Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses

LaRouche met en garde contre le plan Geithner

visites
2052
commentaires

24 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) – Lyndon LaRouche a durement dénoncé l’escroquerie du renflouement annoncé hier par le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner. Il se situe dans la « continuité du plan de renflouement original avancé en novembre 2008 par le secrétaire au Trésor de l’époque, Henry Paulson. »

LaRouche a averti que si ce Plan d’investissement en partenariat public-privé (PPPIP) était effectivement mis en place, il ne conduirait pas seulement à une hyperinflation du type de celle de Weimar, « ça pourrait, au final, faire tomber l’administration Obama ».

Il ajoute : « C’est une escroquerie keynésienne – fasciste – du même genre que celle qui a été mise en place dans les heures suivant la mort du président Franklin Roosevelt, par son remplaçant Harry Truman. L’abandon instantané par Truman du système de Bretton Woods de FDR — un système de crédit à taux de change fixes auquel s’étaient catégoriquement opposés Lord Keynes, la délégation britannique et leurs complices de Wall Street — équivalut à un acte de trahison. Ce fut une trahison de tout ce pourquoi Roosevelt s’était battu, à commencer par son engagement à éliminer l’Empire britannique au sortir de la guerre. La traîtrise de Truman était une forme de guerre contre les États-Unis. Il est vrai qu’aucune arme ne fut pointée sur les soldats américains, mais ce fut autant un acte de trahison que tout acte d’agression militaire pendant la guerre. »

Le plan de Geithner, de l’ordre de 1000 milliards de dollars, a été annoncé cinq jours à peine après l’annonce par la Réserve fédérale d’un plan de 1150 milliards.

En partie, ce nouveau plan engage le Trésor à accorder des prêts bon marché à des « partenaires » privés qui achèteront des « actifs toxiques » des grandes banques. Autrement dit, une version modifiée du Plan Paulson (TARP), qui n’a jamais marché parce que les actifs en question ne valent en réalité que 30 cents sur le dollar, alors que Wall Street en exigeait 60 au moins.

Maintenant, dans le plan de Larry Summers et Tim Geithner, l’appréciation de la valeur sera faite par les acheteurs privés, plutôt que par le gouvernement. Ces partenaires privés obtiendront des prêts publics à hauteur de 97 % du prix à payer pour les actifs, sans même devoir rembourser l’État avant d’avoir récupéré les 3 % qu’ils ont eux-mêmes fournis ! Alors qu’ils risquent de perdre leur 3 cents, les contribuables risquent d’en perdre 97 !

« Il n’y a aucune différence avec le plan de Paulson et Geithner de l’automne dernier, aujourd’hui discrédité », LaRouche explique : « c’est juste une continuation du TARP, avec les hedge funds rejoignant l’escroquerie… aux frais du contribuable. »

Et il ajoute que cela va conduire les fonds privés vers ce trou noir et assécher l’investissement productif. « Ce que cela signifie, conclut-il, c’est que le gouvernement est tenté de sortir un programme keynésien l’un après l’autre, ce qui annonce une hyperinflation massive. C’est pourquoi je mets en garde le président Obama : s’il se laisse embringuer dans cette version réchauffée des politiques d’Harry Truman et son abandon de Roosevelt en faveur de ce fasciste autoproclamé de lord Keynes, sa présidence est en péril ».


Voir nos focus :

Voir les 2 commentaires

  • citoyen01 • 24/03/2009 - 19:22

    J’ai effectivement pu entendre parler de ce plan douteux aux actualités ce matin, où l’on nous annonçait doucereusement une nouvelle campagne de "nationalisation des pertes et privatisation des profits". Outre que ce plan soit amoral dans son fondement même, il semble qu’il aille à l’encontre du bon sens. Il s’agit en effet de spéculer sur des titres toxiques afin de leur redonner une valeur et de faire repartir l’économie, nous dit-on ; là, on est dans le pur délire... L’Etat Américain se dirige droit vers le surendettement.

    Répondre à ce message

  • janus33 • 24/03/2009 - 17:11

    Sa présidence est en péril ? ......................................tant mieux !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide