Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

LaRouche : les “bad bank” sont une forfaiture contre les peuples

visites
2073

21 janvier 2009 (Nouvelle Solidarité) – Lyndon LaRouche a fermement dénoncé l’enchaînement des plans de renflouement pour sauver le système financier international, qualifiant d’absurdes les projets de « bad bank » dans lesquelles seraient déversés les actifs toxiques des institutions financières. « C’est une absurdité hyperinflationniste, a-t-il déclaré, ce système doit être mis en banqueroute organisée. »

Alors que certains reconnaissent du bout des lèvres que l’ensemble du système est insolvable, personne n’ose en tirer les inévitables conséquences. « C’est ce qu’on fait dans ces circonstances : une procédure de banqueroute organisée. On peut très bien dire qu’il faut protéger ce qui est nécessaire aux Etats et aux peuples et pas le reste. »

« Mais c’est exactement ce qu’ils ne font pas : le système est en banqueroute et ils refusent de le mettre en banqueroute ! Ils préfèrent donner une valeur inflationniste à des actifs frauduleux. Mais les banques sont en faillite car ces actifs ne valent rien. Tout le monde le sait mais ils essayent de les maintenir en vie malgré tout. Qu’est-ce, sinon une fraude ?

« Ils commettent une forfaiture contre le peuple.

« Le président Obama doit faire en sorte que tout cela soit déclaré illégal. Il devrait dire : ‘C’est illégal, toutes les preuves le montrent’. On ne peut pas permettre que les Etats-Unis soient détruits par ce type d’opération.

« On ne peut tolérer ça, c’est comme une trahison. On doit dire à ces gens : ‘Vous êtes à nouveau convoqués’. Et la nouvelle Commission Pecora se retrouvera face à des questions que l’ancienne n’avait pas eu à traiter, et on se rendra compte que l’histoire n’avait rien retenu de l’expérience de la Commission Pecora. »

Signez et faites signer l’Appel à constituer sans délai une Commission d’enquête parlementaire sur la crise financière

Contactez-nous !