www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Orientation stratégique

LaRouche : La nouvelle loi Obama est semblable à la Loi des pleins pouvoirs de 1933

3744 visites | 6 commentaires

Mercredi, la Chambre des représentants américaine a adopté à une large majorité de 283 voix la National Defense Authorization Act (NDAA), malgré l’opposition de 43 républicains et 93 démocrates. Hier, le Sénat a fait de même par 86 voix contre 13. Cette loi, qui prévoit la détention extra-judiciaire de citoyens américains, devrait être promulguée par Barack Obama dans les prochains jours.

Lors du débat au Congrès lundi, le sénateur Carl Levin, élu démocrate du Michigan et président de la Commission des services armés, a révélé que c’est l’administration Obama elle-même qui est intervenue auprès de sa Commission pour faire exclure du projet de loi la clause exemptant les citoyens américains d’une détention militaire sur le sol américain. Grâce à cette intervention du Président, les citoyens américains verront leurs droits constitutionnels suspendus et pourront donc être détenus indéfiniment et sans procès.

La NDAA consacre également le droit du Président des Etats-Unis à recourir à la force pour capturer toute personne dans le monde ayant été proche d’Al Qaida, des Talibans ou de forces associées engagées contre les Etats-Unis ou leurs alliés. De surcroît, cette loi renforce l’importance de la prison militaire de Guantánamo, en élargissant l’interdiction de transfert à tous les prisonniers qui y sont détenus.

Avant la révélation de Carl Levin, de nombreux analystes préféraient croire que Barack Obama ne promulguerait jamais une telle loi, et d’anciens hauts commandants des forces armées – les généraux Joseph Hoar et Charles Krulak – avaient même publié lundi dans le New York Times un appel retentissant au Président Obama. Même l’ACLU, l’Union américaine pour les libertés civiques, a lancé une campagne de mobilisation contre la promulgation de la NDAA. Mais dans un communiqué publié mercredi, la Maison Blanche a annoncé qu’elle n’opposerait pas son véto à la NDAA. Rappelons que cette loi arrive après les révélations du New York Times sur le mémorandum secret de la Maison Blanche autorisant l’assassinat de citoyens américains sur ordre du président.

Pour sa part, Lyndon LaRouche a déclaré que la NDAA « viole la Constitution américaine » et doit être « abrogée » sur le champ. « Cette loi est semblable à la Loi des pleins pouvoirs de 1933 [« Ermächtigungsgesetz »] qui fit d’Hitler un dictateur en autorisant l’exécutif à opérer hors du champ constitutionnel », a-t-il déclaré. « Si l’on permet à cette loi de s’exercer, l’on crée une dictature aux Etats-Unis. » Les sénateurs et députés qui ont été assez bêtes pour approuver cette loi pourraient avoir à se défendre un jour devant un tribunal sur les crimes de guerre, a-t-il conclu.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 6 commentaires

Vos commentaires

  • Le 16 décembre 2011 à 20:50
    par petite souris

    Si l’on permet à cette loi de s’exercer, l’on crée une dictature aux Etats-Unis.

    Done ! C’est fait !

    J’en connais un qui va avoir envie de copier cette attitude ... et ainsi grâce à l’article 16 de notre constitution ... pourrait, pour éviter un échec, reporter sine die les élections présidentielles !!!

    Vive la démocratie !
    Vive la France Libre !

    demain les petites souris devront murmurer ces mots que derrière les plinthes.....................

    • Le 22 janvier 2012 à 12:24
      par cochon libre

      a-t-il besoin de ça ? mais non, il déclare l’état d’urgence et annule les élections, et hop !

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2011 à 20:35
    par Vivien

    Bonjour,

    C’est hallucinant si vous dites vrai.

    Alors Obama est prisonnier ou otage de l’oligarchie des banques ; ce que je pense. Mais je ne pense pas que cette façon d’agir vienne de lui.

    Pouvez-vous m’éclairer ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2011 à 20:42
    par Eric

    Le système monétaire produit des monstres. La politique de crédits productifs publics que vous prônez ne changera rien à cet état de fait. Le crédit productif public c’est encore de l’argent, et au nom de l’argent l’on tue des millions d’hommes et on détruit l’environnement. Je vous rappelle que nous disposons de moins de vingt ans pour changer de paradigme, car les spécialistes des ressources naturelles s’accordent pour dire que si la consommation de ressources naturelles continue d’être aussi excessive (nous dépassons actuellement de 30 % les capacités de la Terre à se régénérer), nous aurons besoin d’une deuxième planète vers 2030. Les membres de l’Empire britannique le savent pertinemment. C’est la raison pour laquelle ils veulent ramener la population mondiale à un milliard d’individus.

    • Le 16 décembre 2011 à 23:12
      par Nono

      Pour éviter cette vision cynique, il nous faut une économie basée sur les ressources créatives et intellectuelles de l’homme...
      Ca c’est le crédit productif public.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet