Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses

Krach financier systémique : l’heure des dénis de réalité

visites
3733
commentaire

Par Lyndon H. LaRouche Jr.

5 août 2008 — Le monde vient de franchir un cap critique de la crise que tant de gens, y compris parmi mes propres associés, n’ont pas eu le courage d’envisager. La mort du système financier mondial actuel, formellement annoncée par avance pendant la nuit du 15 août 1971 lorsque le président Nixon annonça la fin de la convertibilité du dollar avec l’or, devient maintenant une réalité.

Si le jour, et l’heure exacte d’un tel développement dans la politique américaine reste impossible à prévoir à court terme, ce qui est sûr, c’est qu’à part les mesures d’urgence que je préconise, le système financier mondial est condamné à court terme et peut-être même à très court terme.

Cependant, un grand nombre de responsables financiers et monétaires s’efforcent à mentir comme si de rien n’était. L’incertitude est que pendant qu’ils mentent, aucun d’entre eux ne sait de manière certaine quelle est la vérité.

A l’heure actuelle, on estime qu’entre 1400 et 3000 banques américaines, sans compter celles d’Europe, sont déjà entassées dans les chambres funéraires du cimetière bancaire. Seules quelques unes ont eu droit à un enterrement décent, tandis que les dépouilles des autres reposent dans la chambre froide. Ce chiffre pourrait d’ailleurs être bien plus élevé, et avoisiner les 5000 banques.

La difficulté de chiffrer avec précision le nombre exact de banques en danger mortel est double. D’abord, les responsables du secteur mentent tous azimuts. Ensuite, faut-il encore définir ce qu’on entend par « mort » ; si le système actuel est effectivement totalement mort et ne pourra pas être ressuscité dans sa forme actuelle, le nombre de banques qu’on pourrait faire ressusciter avec un nouveau système dépend entièrement de la vitesse avec lequel ce nouveau système est mis en place.

Le facteur de l’idiotie de masse

Avec la disparition graduelle des membres de ma génération et des générations précédentes, il ne reste plus aucune personne compétente parmi les nouvelles générations pour ce qui concerne la pensée économique, ni dans la génération du baby-boom qui tient les manettes du pouvoir actuel au Congrès et à Wall Street, ni dans la nouvelle génération de jeunes adultes. Ces générations sont criblées de fantasmes, semblables à ceux d’un Alan Greenspan, notamment lorsqu’elles souhaitent croire que l’argent n’est simplement que ce que leurs rêveries pieuses espèrent ce qu’il soit, ou devienne. A quelques exceptions près, les économistes de la place, les spécialistes des marchés et les politiciens sont aussi fous qu’irresponsables sur ces questions.

Ce qu’il convient de rappeler avec force, c’est qu’en essence l’argent n’est qu’une fiction et non pas une quelconque expression d’une « vraie » valeur. La croyance même dans « un système d’argent » n’est que le marqueur d’une espèce de maladie mentale assez proche des fantasmes sexuels les plus morbides. La prédominance croissante des soixante-huitards parmi les élites en Amérique du Nord, en Europe et en ex-URSS, se reflète dans le mépris envers le monde du travail, l’industrie ou l’agriculture et même dans celui de la recherche, un état mental où les plaisirs qu’on a pu tirer de quelque expérience, vraie ou imaginaire, avec la cocaïne remplacent la réalité dans leurs préoccupations. Pour ces soixante-huitards du type « Alice aux pays des merveilles », l’argent n’est que « ce que nous espérons choisir comme croyance de masse ».

La première phase de la désintégration en cours est de nature financière et économique. La deuxième phase est l’effondrement du mode de vie « globalisé » sciemment voulu par les « boomers ». Peu importe la puissance de leurs convictions lunatiques, le système s’effondre, et il s’avère que c’est uniquement les mesures que je préconise qui pourront prévenir la descente aux enfers, ou pire, et éventuellement plus persistante que « l’âge des ténèbres » ayant presque fait disparaître la civilisation européenne au milieu du quatorzième siècle.

La seule « prédiction » qui a un sens aujourd’hui, c’est de prédire que vous pourriez, soudainement, et miraculeusement, abandonner vos sottes convictions. La fête dans laquelle vous croyiez vous trouver est terminée.

Le système actuel est aussi mort que mort. Ceux qui sont sains d’esprit acceptent cela comme un fait.

Pour creuser le sujet : les propositions de LaRouche

Contactez-nous !

Don rapide