Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Brèves

Le Glass-Steagall d’Obama est une contrefaçon

visites
1826
commentaire

22 janvier 2010 (Nouvelle Solidarité) – Ce qu’il faut dire sur la réforme des banques américaines annoncée hier par Obama, et que la presse s’est empressée de qualifier de nouveau Glass-Steagall :

1. C’est une annonce

2. Elle survient au surlendemain de la retentissante claque infligée par les électeurs du Massachusetts à sa réforme de la santé et l’ensemble de ses politiques de compromission avec Wall Street.

3. Sa proposition en question, qu’il a baptisée « Volcker Rule » (en référence à son concepteur, Paul Volcker, ancien gouverneur de la Réserve fédérale), n’est pas un retour à l’esprit de la loi Glass-Steagall de 1933 voulue par Roosevelt pour démanteler Wall Street, car elle ne prévoit pas de procédure de banqueroute organisée pour annuler les produits financiers spéculatifs qui ont causé la première crise et infestent toujours le système.

L’économiste démocrate Lyndon LaRouche, ardent défenseur d’un retour aux critères véritables de la loi Glass-Steagall, a immédiatement mis en garde contre cette contrefaçon :

« Ce n’est pas Glass-Steagall, c’est un faux. Et Paul Volcker ne comprend pas ce qu’est réellement le Glass-Steagall car il est monétariste. En réalité, les conseillers d’Obama utilisent cet artifice pour faire diversion. Il n’y a donc pas matière à s’exciter, c’est une fausse promesse et Paul le monétariste ne semble pas bien saisir la nuance. Pourquoi ? Car il ne comprend pas encore Franklin Roosevelt. Paul est un monétariste et cherche à sauver le système monétariste. Mais le but même de Glass-Steagall est de détruire ce système. La proposition de Volcker est folle, c’est du monétarisme, une activité que les législations adoptées par Roosevelt avaient confinée dans un espace pour banquiers fous prêts à faire faillite. Mais ce n’est pas permis pour les autres banques.
« Glass-Steagall signifie que rien qui ne réponde aux critères de Glass Steagall n’est autorisé dans les banques de dépôt. Ces choses sont confinées au système monétaire. Mais ce pauvre Paul Volcker ne comprend pas encore la différence entre le monétarisme et un système de crédit à l’américaine. Mais ce qu’il nous faut, c’est un système de crédit car on ne peut pas sauver l’économie américaine d’un effondrement total si l’on n’annule pas l’ensemble de toutes les créances des banques d’affaires contre des banques qui sont censées être des banques de dépôt. Dans ce type de banque, rien ne peut être garanti qui ne soit pas conforme aux critères de Glass Steagall. Et aucune banque d’affaire n’est en conformité avec ces critères. Pour garantir la solidité des banques de dépôt, toute l’activité des banques d’affaires ainsi que tous les produits des plans de renflouement doivent être purement et simplement effacés des livres de compte. »

En d’autres termes, il n’y a pas de réorganisation bancaire possible sans se débarrasser des actifs toxiques, spéculations et autres produits dérivés qui ont causé la crise et infesté le système. Pour cela, il faut une procédure fédérale de mise en redressement judiciaire des banques, impliquant d’aller fouiller dans leurs comptes pour trier le bon grain de l’ivraie. Ensuite, les activités saines qui correspondent aux critères de Glass-Steagall devront être placées sous l’égide d’un système de banque nationale organisant l’émission de crédit qui doit financer les besoins à long terme de développement de l’économie, du territoire et de la population.

« Le président est un feinteur, ses conseillers des tricheurs et Paul Volcker un imbécile. Que voulez vous entendre d’autre ? C’est la simple vérité. Appréciez-la », a-t-il conclu.


Pour être au fait de la situation :


Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide