Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les éditoriaux de Jacques Cheminade

Jean Moulin - juin 2006

visites
923

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade2007.org, et consitutent le principal regard du candidat à la présidentielle de 2007 sur l’actualité française et internationale.

Laure Moulin, dans la biographie de son frère, rapporte une conversation que Jean avait eue avec son ami Roger Dumas, vers les années 1921 à 1925. Jean, qui ne voulait nullement mener une vie calme d’administrateur de province, entendait au contraire « entraîner, endiguer, canaliser les mouvements d’opinions possibles ». Les dégâts, disait-il, pouvaient être considérables en cas d’échec pour ceux qui auraient choisi de le suivre. « Si bien que, concluait-il, le responsable, celui qui donne le ton, trace la voie, peut être acculé à choisir de sacrifier sa propre vie, si elle doit limiter les dégâts. »

Après la trahison de Caluire, fin juin 1943, une vingtaine d’années plus tard, lorsque l’agent de la Gestapo qui l’avait torturé lui tendit de quoi écrire, il dessina la caricature du bourreau.

Cet attachement passionné à la cause de la justice, en même temps que ce détachement ironique envers sa propre vie, qui lui fit ne jamais trahir un seul secret, lui qui les savait tous, est un des exemples que nous devons aujourd’hui porter en nous.
L’on voit en effet la France envahie par une synarchie financière - Mittal Steel-Arcelor, Suez-GDF, Euronext, Alcatel-Lucent... - et de nouveaux collaborateurs se bousculer aux portes de l ’ennemi, comme Mmes Lauvergeon et Gaymard. Ceux-là cherchent à imposer une fois de plus, face à l’effondrement du système monétaire international, une austérité sociale et une recartellisation destructrices des fondements de l’Etat-nation. Alors qu’en même temps une sous-culture du jeu - allant des produits dérivés au Rapido et au gratte-gratte - et du court terme envahit l’espace public, émasculant l’esprit de résistance par les illusions de la cupidité et de la possession.

Résister ne signifie pas chercher à tout prix un changement de gouvernement, mais changer la manière de penser des hommes, les sortir de la cage intellectuelle et morale dans laquelle ils ont été enfermés, les faire redevenir citoyens d’une République.

Nous montrons ici comment le déploiement destructeur progresse dans notre pays. Mais il ne suffit pas de dénoncer. Il faut montrer un autre horizon ; c’est celui de notre projet politique qui va à la cause et non aux conséquences, le rang que la France doit tenir face à la mondialisation financière. Nouveau Bretton Woods, Pont terrestre eurasiatique, défense du service public (hôpital, laboratoire et école, énergie, eau, postes et transports)) sont ainsi les piliers de notre engagement, pour donner à voir avec les yeux du futur.

Notre force est de dire la vérité, en cherchant dans l’histoire, non des faits ou des héros, mais des principes d’action qui nous inspirent. Nous savons que l’humanité est intrinsèquement bonne, mais que si, dans sa pratique, elle rejette sa bonté, elle peut devenir pire qu’un animal. L’action politique permet de s’en préserver ; en se vouant à autrui, elle nous évite de devenir des salauds, uniquement concernés par eux-mêmes et leur situation sociale.

Contactez-nous !