Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

LaRouche intervient sur la famine et les biocarburants d’Al Gore

« Avant qu’une famine de masse ne devienne irréversible, mettons fin à la politique de bio-carburants d’Al Gore »

14 avril 2008 (LPAC) — Face au risque très réel que l’hyperinflation et les pénuries alimentaires ne conduisent à une famine de masse, en particulier dans les pays les plus pauvres, Lyndon LaRouche, économiste et démocrate états-unien, a rendu publiques aujourd’hui les orientations politiques de son programme d’action :

  • Contrairement aux diktats libre-échangistes imposés par le FMI et la Banque mondiale, chaque nation a le droit à l’auto-défense contre la famine. Ce droit inclut la possibilité d’imposer des contrôles à l’exportation, de négocier des accords d’Etat à Etat et de prendre toutes les mesures de contrôle des prix requises pour garantir la sécurité de son peuple.
  • Une coalition de nations doit s’assembler pour adopter des mesures destinées à augmenter la production de nourriture et à la rendre disponible à tous les pays qui en ont un besoin urgent.

Sans plus tarder, nous devons mettre un terme à la politique de production de biocarburants dont Al Gore s’est fait le promoteur acharné, au nom d’un attachement idéologique à la Grande-Bretagne et de ses intérêts financiers à la City de Londres. En consacrant 12% de la récolte mondiale de maïs à la production de biocarburants, ainsi qu’une proportion importante de graines oléagineuses et même de blé, cette politique ôte littéralement la nourriture de la bouche des pauvres. S’ajoutant à une politique de libre échange et de libre marché, inspirée de celle de la Compagnie des Indes orientales britannique au XVIIIe siècle, elle mènerait directement à des famines de masse.

LaRouche incite les lecteurs à consulter le dernier numéro de l’EIR, Executive Intelligence Review, pour saisir toute la dimension du problème et les paramètres de sa solution.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 février le monde
en devenir

Don rapide