Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Déclarations de Lyndon LaRouche

LaRouche : Grippe porcine et dépopulation

visites
10088
commentaire

29 avril 2009 (Nouvelle Solidarité) - Lors de la conférence internet de Lyndon LaRouche hier, plusieurs questions lui ont été posées sur la pandémie de "grippe porcine" (A H1N1) :

« Nous avons été attentifs à vos mises en garde contre les politiques de dépopulation et l’effondrement des niveaux de vie qui créent le potentiel d’une pandémie. Est-ce ce phénomène que nous voyons à l’œuvre avec cette grippe porcine, ou seulement une tentative pour détourner l’attention ? »

LaRouche :

« Il y a encore beaucoup d’incertitudes sur cette pandémie, mais il y a des questions essentielles auxquelles nous devons répondre, sans avoir toutefois de réponses définitives.

La politique de la monarchie britannique, et du prince Philip en particulier, [*] est de réduire la population mondiale à moins de 2 milliards d’individus : c’est la politique poursuivie au travers du World Wildlife Fund (WWF) et c’est le but des politiques écologistes. Comment atteindre cet objectif rapidement ? Par des famines et des épidémies, rendues possibles par l’absence de systèmes sanitaires.

Toutes les préconditions physico-économiques pour ce type de pandémie mondiale sont réunies. C’est à cause des politiques économiques que les Etats-Unis défendent encore aujourd’hui. Le gouvernement Obama a une part de responsabilité dans ce qui arrive car il n’a pas rejeté ces politiques !

Regardez les conditions de vie au Mexique : elles résultent des politiques imposées par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne au Président Lopez-Portillo en 1982. Voilà comment ont été créées les conditions d’un génocide. Et c’est encore pire aujourd’hui, notamment avec l’explosion de la drogue. L’effet de ces mauvaises conditions économiques engendrées par les politiques actuelles, crée le potentiel d’une pandémie mondiale. On ne peut donc prendre la situation à la légère. Il est important de reconnaître que tous les ingrédients d’une pandémie mondiale sont réunis. Toutefois je n’affirme pas qu’il en sera ainsi. Par contre le potentiel est là. Nous devons donc agir pour empêcher que ce virus engendre une pandémie mondiale. Faisons l’hypothèse du pire et espérons que cela se passe bien. Mais il ne suffit pas d’espérer, il faut œuvrer pour cela.

Il y a un autre aspect que certaines personnes soulèveront mais pour lequel, présentement, on n’a aucune preuve. Par ma connaissance de certaines factions des gouvernements britannique et américain, je sais que des personnes haut placées voudraient aller dans le sens du prince Philip, comme ce qu’ils ont fait en synthétisant le LSD. Ils ont aussi utilisé des moyens chimiques, physiques et biologiques pour synthétiser des maladies virales et autres, ou des combinaisons de maladies qui interagiraient en vue de réduire la population mondiale. C’est exactement cette politique de massacre à grande échelle prescrite par Bertrand Russell et le prince Philip avec son WWF. Ils ont clairement l’intention d’atteindre cet objectif. Maintenant, je ne sais pas si cette grippe porcine n’est qu’un sous-produit de leurs politiques économiques et sociales abjectes, ou s’ils ont œuvré directement pour qu’elle arrive. Mais je vais partir du principe que c’est une politique délibérée, car je connais leur intention et la pandémie est bel et bien là. Je prends la défense de la population mondiale en supposant que c’est un acte délibéré, car même si je n’en ai pas la preuve, connaissant leur intention, je peux dire que c’est bien leur genre. Ces gens-là cherchent à réduire la population mondiale avec les politiques énoncées par Al Gore, le prince Philip et la monarchie britannique. Ils veulent provoquer un génocide et ont à leur disposition les moyens scientifiques pour le faire.

Nous sommes en guerre contre eux, et comme je sais qu’ils sont déterminés dans leur objectif, je me dois de les dénoncer. Comme dans une guerre classique, ils utilisent leurs « armes secrètes ». Et dans une guerre, si vous avez certain type d’armes vous permettant d’atteindre votre objectif, et que vous êtes suffisamment maléfique et avide, vous finissez par y recourir. C’est ainsi que nous devons voir cette grippe porcine. Il ne faut pas paniquer. Faites tout ce que vous pouvez pour l’arrêter et le plus vite possible. Mais en même temps, gardez l’esprit ouvert car il pourrait bien y avoir quelque chose derrière tout ça.

Ce peut être une maladie synthétique ou une combinaison de plusieurs maladies, taillée sur mesure pour utiliser une hypersensibilité identifiée chez une population particulière. Mais ce pourrait aussi être plus général. La simple menace d’une grippe porcine est telle que nous devons nous mobiliser en anticipant le pire. Le danger d’une pandémie mondiale est réel et nous devons prendre toutes les mesures possibles pour protéger la population. Il ne faut pas sous-estimer le risque. Si cette pandémie reste limitée, tant mieux, mais vous ne voudriez pas vous retrouver responsable de ses conséquences si elle devenait mondiale. Mobilisons-nous ! Et soyons rationnels : faisons l’hypothèse du pire et combattons-la. Quoiqu’il en soit, nous devrions avoir les moyens à disposition pour lutter contre ce type de menace. »

A Lire Notre dossier sur l’aventure pasteurienne


[*En août 1988, la Deutsche Presse Agentur (DPA) rapporta cette déclaration du prince Philip, alors président du WWF : « In the event that I am reincarnated, I would like to return as a deadly virus, in order to contribute something to solve overpopulation ». [Si j’étais réincarné, j’aimerais l’être sous la forme d’un virus mortel afin de contribuer à résoudre le problème de la surpopulation].

Voir le commentaire

  • Jean Sévin • 01/09/2009 - 05:13

    Il est scientifiquement accepté que bien gérée la planète bleue peut nourrir facilement plus de 10 milliards d’habitants.C’est un premier point.
    D’autre part l’Histoire montre qu’à certaines périodes de l’évolution, la nature redressait le espèces devenues en un sens menaçantes pour la planète comme illustré par la disparition des dinosaures au début de l’ère tertiaire.
    Enfin le point le plus important est que l’homme par nature n’est pas un meurtrier en puissance mais un être social avec des facultés tant intellectuelles que spirituelles que chacun, selon sa croyance et son milieu,
    peut développer pour le plus grand bien ou le plus grand mal de ses semblables.
    Pour tout croyant en un Etre supérieur créateur du cosmos, la religion bien comprise incite au bien et condamne le mal. Pensons au pari de Pascal et à l’avantage à croire à une vie meilleure après l’abandon de l’enveloppe charnelle.

    Un adepte de la foi bahá’ie (religion universelle garante d’une Paix mondiale
    dans un monde uni)
    Nouméa, Nouvelle-Calédonie

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 24 novembre le monde
en devenir

Don rapide