Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Déclarations de Lyndon LaRouche

LaRouche : Obama n’est qu’un symptôme, nous n’avons plus de gouvernement

visites
1188

16 avril 2009 (Nouvelle Solidarité) – Aux Etats-unis comme ailleurs, la déception au sujet d’Obama est très grande, y compris au sein même des institutions. Lors de la conférence internet de Lyndon LaRouche du 11 avril, une question reflétant une colère contre Obama lui a été posée par une importante personnalité au sein des institutions de la présidence à Washington. Voici des extraits de sa réponse :

« (…) Lorsque vous critiquez le Président, vous devez comprendre une chose qui est devenu évidente à mes yeux : il est narcissique. Il a le même profil que l’empereur Néron, et comme lui, ne se soucie pas de la réalité, mais de ses propres illusions. Il vit dans un fantasme et avec lui, la seule manière de procéder est de créer un environnement ne lui permettant pas de jouer ce genre de jeu. Obama n’est pas bête, il est même intelligent, mais il n’a pas de critères moraux. Le narcissique, comme dans le cas de Néron, n’a aucun caractère moral intrinsèque. Le narcissique se fait une image de lui-même et tente en permanence d’éviter tout accrochage avec elle. Il veut toujours se voir comme puissant, génial, etc.

(…)

« Je comprend votre rage contre Obama, mais mieux vaut se soucier des institutions de la présidence, et c’est ce qui me préoccupe. Souvenez-vous qu’il est, pour l’instant, dépendant d’un groupe très spécifique exposé par le Time magazine [les économistes comportementaux, ndlr].

(…)

« En fait, le véritable problème c’est que nous ne sommes pas gouvernés. Cette nation n’est pas gouvernée ! Il y a eu un effondrement total des institutions de gouvernement avec les deux mandats de ce crétin que nous avons eu.

(…)

« Nous ne devons donc pas trop nous concentrer sur la personnalité du Président. Il faut le faire seulement d’un point de vue clinique. Mais le problème reste que nous n’avons pas de gouvernement. Voyez tous ces sénateurs, voyez les gens qui ont posé des questions aujourd’hui : ils refusent de se poser les vrais questions : Comment établir un gouvernement en lieu et place de ce non-gouvernement ? De quel type de gouvernement avons-nous besoin pour faire face à cette situation ? Ils sont là à marchander comme dans un club de débateurs, sans jamais changer les termes de leurs questions. La situation est grave et ils ne sont pas dans la réalité : à l’échelle mondiale, nous n’avons pas de système adéquate pour faire vivre l’humanité, et nous n’avons pas de gouvernement aux Etats-Unis qui permette au pays de vivre.

« Au niveau individuel, je ne prête aucune importance à Obama ou à quiconque. Je suis préoccupé par le pays, par les générations d’humains qui naîtront. Ce n’est pas Obama la menace. Il ne sert a rien de chercher un bouc-émissaire, ça ne résoudra rien. Le véritable problème c’est que nous n’avons pas la capacité de nous gouverner ; et je suis déterminé à trouver une manière de créer cette capacité.

(…)

« Certains individus peuvent poser problème, mais leur problème provient d’un contexte général où nous n’avons pas de gouvernement en état de marche. Voilà où nous en sommes arrivés.

« A mon âge, j’ai connu un temps où nous avions de vrais gouvernements. J’ai connu l’époque où « gouvernement américain » voulait dire quelque chose, mais aujourd’hui, ça ne veut plus rien dire et ne fait que refléter l’incompétence. Frottez deux incompétents l’un contre l’autre et appelez cela gouvernement. Le problème n’est pas Obama, il n’est que le symptôme de notre incapacité à nous gouverner.

« Les gens sont en colère et ces élus au Congrès n’écoutent pas. 80% de la population, la plus modeste, est en colère, car elle n’a pas d’avenir et elle le sait très bien. Mais les dirigeants ne s’en soucient guère. Ils se soucient de ce que pensent les riches, ou de ceux qui voudraient l’être, mais pas du pays, ni de l’humanité. Ils s’en foutent de l’Afrique ! Ils font des beaux discours sur l’Afrique. Foutaises ! Je suis très impliqué avec l’Afrique et je ne les y voit pas.

« Voyez ! Même ici on ne les voit pas…ils s’en foutent ! Que fait-on pour les gens qui perdent leur couverture santé ? Savez-vous combien de gens meurent de ça ? C’est votre problème ! Tous ces problèmes sont les vôtres : l’économie, la santé, l’éducation, la drogue…

« A quoi sont dus tous ces problèmes ? Au fait que nous n’avons pas de gouvernement. »

Contactez-nous !