurs propriétaires – et même leurs locataires – sont physiquement expulsés. Ce sont les banques en fin de chaîne qui ont engagé les opérations, en les déléguant généralement à des firmes d’avocats spécialisés surnommés les « moulins à liquidations ». Ceux-ci s’appuient sur des sociétés de traitement de documents, ou les traitent eux-mêmes. Les uns et les autres, afin d’éviter la faillite et d’agir le plus vite possible, ont pratiqué sans gêne la fraude la plus inimaginable, avec une incompétence et une négligence sans précédent.

La fraude pratiquée apparaît à quatre niveaux :

la fraude au niveau de l’enregistrement. Les prêteurs voulaient pouvoir faire le plus vite possible de jolis paquets avec les créances, et pour cela transférer rapidement les hypothèques. Le système traditionnel d’enregistrement, celui des « county clerks », en quelque sorte des « notaires cantonaux », était fiable et pérenne, mais prenait beaucoup de temps et coûtait beaucoup d’argent. Aussi, les grandes banques, avec Fannie Mae et Freddie Mac, créèrent leur propre service d’enregistrement, le MERS (Mortgage Electronic Registration Service), informatisé à l’extrême. Normalement, à chaque transfert d’hypothèque, il faut créer un nouveau titre sur lequel figure le nom du nouveau créancier et acquitter un droit d’enregistrement. MERS, prête-nom et intermédiaire commun, permettait de contourner la règle, s’arrogeant même le droit de saisir les logements.

la fraude des saisies illégales. Tout d’abord, les procédures enregistrées par le système MERS ont été logiquement jugées illégales, ou du moins non recevables devant un tribunal. Ensuite, il a été constaté que MERS, organisme intermédiaire entre les banques qui détenaient réellement l’hypothèque, n’avait pas lui-même le droit de saisir. Enfin, les saisies elles-mêmes ont été effectuées dans des conditions scandaleuses et souvent frauduleuses. Pour faire vite, les banques et les cabinets d’avocats spécialisés ont traité les dossiers à la chaîne, sans la moindre préoccupation déontologique. Dans certains cabinets, le nombre de dossiers était tel que la direction avait mis des tampons de notaire à la disposition de tous les employés. Pour suivre la cadence, les sociétés de traitement de documents et les collecteurs de crédit ont embauché à tour de bras tout ce qui leur tombait sous la main – coiffeurs, employés de supermarchés, ouvriers – en assignant à ces opérateurs des rôles clés dans les services chargés de la gestion des saisies immobilières pour faire de l’abattage. Avec l’informatisation, de nombreux documents ont été, volontairement ou non, perdus Les imbroglios se sont multipliés : certains propriétaires se sont retrouvés face aux envoyés de deux ou trois banques différentes venus saisir leur bien, chaque banque prétendant détenir l’hypothèque, preuves à l’appui. C’est ici que toute l’affaire devient particulièrement nauséabonde : pour remédier aux problèmes posés par la perte de documents, de nombreuses banques, assistées par des avocats à la moralité plus que douteuse, ont produit des faux ou des pièces antidatées. Pire encore, en Floride, l’Etat a embauché des juges, le plus souvent retraités, pour constituer des tribunaux spéciaux particulièrement complaisants envers les « preuves » apportées par les banques. Des poursuites seront bientôt engagées au pénal, dans un pays où les sanctions peuvent être très lourdes. On évalue le risque pour les grandes banques à 700 milliards de dollars de pertes supplémentaires possibles, avec d’éventuels dommages et intérêts à verser pouvant atteindre 750 milliards de dollars.

la fraude aux taxes. La procédure MERS a permis aux banques de ne pas s’acquitter de taxes dues aux Etats ou aux municipalités, à chaque enregistrement de prêt ou modification. Le MERS devrait ainsi rembourser entre 60 et 120 milliards de dollars rien qu’à l’Etat de Californie. En tout, la fraude atteindrait plusieurs centaines de milliards de dollars.

la fraude aux MBS. Le système MERS a surtout été créé pour dissimuler ce qui se cache derrière les MBS, c’est-à-dire que de trop nombreux prêts ont été attribués à des familles incapables de rembourser. A ce stade, il ne s’agissait pas de prêts subprime, mais de prêts poubelles, quasi totalement fictifs. D’après des estimations objectives, plus de 30 % des MBS pourraient être frauduleux. Ici, quelques centaines de milliards de dollars seront en jeu lorsque les clients de MBS se retourneront contre les établissements financiers et exigeront d’eux de très lourdes réparations pour manœuvres frauduleuses.

On peut donc évaluer le risque total à environ 2000 milliards de dollars. Le risque est énorme alors que le gouvernement américain a déjà tiré presque toutes ses cartouches pour renflouer les banques casinos. Ici le choix est simple : abandonner les banques à leur propre sort, avec d’inéluctables faillites, ou faire fonctionner encore davantage la planche à billets électronique et provoquer l’hyperinflation, ou les deux réunis.

On voit combien cela touche la France, comme tous les pays du G20. « C’est l’économie mondiale, imbécile ! »

Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 03/11/2010 - 15:43

    Merci à jacques Cheminade pour cet excellent article !

    Merci aussi au commentaire très structuré du docteur.

    la politique mondiale n’est pas un lieu où l’on constate
    Bien évidemment mais le problème est que Sarkozy et ses amis ont une formation d’avocat.
    Ils sont en outre, de part leurs fonctions, bien éloignés de la vie quotidienne des français.
    Ils "traitent" donc les "difficultés" comme un dossier : c’est à dire ils utilisent des mot,s des raisonnements, en pensant que l’autre, même sans preuves, sera convaincu de la justesse de leur pensée. Et puis on va faire des concessions.

    Ils sont en dehors de la vie, considèrent la France comme un dossier alors que la France est une Nation ! Mais ils ne savent pas ce que cela signifie. Pour cela, il faudrait vivre et penser différemment mais ils ne l’ont pas appris ; il n’y a pas de formule à appliquer pour trouver une solution.
    Ils ne savent pas et ne veulent pas savoir ce qu’est un homme, un peuple. En affaire, cela peut fonctionner
    mais pas avec des hommes. Comme le médecin qui soigne la conséquence mais ni la cause, ni l’homme !

    Ils sont des êtres non pensants, sans la crise, ils peuvent faire illusion, aujourd’hui, ils leur manque tout ce que Jacques Cheminade possède : la culture, le sens du bien commun, le respect de la France, et l’amour de l’autre comme son égal !

    La France avec les yeux du futur c’était son slogan de campagne en 2002

    Répondre à ce message

  • Dr Louis REYMONDON • 02/11/2010 - 07:31

    L’analyse de chaque CHEMINADE est limpide et porteuse d’une VISION qui indique aux peuples un HORIZON mobilisateur de S & P.
    Sa persévérance et sa pugnacité conduiront au renversement fondamental qui commence par "un Glass-Steagall à l’échelle globale“. Remède connu et évoqué dans les discussions avec le moindre petit agent de banque, comme si l’idée circulait sous le manteau. Manquent la volonté et le courage.
    La classe politique "a analysé le problème et connaît toutes les solutions”, sauf que deux maux accablent ces élites en capacité d’agir :
    - l’attrait vers le Pouvoir de l’argent et la corruption
    - l’attrait vers le Pouvoir des urnes et la "lutte des places" !
    De Gaulle ou Mendès-France, des visionnaires courageux ! Jacques est un visionnaire courageux mais n’est plus en capacité de changer la donne. Seul le PEUPLE, mobilisé sur les thèmes décisifs et non égaré pour des intérêts étroits, à ce pouvoir potentiel.
    Instrumentaliser le mouvement social qui se cherche, que des militants éclairés “retrouvent l’enthousiasme”. Espoir fondé !
    Ces milieux révoltés, désorientés, montrent une belle unité sans objectif.
    Ma “petite entreprise”, terre à terre, entraîne ces “petites troupes” pour "le grand combat". Petits ruisseaux grandes rivières : les sinistrés oubliés du Var ont subi leurs débordements : alors elles détruisent tout mais apportent la fertilité de la plaine !
    Dr Louis REYMONDON

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide