Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

LaRouche : la visée géopolitique derrière les évènements au Kosovo

visites
1724
commentaire

Voici la réponse de Lyndon LaRouche à la question d’un albanais (ci-après) :

Il fut un temps où l’Empereur romain décida de diviser son empire, et les Slaves qui avaient migré vers le Sud dans les Balkans furent mis entre deux peuples vivant de part et d’autre d’une rivière commune : les Serbes et les Croates. Depuis, cette nouvelle région, nommée « les Balkans », hérita jusqu’à aujourd’hui de cette condition d’ébullition fratricide perpétuelle. Les Empereurs byzantins commencèrent à gérer les Balkans de façon impérialiste, par la méthode des guerres de religion, méthode qui fut ensuite adoptée par les grands empires oligarchiques d’Asie occidentale et d’Europe continentale et leurs successeurs, jusqu’à aujourd’hui.

Depuis cette division de l’Empire romain en crise, beaucoup de guerres furent lancées sous les drapeaux de sectes religieuses : des voisins crédules qui s’entretuaient pour le plus grand plaisir du spectateur, et pour le plus grand profit des puissances impériales qui utilisaient les Balkans comme un échiquier sur lequel des gladiateurs menaient un combat fratricide. Ce fut le piège utilisé par l’impérialisme londonien pour lancer l’un contre l’autre le stupide Kaiser d’Allemagne Guillaume II et l’encore plus idiot Tsar Nicolas II de Russie, pour le profit de l’oncle impérial britannique (Edouard VII) de ces mêmes Kaiser et Tsar.

Après la crise soviétique de 1989-1990, l’Empire britannique saisit encore l’occasion d’allumer la mèche de ce qui allait devenir une nouvelle vague de fratricides dans les Balkans, incluant les anciens membres et les voisins de la Yougoslavie de Tito. Aujourd’hui, le Londres impérialiste vient de lancer volontairement ce qui va se transformer en massacre, dans l’avenir du Kosovo ; ainsi, les idiots des Balkans sont à nouveau prêts à se jeter sur le même autel du sacrifice que celui utilisé un siècle auparavant, donnant lieu à une nouvelle guerre des Balkans.

Vous ne pouvez pas passer outre le fait que le lancement de guerres de religion était le moyen employé par l’Empire byzantin en Bulgarie et dans d’autres parties des Balkans, et que l’Empire ottoman hérita d’une franchise sur cette pratique. Avant que Napoléon Bonaparte n’accède au poste d’Empereur, la France était l’alliée de l’Empire ottoman, contre Londres et Vienne ; Napoléon se débarrassa de sa première femme afin de se marier à une princesse Habsbourg, changeant ainsi de côté vis-à-vis du rôle joué par les Ottomans dans les Balkans.

Vous ne pouvez pas oublier non plus que c’est Londres qui utilisa le vénitien Volpi di Misurata (connu alors sous le simple nom de Volpi) et l’agent de la Société fabienne londonienne Alexander Helphand (encore considéré comme un agent allemand par de naïfs Allemands et Ukrainiens) dans l’opération « jeune-turc », menée depuis Londres et Paris. Cette opération fut le prototype pour le Traité de Sykes-Piccot franco-britannique, qui set encore aujourd’hui déterminant pour le futur de l’Asie occidentale.

Vous ne devez pas négliger la voie tracée par trois opérations menées depuis Londres :

  1. le Traité de Maastricht de Thatcher et Mitterrand contre l’Allemagne et L’Europe de l’Est ;
  2. les modalités qui sous-tendent le successeur du Traité de Maastricht, le plan de mondialisation poussé depuis Londres par Tony Blair, Lisbonne I, et son successeur, le Traité de Lisbonne II, dictature proposée aujourd’hui pour toute l’Europe centrale et continentale ;
  3. l’opération Kosovo menée actuellement, qui est une opération purement britannique. Elle utilise des agents nominalement américains comme Holbrooke et aussi l’héritage de l’ex-secrétaire d’Etat Madeleine Albright, ancien chef de Holbrooke et agent britannique (de la H.G. Wells Society), dont le père avait formé l’actuelle secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice.

Vous êtes certainement en train de vous demander : comment se fait-il que les peuples des Balkans soient amenés, encore et encore, à massacrer leurs plus proches voisins (et aussi eux-mêmes) pour le plaisir et l’avantage d’empires, qu’ils soient byzantin, ottoman, ou britannique ? Pourquoi les peuples des Balkans ont-ils échoué, encore et encore, et encore, à reconnaître l’héritage de cette Paix de Westphalie de 1648 qui mit fin aux grandes guerres de religion de 1492-1648, la même Paix de Westphalie que l’e non-chrétien Tony Blair fit tout pour détruire ? Certains peuples des Balkans ont-ils retenu ces leçons de l’histoire ? Pourquoi pas les kosovars, en particulier ? Pourquoi les peuples du Kosovo devraient-ils se détruire aussi bêtement ? Bien sûr, ceux qui soutiennent l’impulsion kosovare ont diverses raisons imaginaires, mais quel avantage y a-t-il à sauter dans les flammes, pour le simple divertissement géopolitique de Londres ?

Lyndon.


Question reçue par e-mail le 20 février 2008 :

M. LaRouche,

Je vous suis depuis un moment depuis Skopje, Macédoine ; je suis moi-même Albanais. Dans mon pays, je parle de vos idées, de Leibniz, de l’importance de la culture humaniste classique, de Franklin Roosevelt, et de l’importance du Leibniz d’aujourd’hui, Lyndon LaRouche, et de son effort pour sauver la civilisation.

Il y a un point sur lequel je suis en désaccord avec vous, M. LaRouche, c’est sur le Kosovo. C’est un vieux problème colonial, car les Serbes ont colonisé le territoire albanais en 1913, et ont plusieurs fois commis des génocides au sein de la population albanaise. La nation albanaise est maintenant répartie sur trois Etats : l’Albanie, le Kosovo et l’Ouest de la Macédoine. La Macédoine a été créée artificiellement par Tito, pour satisfaire les objectifs impérialistes serbes en territoire albanais. Le Kosovo devrait être indépendant, tout comme les Etats-Unis ont gagné leur indépendance vis-à-vis des Etats confédérés du Sud, grâce au grand Lincoln.

Je me demande s’il y aura une guerre entre l’Occident et la Russie dans le futur, car suite à l’indépendance du Kosovo, les tensions se font de plus en plus fortes dans les relations Occident-Russie. Si l’Ukraine devient pro-européenne, alors le conflit éclatera peut-être avec la Russie.

Je suis Albanais et je vis en Macédoine. M. LaRouche, je sais que vous voulez mettre en application les principes d’économie politique de Roosevelt et les principes de souveraineté du Traité du Westphalie. Le Kosovo, qui est un vieux problème colonial datant de 1913, a été pris dans cent ans de guerres russo-turques ; il a vu sa population albanienne se faire exterminer ; cette même population a été brutalisée par les politiques fascistes des Serbes. La Serbie était une petite nation coloniale, et a colonisé le Kosovo, alors pourquoi le Kosovo ne deviendrait-il pas indépendant de la Serbie impérialiste ? Un million d’Albanais vivent en Macédoine, depuis 1945 ils ne peuvent plus pratiquer leur langue maternelle, ils ont été brutalisés ; et ce seulement à cause du fait que nous sommes Illyriens et que les impérialistes ont décidé de séparer notre nation en trois Etats différents.

Contactez-nous !

Don rapide