Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

LaRouche au Parlement européen de Strasbourg

visites
4358

17 décembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Lyndon LaRouche a pu exposer ses idées et la bataille politique dans laquelle il est engagé avec son mouvement, hier, au Parlement européen de Strasbourg.

A la tribune, accompagné de sa femme, responsable du parti politique allemand Bueso, Helga Zepp-LaRouche, de Claudio Celani du magazine international EIR, et des eurodéputés Cristiana Muscardini, Donato Speroni, et Erminio Boso, il s’est exprimé devant une trentaine de journalistes internationaux et députés européens, dont les présidents des groupes « Forza Italia » et « Nations unies d’Europe », ainsi que des membres de la Ligue du nord et du Parti socialiste néerlandais.

LaRouche a été présenté comme l’économiste qui n’avait pas seulement prévu la crise actuelle, mais qui en avait décrit, avec exactitude, la nature. Il s’est d’abord exprimé pendant 15 minutes (traduction en cours...), insistant sur l’importance d’une réorganisation bancaire pour résoudre « la pire crise depuis le 14e siècle ». Il a expliqué que la politique [de la Réserve fédérale américaine] de taux d’intérêt zéro était une « folie » et qu’elle contribuait à détruire le système bancaire, alors qu’il est essentiel de le protéger au travers d’une banqueroute organisée. LaRouche, dont l’autorité s’est étendue dans les rangs des institutions de la Présidence Obama et en raison de la crise mondiale, concentre ses efforts pour assurer que le nouveau président américain adoptera des mesures rooseveltiennes.

Plusieurs questions furent posées par des correspondants du Corriere della Sera, AP-Biscom et El Pais. La dernière, posée par un eurodéputé, portait sur la spéculation financière. LaRouche s’en est pris à George Soros, insistant, en particulier sur son rôle dans la promotion de la drogue au niveau international. Ce qui a enthousiasmé les journalistes…

Ont suivi plusieurs interviews, par deux télévisions nationales italiennes, TG1 et TG3, l’agence de presse économique AP-Biscom, la radio Radiocor, qui a appelé de Rome et qui appartient au quotidien Il Sole 24 Ore et la radio Padania de la Ligue du nord, qui a appelé de Milan.

Dans la soirée, l’événement avait été largement couvert en Italie, notamment par ANSA et Radiocor, et repris par de nombreux autres médias. Le Corriere della Sera le couvre dans son édition datée d’aujourd’hui.

Contactez-nous !