Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses

Hyperinflation ou hyperdéflation ? LaRouche répond

visites
6439
commentaires

20 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Nous publions ici la réponse à la question d’un banquier du Sud-ouest américain adressée à Lyndon LaRouche lors de sa conférence internet internationale du 18 novembre : « Je suis de très près le phénomène d’hyperinflation que vous avez annoncé, afin de détecter son commencement. Il a débuté avec le prix de l’essence et de la nourriture cet été, et les prix des matières premières en général, mais ces prix sont soudainement retombés à présent. Pensez-vous encore qu’avec les injections massives d’argent dans le système financier, nous sommes encore à la veille d’une explosion hyperinflationniste ? »

LaRouche : Oui. Mais il y a deux tendances et deux niveaux d’observation. Au premier niveau, le gouvernement américain fait tout ce qu’il peut pour manipuler les indices des prix. Mais il faut regarder le problème à long terme : des millions de milliards de dollars de produits financiers notamment liés aux hedge funds. En ce moment, il y a une véritable course contre la montre pour trouver les moyens de satisfaire les besoins en cash des hedge funds.

Et cela ne peut qu’empirer. Une véritable tempête est sur le point de s’abattre sur l’ensemble des institutions financières. Et si vous regardez bien, vous voyez que le secrétaire au Trésor, Henry Paulson, est pétrifié de peur. Je ne sais pas s’il fait dans son froc, mais en tous cas je peux lire sur son visage. Telle est la situation.

Nous sommes donc dans une situation intrinsèquement hyperinflationniste, en même temps qu’hyperdéflationniste. Pour comprendre comment ces deux tendances s’équilibrent, regardez d’abord l’accélération de l’effondrement. Nous allons vers une désintégration totale de l’économie mondiale, et si vous essayez de maintenir le système, on va vers une explosion hyperinflationniste à la Weimar. Mais si cela n’arrive pas, on plongera alors dans une explosion hyperdéflationniste. C’est soit l’un, soit l’autre.

Pour l’instant, nous avons un phénomène d’hyperdéflation : le commerce s’effondre. Pourquoi ? Car les lettres de crédit ne sont plus délivrées. Ce qui veut dire qu’un fabricant ne parvient pas à faire expédier sa marchandise. Le produit est fabriqué, l’achat est convenu, mais le transport ne peut s’effectuer. Sans ces lettres de crédit et ces bons de chargement, le transporteur refuse d’embarquer les marchandises, car il a besoin de cette garantie de crédit pour ce qu’il transporte.

Le problème ne vient pas d’une pénurie d’acheteurs ou d’un problème de production disponible. Acheteurs et vendeurs se trouvent, mais les biens ne peuvent être transportés faute de lettres de crédit. C’est le système des lettres de crédit qui s’est effondré.

Tout le système économique se désintègre, avec ce genre de complications. Et on a, d’une part, un phénomène d’hyperinflation conduit par les produits financiers dérivés, et de l’autre, un processus déflationniste, en conséquence d’une chute de la production, les gens étant prêts à vendre à n’importe quel prix pour échapper aux dettes ; et les deux phénomènes sont simultanés.

Puisque ces deux choses sont liées, le facteur déterminant reste le marché des dérivés. Il ne faut pas aborder la chose en examinant les acteurs individuels mais en regardant la dynamique du système ; et le système est déterminé par les dérivés. Tous les autres problèmes ne font que refléter un environnement façonné par la dette accumulée sur les marchés de dérivés.

Vidéo : l’intégralité de la conférence en version française

Voir les 2 commentaires

  • mimiche • 21/01/2009 - 22:30

    j’adore lire des commentaires de Larouche (j’ai failli dire :écouter Larouche), mais c’est parfois si difficile de suivre le fil car il fait des raccourcis qui doivent être évidents pour lui, mais pas pour un petit gars comme moi.
    voici donc à quoi je pense : le problème aujourd’hui n’est plus la bulle immobilière (subprimes)qui a bien crevé comme prévu dès l’été 2007, mais celle des produits dérivés. si je comprends bien, les hedge funds servent à spéculer sur ces produits dérivés comme ils ont servi à spéculer sur les actions poubelles créées à partir des prêts hypothécaires subprimes. mais je ne comprends pas pourquoi il est dit que cette spéculation représente le versant hyperinflationniste ? j’ai lu que c’est l’injection d’argent physique dans le système (pour éviter le plantage lié au manque de liquidités qui est lui-même la conséquence de la crise de confiance) qui est inflationniste. est-ce que tout ceci est juste ?

    • Bertrand Buisson • 22/01/2009 - 11:06

      Le versant hyperinflationniste n’est pas la spéculation mais l’engagement des Etats et des Banques Centrales à couvrir les pertes astronomiques de la spéculations (1,4 million de milliards de dollars pour les dérivés).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide