Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les analyses de Jacques Cheminade

L’illusion du CNE

visites
1260

Les analyses de Jacques Cheminade sont publiées tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade2007.org, et consitutent le principal regard du candidat à la présidentielle de 2007 sur l’actualité française et internationale.

Le contrat nouvelles embauches est bel et bien une illusion de dame patronnesse libérale. L’étude réalisée par la direction des statistiques du ministère de l’Emploi (Dares) et l’Agence centrale des organisations de sécurité sociale (ACOSS) montre que sur les 440 000 contrats signés depuis août 2005, seulement 44 000 emplois (10 %) n’auraient pas été créés sans l’existence de ce nouveau contrat. Près de 70 % des embauches auraient eu lieu de toutes façons sous forme de CDD ou de CDI et dans 20 % des cas, le contrat n’a permis que d’anticiper des recrutements.

L’enquête révèle en outre que 30 % des CNE (environ 100 000) ont été rompus dans les six mois suivant l’embauche, proportion nettement supérieure à celle des CDI !

La vérité est qu’un bon entrepreneur n’a pas besoin de deux ans pour reconnaître si son salarié lui convient ; une période de trois à six mois serait le maximum. Prévoir une période de deux ans durant laquelle le contrat peut être rompu sans explication ne fait qu’encourager les patrons médiocres qui jouent sur la précarité, pas les bons qui se sentent responsables de leur équipe. Le CNE utilisé comme une période d’essai à rallonge n’est pas plus créateur d’emplois que des fiançailles trop prolongées ne sont la garantie de solides mariages.

En fait, c’est la croissance qui fait l’embauche, accompagnée par une véritable lutte contre les délocalisations et un grand projet pour la recherche à l’échelle européenne, et par une vraie politique de capital-risque et de formation professionnelle à l’échelle nationale. Il serait temps de s’y mettre. Nous y reviendrons.

Contactez-nous !