www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Orientation stratégique

LaRouche : la plus grande crise de l’humanité et comment la surmonter

2499 visites | 7 commentaires

Résumé du discours d’ouverture prononcé le 21 février 2009 par Lyndon LaRouche à l’occasion de la conférence internationale de l’Institut Schiller à Rüsselsheim en Allemagne.

La vidéo du discours, avec traduction française, est disponible ICI


Nous vivons un moment historique sans précédent depuis l’âge des ténèbres du XIVème siècle. Voilà un aspect du problème qui se pose, dans la mesure où il n’y a personne, en vie aujourd’hui ou ayant vécu au cours des dernières générations, qui ait la moindre idée de ce qui arrive à la planète en ce moment.

La terre compte actuellement environ 6,7 milliards d’habitants. Faute de prendre les mesures nécessaires à l’échelle mondiale, que j’indiquerai ici, ce nombre ne sera plus, au mieux, que de 2 milliards d’ici deux générations. Des pans entiers de nos cultures risquent de disparaître, à part quelques survivants qui se rappelleront du passé pour le transmettre à leurs descendants.

Aux Etats-Unis, notre nouveau Président est entouré d’un groupe de personnes douées et compétentes. Certaines ne me plaisent pas du tout, mais dans l’ensemble, ces individus représentent les meilleurs talents que les Etats-Unis puissent nous offrir. Malheureusement, ils n’ont ni l’expérience, ni la compréhension pour faire face au type de crise qui nous tombe dessus.

Evidemment, moi non plus, je n’étais pas là au XIVème siècle, mais j’ai une assez bonne idée, peut-être plus que tout autre personne vivante, de ce qu’il faut faire aujourd’hui. Par conséquent, j’ai la lourde responsabilité de faire la distinction entre ce que les experts savent du remède à administrer et ce qu’ils ne savent pas, et donc de leur montrer ce qui leur échappe. Certains parlent de cette crise comme d’une « récession », ce qui est puéril, ou encore d’une « dépression », ce qui est un terme beaucoup trop faible.

En réalité, notre civilisation est confrontée à une crise existentielle d’une telle gravité qu’elle risque de ne pas pouvoir la surmonter. Des civilisations, des cultures, des sociétés entières et leurs populations peuvent disparaître. Il faut bien se rendre compte de la vulnérabilité de la population mondiale.

Prenons le cas de la Chine, frappée d’une crise brutale : elle sera incapable de maintenir en vie sa population de 1,4 milliard d’individus si les tendances actuelles se confirment. Toutefois, le problème n’est pas chinois, mais international. L’Inde est un peu plus stable, parce qu’elle est moins tributaire des exportations, mais elle est tout aussi vulnérable. La Russie est au bord de la non existence ! L’ensemble de l’Asie du sud-ouest est en crise, tandis que l’Afrique est la cible d’un génocide, orchestré notamment par l’empire britannique, et sa population pourrait être anéantie si nous ne l’arrêtons pas. Celle des Etats-Unis, d’Amérique du Sud et d’autres continents est également menacée.

Dans cette situation, le schéma habituel qu’emploient les gouvernements de certaines nations pour réagir à la crise, s’avère tout à fait inopérant et erroné.

Rétablir la souveraineté nationale

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une réaffirmation de la souveraineté nationale, surtout en Europe, qui l’a totalement abandonnée. Faute de défendre et promouvoir la souveraineté nationale, on ne pourra pas mobiliser les populations du monde pour faire face. En même temps, il faut comprendre comment organiser une lutte globale pour surmonter le grand krach, c’est-à-dire comment amener des nations, qui ne sont pas proches par nature, à collaborer en toute souveraineté dans une coopération à long terme – de l’ordre de cinquante ans ou plus, afin de rebâtir l’économie mondiale et d’assurer la survie de la civilisation.

Les talents existent pour traiter le problème, mais ils ne conçoivent pas la manière de s’organiser pour un effort conjoint. Voilà mon travail.

Pour ce qui est de la nature de l’enjeu lui-même, les économistes professionnels ne sont aucunement compétents pour traiter le coeur du problème. Il existe des personnes capables de mettre en oeuvre des programmes, mais elles n’ont pas vraiment étudié le problème du point de vue de l’histoire longue. Elles pensent en termes de quelques générations, ou de seulement quelques siècles, alors qu’il faudrait prendre en compte les derniers 2000 ou 3000 ans, pour en apprécier l’ampleur.

Récapitulons. Le 25 juillet 2007, j’ai affirmé lors d’une conférence internet que nous étions au bord d’une crise généralisée d’effondrement du système financier et monétaire mondial. J’ai clairement identifié le problème et certaines des mesures à prendre. Trois jours plus tard, le système commença à se disloquer. Certains idiots évoquaient une « crise du crédit immobilier subprime ». En réalité, il s’agissait du râle d’agonie du système. Depuis, la désintégration de l’économie mondiale ne fait que s’accélérer.

Les « experts » sont partis du point de vue qu’il n’est pas nécessaire d’effectuer des changements fondamentaux, qui renverseraient les politiques suivies, en particulier depuis le printemps 1968. En fait, il faudrait annuler la plupart des politiques adoptées depuis le 1er mars 1968, lorsque le président Johnson prit la première mesure de démantèlement du système à taux de change fixes. Ce démantèlement signifiait l’autodestruction des Etats-Unis et condamnait l’Europe au déclin.

Depuis lors, les pays européens ont perdu leur souveraineté. Ce grand espace de l’Europe occidentale et centrale a cessé d’être un bastion de souveraineté. Aucun pays de l’UE ne dispose plus de l’autorité juridique pour gérer sa propre économie. Tous sont sous la coupe du système de l’euro, qui les emprisonne. Ils n’ont même pas le droit d’émettre du crédit productif public pour assurer une reprise. Dans le cadre des règles actuelles, ils ne sont pas autorisés à augmenter les investissements en capitaux, grâce au crédit public productif, pour renverser la vapeur.

Prenons par exemple le cas d’Opel, ici à Rüsselsheim en Allemagne, où se tient notre conférence. Le secteur de l’automobile international est en pleine désintégration. Aux Etats-Unis, l’industrie automobile est morte ; il y a longtemps qu’elle s’est suicidée, mais c’est seulement maintenant que sa mort se manifeste. (...)

Le nucléaire et les technologies de pointe

L’origine de cette crise remonte à 1968. Au lieu de mobiliser les ressources nécessaires pour faire face au déclin industriel et économique, sous la pression des soixante-huitards qui défilaient dans la rue, on a pris la direction opposée, optant pour une société dite « postindustrielle ». On a banni l’énergie nucléaire, qui est la seule source énergétique à même d’assurer une vraie croissance économique.

En science économique, la plupart des gens sont ignares. Ils croient à la soi-disant « énergie gratuite » et pensent qu’on peut se fier au vent et au soleil pour produire de l’énergie. Ce n’est pas possible ! On a oublié ce qu’est l’énergie. Telle calorie n’est pas égale à une autre. L’énergie se mesure en termes de densité de flux énergétique : il s’agit de l’intensité d’un flux de chaleur (ou de son équivalent en température) utilisée par la source de puissance.

Cela vaut aussi pour la chimie physique : pour transformer des déchets en matières premières, on a besoin de sources énergétiques à forte densité de flux énergétique. Le pétrole n’est pas suffisant, pas plus que le gaz naturel.

Par exemple, sans la fission nucléaire et sans la perspective de fusion thermonucléaire, nous ne pourrons pas développer la quantité d’énergie nécessaire pour garantir l’approvisionnement en eau douce des nations densément peuplées. L’Inde utilise déjà ses ressources en eau fossile, tandis qu’elles s’épuisent en Europe, comme aux Etats-Unis. Sans énergie nucléaire, il n’y aura pas de relance économique. L’éolien est une farce, qui n’existe que grâce à des subventions publiques. Toute la conception de l’infrastructure et la culture du travail industriel qualifié sont passées aux oubliettes.

De même, nous avons commencé à délocaliser les emplois d’Europe et des Etats-Unis vers des pays pauvres. Les « experts » nous disaient que c’était une bonne affaire, mais c’est un leurre. Ils s’y sont installés pour disposer de main d’œuvre bon marché, mais la productivité du monde, dans l’ensemble, a chuté à la suite de ces délocalisations. On s’aperçoit désormais que la Chine est excessivement dépendante de ses exportations. Elle est plongée dans une crise existentielle, car le genre de marché à l’exportation dont elle vivait, avec ses ouvriers mal payés, n’existe plus.

Nous devons changer radicalement cette situation. Actuellement, nous sommes incapables d’entretenir la technologie nécessaire pour faire vivre une population de plus de six milliards de personnes, ne serait-ce qu’à leur niveau de vie actuel. Si l’on abaisse encore ce niveau, il y aura des morts. En Chine, faute de trouver un remède, on voit déjà le début de ce genre de génocide potentiel. Comment infléchir les orientations politiques actuelles ? Comment renverser la vapeur ?

Il faut provoquer une prise de conscience, car les habitudes mentales qui dominent la vie des nations, en particulier depuis Mai 68, tuent des gens et si nous n’y changeons rien, une bonne partie de la population mondiale disparaîtra dans sa chute vers un nouvel âge des ténèbres.

Culture et Etat-nation

Le levier pour obtenir ce changement consiste à forger de nouvelles formes de coopération, surtout pour fournir une direction à la planète. L’Europe, en raison de son organisation et de ses lois, est pour l’instant incapable de générer le capital nécessaire pour rebâtir ses propres économies et encore moins l’économie mondiale. (L’opposition au nucléaire n’est qu’un aspect du problème. Les pays sont démobilisés : tous ces moulins à vent, ici, ne sont qu’un signe de damnation, ce ne sont pas des cibles pour Don Quichotte. Pas question d’avoir une industrie moderne avec ces éoliennes !)

Qui pourra le faire alors ? Il y a quatre pays sur cette planète qui peuvent, en coopérant, stimuler le monde dans son ensemble pour faire adopter le remède. Les Etats-Unis (quoi que vous puissiez penser de leur politique) sont déterminants. Sans leur coopération, il n’y aura pas de relance globale. Sans défendre la Chine, la reprise ne marchera pas non plus. De même pour l’Inde et la Russie. Sans réunir ces quatre puissances, entre autres, dans la solidarité, afin d’inverser la dérive des quarante dernières années pour recouvrer la santé mentale, cette descente dans un âge des ténèbres deviendra quasiment inarrêtable.

Il faut revenir au concept d’Etat-nation souverain. Avec la mondialisation, nous avons les mains liées. On a besoin de l’Etat-nation souverain, ne serait-ce que pour des raisons culturelles.

Quel est le problème, en particulier avec ces délocalisations ? Comment subvenir aux besoins d’une population qui est passée de moins d’un milliard au milieu du XIVème siècle à 6,7 milliards aujourd’hui ? On doit s’appuyer sur le progrès scientifique et technologique, qui entraîne à son tour le développement des infrastructures et de l’industrie, permettant d’assurer le bien-être de la population, en lui fournissant par exemple les soins médicaux et les systèmes de santé, qui sont tout aussi importants. Grâce à l’éducation et à la culture, les capacités intellectuelles de la population se développent. On forme des individus capables d’assimiler la science et la technologie modernes et de les appliquer, à la production ou ailleurs. En rejetant la technologie de pointe, comme on l’a fait depuis 1968, on condamne la planète.

Prenons une population devenue étrangère à la science et à la technologie. On pourra la mobiliser en l’impliquant dans un travail productif permettant le rétablissement de bonnes conditions de vie pour chacun.

Cependant, sans cultures nationales, c’est impossible. Ce que les gens et la plupart des économistes ne comprennent pas, c’est la vraie notion de « productivité ». La productivité dépend des facultés créatrices de l’esprit humain, qui permettent de faire des découvertes scientifiques et, plus largement, donnent à la population les moyens d’assimiler l’innovation et le progrès. Autrement dit, au contact de la science et de la technologie, et aussi de la culture classique, la créativité de la population augmente. Elle acquiert ainsi la capacité de faire des découvertes, ou du moins la capacité de les assimiler de manière productive.

Sans cette orientation vers la science et la culture classique, c’est beaucoup plus difficile. La camelote que l’on nous vend aujourd’hui en guise de culture, empêche les gens de développer leur potentiel créateur. On le voit bien dans nos systèmes d’éducation.

Avec la mondialisation, l’idée de maintenir les populations asiatiques ou latino-américaines dans l’arriération, pauvres et privées de culture classique, les condamne à ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins, ce que seule la véritable créativité permet d’obtenir.

Pour développer cette créativité, la culture nationale de chacun est le véhicule qui amène les gens à penser de façon créative, pour eux-mêmes comme pour leur société. Si l’on pense à une force de travail composée de main d’oeuvre bon marché, elle est incapable d’innover, cantonnée à des méthodes de production qui n’encouragent pas le progrès.

Cette idée de la créativité comme fondement de la productivité était essentiellement européenne. L’impulsion initiale de ce qui allait devenir la civilisation européenne moderne remonte à l’époque du grand Concile de Florence, vers 1439. Elle s’est manifestée par l’influence de Nicolas de Cues, par exemple, et de Filippo Brunelleschi auparavant, reflétée dans le dôme de la basilique Santa Maria della Fiore à Florence, et plus tard avec Léonard de Vinci et les grands esprits scientifiques des XVIème et XVIIème siècles. Voilà l’origine de la culture européenne moderne.

En parallèle, nous avons le processus conduisant, par l’intermédiaire de Jean-Sébastien Bach, à la grande musique et autres chefs d’œuvre de la culture artistique classique. Ces richesses, qui ont vu le jour en Europe, furent « exportées » et répandues en Amérique du Sud et du Nord.

L’intention des humanistes était d’étendre au monde entier l’accès à ce genre de savoir, encourageant ainsi, chez l’individu, la qualité qui distingue l’homme de l’animal : la créativité.

Aucune forme de vie animale n’est capable d’accroître, volontairement, son potentiel de densité démographique relative. L’espèce humaine est la seule qui soit, et sera, capable d’accroître ce potentiel, d’augmenter son niveau et son espérance de vie. La créativité, qui n’existe que chez l’homme, est la locomotive du progrès scientifique et technologique et du progrès culturel. Par conséquent, lorsque nous éradiquons cette capacité, en appliquant une politique de main d’oeuvre bon marché, une idéologie anti-science ou encore une culture qui méprise cette capacité au lieu de l’encourager, nous détruisons l’économie.

La créativité s’exprime au niveau individuel, mais chez des individus appartenant à une certaine culture. Dans l’utilisation de la langue, par exemple. La langue nationale est utilisée pour exprimer des idées. Reste à déterminer à quels degré et profondeur ces idées peuvent être communiquées à la population. Si l’on maintient dans l’ignorance 50 ou 60% de la population, sera-t-elle capable de développer sa créativité ? Non !

Par conséquent, la culture nationale – l’eau dans laquelle nage la population-poisson – et son développement sont la source de l’accroissement de la créativité et de la productivité potentielle des citoyens. En vérité, il s’agit là d’un mouvement culturel qui sert de base pour promouvoir la créativité. Cela s’appelle, chez Leibniz et d’autres, la dynamique, contrairement aux méthodes cartésiennes.

Nous voulons donc mobiliser les Etats-nations souverains, non pour s’entretuer, mais en conformité avec les principes des Traités de Westphalie : un peuple national souverain considère que le bien-être des autres peuples souverains répond à son propre intérêt bien compris, tout en défendant sa propre souveraineté. Voilà l’origine des grands accomplissements de la civilisation européenne. C’est une leçon que nous avons jadis apprise de l’étude d’autres cultures, en Asie ou ailleurs.

Le rôle des Etats-Unis

Pour cela, le rôle central des Etats-Unis est essentiel, bien que beaucoup d’Européens rechignent à l’admettre. Interrogeons-nous donc sur ce que « sont » réellement les Etats-Unis.

[M. LaRouche examina ensuite l’origine des colonies d’Amérique du Nord, projet qui remontait aux cercles autour de Nicolas de Cues. Les colons, expliqua-t-il, étaient en grande partie des pionniers qui entendaient sauver la culture européenne en la transposant le plus loin possible de l’oligarchie européenne qui déchaînait les guerres de Religion et l’oppression. « Ainsi, dès le début, avant même d’être formellement une nation, les futurs Etats-Unis avaient un caractère dynamique, imprimé par ceux qui voulaient sauver le meilleur de la culture européenne. »

Ainsi, les Etats-Unis devinrent une grande puissance économique, expliqua LaRouche, grâce en particulier au chemin de fer transcontinental, qui permit d’intégrer l’ensemble du territoire, de l’Atlantique au Pacifique, par voie terrestre. Ce grand projet, lancé par le Président Lincoln, révolutionna le développement économique. Il mit un terme à la primauté historique de la puissance maritime, sur laquelle s’appuyait l’empire britannique pour dominer le monde.

LaRouche rappela que l’une des qualités du peuple américain est son aversion viscérale pour la noblesse et l’oligarchie, qui restent malheureusement un objet de fascination dans certains pays d’Europe.

Nous devons faire revivre cette tradition américaine et rechercher des partenaires avec qui collaborer, à des fins communes, à partir de cultures différentes. Un peuple, dans son ensemble, doit se développer dynamiquement, en tant que culture nationale. Puis, en s’appuyant sur le même principe que la paix de Westphalie, (...), des nations représentatives et volontaires, comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde, pourront s’engager pour un objectif à long terme. Le « long terme » signifie entre 80 et 100 ans, parce que les investissements en capitaux et les investissements dans le développement des populations, se comptent en générations. Une perspective de 50 ans pour l’infrastructure, et même de 100 ans pour les grands systèmes fluviaux et de transport mondiaux s’impose.

L’objectif est d’augmenter la productivité de la population, grâce au développement de l’infrastructure et de l’énergie. On vise en priorité le développement culturel des populations, dans leur culture nationale. L’orientation vers le progrès scientifique, technologique et culturel doit être la règle, afin de renverser les tendances imposées depuis 1968 et de revenir à l’accord implicitement fixé aux nations au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, à savoir ériger un monde affranchi du colonialisme, de l’assujettissement des peuples et des traditions oligarchiques.

Voilà ce qui motiva les Européens à traverser l’Atlantique pour tenter de bâtir, hors d’Europe, un bastion de la civilisation européenne. (...)

Pour ce qui est de la nouvelle administration américaine, j’estime que certains de ses membres disposent de talent et de compétences. Il y en a d’autres que je n’aime pas, non pour des raisons personnelles mais à cause de leur politique. Mais en général, les personnes dans ce gouvernement, et celles qui lui sont associées, sont capables de mener à bien le travail qui s’impose.

Le problème vient d’individus comme George Soros et de cette clique de Wall Street, qui incarnent le pire, chez nous et en Europe. Par exemple, George Soros est le plus grand promoteur de la drogue au niveau mondial. C’est un valet de l’empire britannique, qui fait équipe avec Lord Malloch Brown, le numéro deux du Foreign Office britannique.

Le refus des nations de s’attaquer au trafic international des stupéfiants est un des principaux problèmes. Ce trafic est organisé comme les opérations des Anglo-Hollandais au XVIIIème siècle. Par exemple, la production de pavot d’un paysan afghan lui rapporte de 500 à 600 dollars. Le prix du produit livré au consommateur en Europe ou aux Etats-Unis peut être mille fois plus élevé. La situation est identique en Amérique du sud.

Le problème stratégique en Asie du sud-ouest vient, en grande partie, de la drogue. C’est pourquoi envoyer des soldats en Afghanistan pour combattre les terroristes est une folie. (...) Il faut arrêter le trafic transfrontalier de la drogue, ce qui signifie s’attaquer à l’empire britannique [qui vit de l’argent de la drogue]. Il faut aussi fermer les paradis fiscaux et les marchés de produits financiers dérivés.

Nous devons instaurer une coopération entre nations pour combattre ce type de problème et, d’un point de vue positif, pour assurer le développement économique à long terme. Pour mettre en oeuvre un programme de relance aux Etats-Unis, l’administration actuelle, malgré certaines personnes mal avisées, a le potentiel d’aller dans ce sens. Mais nous allons avoir besoin de crédit pour des investissements à long terme, par exemple pour exploiter les matières premières de Russie et développer la production reposant sur ces matières premières. Cela implique des systèmes de transport et l’ouverture des régions de la toundra. La culture nationale doit être à même de traiter ce problème. Certaines personnes que je connais au musée Vernadski de Moscou sont des spécialistes en la matière et nous aurons besoin de leur coopération. (...)

Puis nous avons la Chine, une culture asiatique. Elle ne survivra pas à moins de réorienter son économie et d’être soutenue dans ses relations économiques avec le reste du monde. Ne pouvant plus compter sur des exportations bon marché aux Etats-Unis, la Chine devrait lancer un programme d’investissements à long terme, créant le crédit nécessaire pour que la population chinoise puisse accroître elle-même sa productivité. A cela, il faut intégrer l’Inde, puis l’Asie du sud-ouest. Les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde représentent les principales concentrations de pouvoir économique et politique dans le monde.

En finir avec le monétarisme

Pour en revenir à mon rôle spécifique, on doit se débarrasser de l’idée selon laquelle l’argent représente une valeur intrinsèque. Ce n’est pas l’argent qui détermine la valeur des biens. Il faut instaurer, entre nations, un système de taux de change fixes, afin d’éviter que, lorsqu’elles empruntent de l’argent à 2%, les fluctuations des devises ne haussent ce taux à 4 ou 5%. De même, au lieu d’un système monétaire, qui est intrinsèquement un système impérialiste, il nous faut un système de crédit productif public. C’était l’intention de Franklin Roosevelt avant sa mort, en 1944, que [le président] Truman renversa de fond en comble.

En proposant de construire un système de crédit à taux de change fixes, Roosevelt s’opposait à Keynes, un impérialiste de la pire espèce. Dans la préface du livre qu’il fit publier en allemand, en 1937, Keynes expliquait qu’à l’époque, les conditions en Allemagne étaient plus propices pour ses idées que partout ailleurs dans le monde. Et c’était vrai !

Un système monétaire signifie que les nations n’ont pas de système de crédit souverain. On a affaire à un arrangement monétaire international, sous le contrôle de banquiers de style vénitien, qui utilisent les gouvernements et leurs devises nominales dans des schémas arrangés par une combinaison de puissances monétaires privées. Etablissons donc un système de crédit, où seul l’Etat peut émettre de la monnaie par un acte souverain. Cette création monétaire a lieu sous forme de crédit, qui peut être ensuite monétisé selon la loi.

Nous avons besoin d’investissements à long terme, à 25 ans, à 50 ans et à 100 ans. La construction d’une centrale nucléaire requiert un investissement sur 30 ou 40 ans. La fusion thermonucléaire doit être développée pour pouvoir maîtriser des densités de flux énergétique plus fortes, qui nous permettent d’évoluer vers des technologies plus performantes et moins polluantes.

Pour résumer, je propose d’élaborer un accord entre nations pour un système à taux de change fixes et des traités cadres portant sur des objectifs communs et des projets à long terme. Il s’agit également d’informer les populations sur l’importance de ces accords.

Mais avant tout, nous devons revenir à l’Etat-nation. C’est là que j’entre en scène et c’est là qu’est mon plus grand combat. Le 25 juillet 2007, j’ai soumis un projet de loi très spécifique sur les finances, parce que je savais que nous nous dirigions vers une énorme crise immobilière. Je proposai de mettre l’ensemble du système de crédit immobilier en redressement judiciaire, tout en empêchant une vague de saisies de logements en raison de l’éclatement de la bulle spéculative. L’on devait aussi empêcher la fermeture des banques agréées, dont les services sont indispensables. Je préconisai de mettre les banques en banqueroute contrôlée, sous protection légale, et d’éplucher leurs comptes : si leurs investissements sont légitimes, on les protège. S’il s’agit de pure spéculation, ce monstre spéculatif, « désolés, vous n’aurez rien ; vous êtes en banqueroute, c’est fini ! », leur dira-t-on.

En septembre 2007, lorsque nous l’avons proposée, cette démarche aurait pu nous épargner le pétrin dans lequel nous sommes aujourd’hui, si le sénateur Dodd et le membre du Congrès Barney Frank, entre autres, ne l’avaient torpillée.

