Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

LaRouche : plafonnons les prix pour bannir la spéculation sur la nourriture !

visites
669

16 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – Lyndon LaRouche, constatant l’éclatement d’émeutes alimentaires en Bolivie et la hausse brutale du prix du blé sur les marchés frappant de plein fouet les populations du Maghreb, notamment l’Égypte, a préconisé une régulation immédiate des prix agricoles. « Ce qu’il faut imposer c’est des limites permettant de réguler les prix alimentaires ». En vérité, la hausse actuelle des prix des denrées alimentaires absorbe l’hyperinflation. « Ce n’est pas la nourriture qui provoque l’hyperinflation, c’est Wall Street ! »

« Mon message est simple », a-t-il poursuivi. « Les États doivent imposer des plafonds aux prix de l’agroalimentaire, aussi bien au niveau de la vente en gros qu’au niveau de la vente au détail. Il faut suivre de très près cette question et identifier tous ceux qui se servent de la nourriture comme simple moyen de spéculation. Il faut sans tarder plafonner les prix ! Et ce qu’il s’est passé en Tunisie et en Égypte devrait nous faire réfléchir. Cela veut dire, évidemment, que certains groupes financiers vont être amenés à déposer le bilan. Et alors ! Si le plafonnement des prix provoque la faillite des spéculateurs, cela nous aide à résoudre le problème. Voilà l’attitude qu’il faut avoir. C’est cela, tirer les leçons des évènements de Tunisie et Égypte. Un plafond sur les prix alimentaires, et aussi, des mesures drastiques – draconiennes— contre toute personne ou entité qui manipule les marchés, déplaçant de la nourriture d’un endroit à l’autre, semant la mort, en tirant du profit de la hausse des prix. »


Pour creuser :


Contactez-nous !