Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les éditoriaux de Jacques Cheminade

Le mal fait aux Français

visites
1174
commentaire

Les éditoriaux de Jacques Cheminade sont publiés tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade2007.org, et consitutent le principal regard du candidat à la présidentielle de 2007 sur l’actualité française et internationale.

Le sarkozysme ne cache plus son jeu. C’est le mariage d’un ordre musclé et de la soumission à l’oligarchie financière, version européenne des néo-conservateurs de l’administration Bush-Cheney trempé dans l’esprit de Vichy. Aujourd’hui comme alors, les experts nous disent que nous vivons au-dessus de nos moyens, que l’Etat a trop dépensé, qu’il faut redevenir raisonnables, réduire les avantages sociaux, désanctuariser le secteur public, ouvrir l’économie et assagir le code du travail.

Pour justifier cette politique, le ban et l’arrière-ban des « déclinistes » se mobilise. Nicolas Baverez atteint les sommets dans Le Monde du 20 décembre : la France serait « l’homme malade de l’Europe », à qui il faut imposer une saignée pour qu’elle puisse entrer dans l’univers impitoyable mais fatal de la mondialisation.

Ici apparaît ce que Michael Ledeen, dans un ouvrage de 1972, appelait « le fascisme universel ». C’est ce à quoi nous avons à faire face, dans notre propre pays, et contre quoi nous devons organiser le combat.

Car le mal n’est pas « français », mais est l’expression, en France, d’une politique suivie à l’échelle mondiale et dont les hommes politiques français sont le relais depuis le tournant de la rigueur de 1983. L’Europe de Maastricht, du pacte de stabilité et de la BCE en est, elle, la courroie de transmission. Il s’agit d’un mal fait aux Français.

Le drame du gouvernement Villepin est qu’il prétend avoir une approche différente mais que, faute de relever le défi des intérêts financiers anglo-américains et de leur réseau de banques en Europe, il pratique une anticipation de ce qu’une présidence Sarkozy ferait demain, en pire.
Dans tous les domaines, l’on assiste à un effondrement de notre système social : la machine à éjecter les chômeurs tourne à plein régime, jusqu’à permettre aux agents du ministère de l’Emploi d’accéder aux fichiers du fisc pour démasquer les fraudeurs, la fermeture des lits d’hôpitaux continue alors que la Croix Rouge ferme ses centres de santé dans les banlieues pauvres et s’installe dans le XIVème arrondissement de Paris, la Caisse des dépôts supprime 20 000 logements sociaux en région parisienne, l’épargne populaire est essorée (plans d’épargne logement de plus de douze ans soumis à l’impôt sur le revenu) alors que l’instauration du bouclier fiscal (limitant à 60 % des revenus le montant des impôts directs) bénéficie aux contribuables les plus riches.

Pendant ce temps, les hedge funds à la française croissent et se multiplient, avec quelque 40 milliards d’euros d’encours, et l’on apprend que les plans de vol très spéciaux de la CIA ayant atterri en France ou ayant traversé notre espace aérien, faisaient l’objet d’un accord avec notre Garde des Sceaux, notre ministre de l’Intérieur et nos services de renseignement.

J’ai besoin de votre engagement pour combattre ces outrages.

Contactez-nous !

Don rapide