Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

LaRouche en dialogue avec l’équipe de transition d’Obama

visites
1941

19 janvier 2009 (Nouvelle Solidarité) – Le 22 janvier, deux jours après l’entrée en fonction de la nouvelle Présidence américaine, se tiendra la conférence internet de Lyndon LaRouche, prévue de longue date. Mais à la demande de ses amis et sympathisants dans les institutions, M. LaRouche s’est également exprimé sur internet le 16 janvier, avant l’investiture de Barack Obama, afin de clarifier les enjeux stratégiques et économiques face auxquels la nouvelle Présidence va devoir prendre des décisions déterminantes. Lors de la période de questions-réponses, qui a duré deux heures, LaRouche a répondu aux questions de membres de l’équipe de transition d’Obama et de membres des institutions de la Présidence.

Nous publions ici un extrait de sa réponse à un groupe d’institutionnels qui ne soutenait pas la candidature Obama, mais qui se disent optimistes après qu’ait été formée la nouvelle administration :

« J’ai souligné depuis longtemps, et particulièrement depuis que se forme la nouvelle Présidence, que nous devons considérer notre rôle dans les institutions d’un point de vue supérieur aux bavardages de la presse et des talk-show du dimanche. Historiquement, les Etats-Unis sont un pays unique, mais très peu de gens le comprennent. (…) Plus ils sont instruits, moins ils peuvent comprendre l’histoire et se laissent distraire par d’autres préoccupations. Mais le fait est que les Etats-Unis sont le produit d’un progrès dans la civilisation européenne, dont les racines se trouvent essentiellement dans le Concile de Florence, au milieu du XIVe siècle, qui a donné naissance à la conception moderne d’Etat-nation et de science physique associée au travaux du Cardinal Nicolas de Cuse. (…) Avec les guerres de religions entre 1492 et 1648, la vieille Europe a repris le dessus sur cette jeune Europe. (…) Face à cette corruption de l’Europe, les regards se sont portés au-delà des océans. (…) Entre 1620 et 1640, mes ancêtres sont finalement arrivés dans la baie du Massachusetts, inspirés par l’idée de république. (…) Même après la fin des guerres de religions, la situation de l’Europe ne s’est pas arrangée et a dégénérée. Il y a eu une brève Renaissance après 1648, avec le Cardinal Mazarin et Jean-Baptiste Colbert, dont Leibniz faisait partie. Mais Louis XIV et d’autres sont devenus les pions d’une conspiration libérale anglo-hollandaise. (…) Depuis 1763, nous avons été constamment en guerre avec les Britanniques, qui étaient devenus un empire dans le pire sens du terme. Et nous avons été le pivot de la résistance à cet Empire. (…) Nous avons aussi subi la domination d’influences étrangères anglo-hollandaises de l’intérieur. Mais aujourd’hui, ceux d’entre nous qui partagent et embrassent cet héritage, avons une responsabilité sacrée vis-à-vis du reste de l’humanité, (…) de former sur cette planète une union d’Etat-nations souverains qui devra être la seule force existante, une communauté d’Etats-nations dont nous devons être l’exemple. (…) Lorsque l’on parle de la Présidence des Etats-Unis, nous ne parlons donc pas simplement du chef de l’Etat, mais de quelque chose de plus profond, de plus sacré : par notre institution, nous incarnons quelque chose de nécessaire au destin de l’humanité. (…) La Présidence ne se résume pas à un individu. (…) La Présidence des Etats-Unis est une communauté de gens qui interagissent (…) et qui est représentée par des gens d’expérience et de confiance, d’anciens responsables, qui façonnent la pensée de la Présidence (…) Nous avons désormais une nouvelle présidence, mais ce n’est pas la Présidence Obama ; c’est la Présidence des Etats-Unis avec Barack Obama comme Président. Et il y a un processus délibératif dans lequel convergent les différents facteurs de la Présidence afin de diriger cette nation pour qu’elle réalise la mission qui était la sienne lorsqu’elle fut créée. Ma préoccupation est que Barack Obama comprenne le caractère de cette institution. (…) Je ne sais pas s’il prendra les bonnes décisions dès mardi [le 20 janvier, ndt], il n’a peut être pas l’expérience, la capacité de jugement et la condition qui puissent lui montrer quelle est sa mission. Peut-être fera-t-il de nombreuses erreurs, mais, même si c’est important, ce n’est pas la question. Ce qui est important est de savoir si la Présidence des Etats-Unis va fonctionner comme elle devrait, avec lui comme Président. »

Un compte-rendu plus exhaustif sera publié dans le prochain numéro du journal Nouvelle Solidarité

Contactez-nous !