Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

LaRouche : sans Tremonti, Berlusconi est fini

visites
1713

26 décembre 2008 (LPAC) – Suite à l’évidence de nouvelles pressions exercées sur Silvio Berlusconi afin qu’il se sépare de son ministre de l’Economie, Giulio Tremonti, Lyndon LaRouche explique que si le Premier ministre italien cède, son gouvernement tombera.

Le 24 décembre, le quotidien Il Reformista écrivait que « quelques-uns des membres de l’exécutif ayant le plus d’autorité ont suggéré à Berlusconi de remplacer à nouveau son ministre de l’Economie, comme il l’avait fait en 2004 », lorsque Tremonti avait été poussé à la démission pour avoir un peu trop secoué la banque d’Italie. Ces fuites ont été publiées le lendemain d’une réunion tendue du « cabinet de contrôle » du parti majoritaire pendant laquelle Tremonti aurait été attaqué par deux autres ministres, Renato Brunetta [Fonction publique et Innovation] et Claudio Scajola [Développement économique].

L’origine de cette pression est à rechercher du côté de la « factionBritannia* », conduite par le gouverneur de la banque d’Italie et directeur du forum de stabilité financière (FSF), Mario Draghi, et représentée par des individus douteux, tel Francesco Giavazzi, qui le 23 décembre, dans une tribune du Corriere della Sera appelait Berlusconi à agir dans le sens d’un renvoi.

Parce qu’ils ont proposé des réformes financières et économiques de type rooseveltiennes, la « faction Britannia » considère Tremonti, tout comme Lyndon LaRouche et Nicolas Sarkozy, comme les points de références d’un mouvement international menaçant leurs intérêts. Il faut dire que l’intervention, largement couverte en Italie, de Lyndon LaRouche au Parlement européen de Strasbourg, la semaine avant Noël, au cours de laquelle il a dénoncé la folie des banquiers centraux s’entêtant à vouloir sauver le système financier à tout prix, et deux jours plus tard la sortie de Tremonti à Paris contre les fous qui écoutent ceux qui, comme Draghi et le FSF, n’ont rien compris à la crise, à dû provoquer des tensions chez quelques-uns…

Tremonti, de part ses prises de positions, reste très populaire, et comme le répète sans détour Lyndon Larouche : « Si Berlusconi cède à la pression et remplace Tremonti, son gouvernement est fini. »

Pour creuser le sujet : focus

……………………………………….

* Réunion secrète qui s’est déroulée le 2 juillet 1992 sur le yacht de la reine Elisabeth, leBritannia, à laquelle Mario Draghi, en tant que directeur du Trésor italien, était le chef de la délégation italienne. Il y rencontra les principaux représentants de la City de Londres et de Wall Street. Exposée publiquement en 1993 par l’EIR, cette réunion eut pour objet la privatisation de l’industrie italienne et la dévaluation de la Lire qui permit de racheter ces entreprises à bas prix.

Contactez-nous !