Aux Etats-Unis, le pouvoir financier exerce une forte influence politique. Cependant, on peut tout aussi bien réveiller la véritable tradition américaine, qui lui est opposée, pour qu’elle reprenne le dessus. D’où mon rôle essentiel, qui est de concevoir, promouvoir et défendre le type de système que je viens d’évoquer.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 7 commentaires

Vos commentaires

  • Le 8 juillet 2009 à 11:33
    par richzen

    J’aime bien votre clairevoyance !

    exepté en ce qui concerne le nucléaire : trop de problèmes à résoudre ( où et comment stoquer les déchets ?) ;dangers potentiels ( cf. Thernobyl et autres "accidents" en France ).

    Connaissez vous la "fusion froide" ?
    Pourquoi ne pas appeler plutôt à développer ce type d’énergie ?

    Connaissez vous les travaux de Tesla ?
    Pourquoi ne pas appeler à investiguer dans ce sens ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2009 à 13:33
    par

    Complétement d’accord sur les deux premiers paragraphes. On assiste à un génocide de certaines populations à commencer par les africains. La souveraineté a été perdue et doit être retrouvée. On a une petite idée du "Pourquoi cette souveraineté a été perdue ?" Pour nous en sortir, nous allons relocaliser les pouvoirs, la monnaie, l’économie et l’agriculture.
    Par contre, sur le deuxième paragraphe intitulé "Le nucléaire et les technologies de pointe", je ne vois pas d’impératif à avoir une industrie moderne. Je ne vois pas non plus d’impératif à croitre. Au contraire, je pense qu’il va nous falloir apprendre la décroissance en bonne intelligence. Je m’explique : il n’y a aucune raison de se priver de nos technologies pour effectuer un retour à la terre, par exemple. De plus, c’est ignoré qu’il existe deux écoles dans la physique. La première est en quête de particules de plus en plus petites. La deuxième avance le tout électro-magnétique que ce soit la matière ou le vide. Quelle école a raison ? Les deux écoles parlent d’énergie disponible beaucoup plus importante qu’obtenue par fission nucléaire. Nous n’avons pas encore trouvé comment capter cette énergie. On le saura peut-être très bientôt. S’engager dans le tout nucléaire, me semble suicidaire.
    Bravo Pascal pour ton commentaire ! Je souscris à ton point de vue sur le nucléaire.

    • Le 8 mars 2009 à 16:31
      par Bertrand Buisson

      « J’entends chaque jour, prêcher par la radio, le “retour à la terre“. À notre peuple mutilé et désemparé, on dit “tu t’es laissé
      leurrer par les attraits d’une civilisation trop mécanisée ; en acceptant ses lois et ses commodités, tu t’es détourné des valeurs
      anciennes, qui faisaient ton originalité ; foin de la grande ville, de l’usine, voire de l’école ! Ce qu’il te faut, c’est le village ou le
      bourg rural d’autrefois, avec leurs labeurs aux formes archaïques, et leurs petites sociétés fermées que gouvernaient les notables ;
      là, tu retremperas ta force et tu redeviendras toi-même“. Certes, je n’ignore pas que sous ces beaux sermons se dissimulent
      – en vérité assez mal – des intérêts bien étrangers au bonheur des Français. Tout un parti, qui tient aujourd’hui ou croit tenir les
      leviers de commande, n’a jamais cessé de regretter l’antique docilité qu’il suppose innée aux peuples modestement paysans.
      […] Toute une littérature de renoncement bien avant la guerre, nous les [Les propos en faveur du monde rural venant de Vichy]
      avait rendus déjà familiers. Elle stigmatisait l’”américanisme”. Elle dénonçait les dangers de la machine et du progrès. Elle vantait,
      par contraste, la paisible douceur de nos campagnes, la gentillesse de notre civilisation de petites villes, l’amabilité en même
      temps que la force secrète d’une société qu’elle invitait à demeurer de plus en plus résolument fidèle aux genres de vie du passé. »

      Marc Bloch, L’étrange défaite, 1940.

    • Le 9 mars 2009 à 16:26
      par Frans Leens

      "... La deuxième avance le tout électro-magnétique que ce soit la matière ou le vide. Quelle école a raison ?"

      En fait cette énergie életromagnétique est connue et a déjà été mise en oeuvre (lire http://membres.lycos.fr/quanthomme/energielibre/systemes/PageChercheurAEC1.htm. Malheureusement, le lobby pétrolier et le lobby nucléaire n’en veulent pas parce que cela signifie la mort pour eux ou tout au moins la mort de leur rente sur le monde entier.
      Larouche à raison qu’une des clés est l’énergie, mais le nucléaire n’est pas la solution.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2009 à 13:47
    par

    Pour vivre, nous n’avons besoin que de nous nourrir et de nous vêtir. Si nous n’avons plus de carburant pour faire voler nos avions, ce n’est pas grave. Ils s’arrêteront de voler. Selon la FAO (Food and Agriculture Organisation), la terre peut nourrir 12 milliards d’être humains. Nous n’y sommes pas encore. A l’heure actuelle, si certain crèvent, ce n’est pas par manque de production. C’est uniquement à cause d’un système de distribution défaillant couplé à une volonté de la part des puissants d’empêcher certaines populations de s’en sortir.
    Enfin sur le système monétaire, je suis d’accord. Ce qui revient à reprendre le titre d’un des livres de Philippe Derudder, "Rendre la création monétaire à la société civile". Supprimons la spéculation et créons la monnaie dont nous avons besoin pour échanger les biens et les services que nous produisons.
    Nous devons retirer l’immense privilège de pouvoir créer l’argent à nos banques commerciales. Nous pouvons les garder et les rémunérer pour leurs services comme tout autre travail.

    • Le 8 mars 2009 à 16:44
      par Bertrand Buisson

      La société humaine ne produit pas assez de nourriture, d’électricité, d’eau potable, de transports, de médicaments, de livres, d’écoles, d’hôpitaux, etc. pour 6,7 milliards de personnes et encore moins pour les 9 milliards qui seront là dans 40 ans.

      Au rythme actuel, on va vers une décroissance de la population, c’est à dire, famines, épidémie, guerre. Si certains pensent que ne pas faire d’enfant c’est rendre service tant pis pour eux, mais si par dessus ces catastrophes humaines à grande échelle vous voulez ajouter un contrôle forcé des naissances, la société que vous imaginez sera en réalité totalitaire, anti-humaine au possible.

      Pour éviter ces catastrophes il faut sortir de l’écologisme coloniale qui veut que les peuples et les nations du monde n’ont pas à accéder au niveau de développement technologique réalisé chez nous.
      Au contraire l’utilisation des meilleurs technologie et la recherche scientifique internationale la plus avancée, sont la seul voie pour éviter une catastrophe démographique, et en réalité la seule manière de conserver notre dignité humaine.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2009 à 19:22
    par Pascal

    Je vous suis sur bien des points mais pas sur le nucléaire. Quelque soit l’efficince de cette technologie, le potentiel de dangerosité effectif pendant des siècles constitue une bombe à retradement qui tôt ou tard échappera au contrôle de la civiliation qui l’aura exploitée à une époque dnnée dans des conditons géo-politiques favorables. Le nucléaire c’est un peu une bulle technologique qui un jour finira par éclater. Y recourir c’est baser notre développement sur du crédit ; le jour où la capacité de rembourser vient à faire défaut, c’est la faillitte. Sauf que dans le cas du nucléaire (en l’état actuel des connaissances avec production de déchets dangereux pendant des siècles pour les plus persistants), le défaut de sécurité le jour où la cuirasse lâche se paie d’un prix exorbitant. Ce type de développement n’est pas valide selon moi car il est mortifère. La réduction de la population (choisie autant que faire se peut) n’est pas en soi un problème. Tout comme la croissance démographique n’est pas une fatalité. Je vote pour un développement aussi harmonieux que possible, c’est à dire en recourant à des technologies propres à tout point de vue, dussent-elles moins performantes en termes de rendu énergtique. Nous adapterons nos modes de vie en conséquence dans un premier temps. Puis, à mesure que la nouvelle civilisation accomplira des progrés, nos modes de vie pourront évoluer vers des formes plus riches. Mais il n’y a aucun impératif à devoir croître le plus vite possible.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet