Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Déclaration de Jacques Cheminade

Nicolas Sarkozy devrait-il faire revoter les Français ?

visites
1595

Communiqué de Jacques Cheminade, président de Solidarité et Progrès


Paris, le 16 juillet 2008 – C’est devant quelque 235 députés UMP réunis à l’Elysée que Nicolas Sarkozy a annoncé que « les Irlandais devront revoter ». Cette déclaration appelle de ma part deux commentaires :

  • Il est scandaleux qu’un président de l’Union européenne en exercice, qui doit se rendre le 21 juillet à Dublin, réserve une telle annonce aux députés de son parti, en France. Il est vrai que M. Sarkozy avait déjà réservé aux députés britanniques, lors de son voyage à Londres, un message – l’envoi de soldats français en Afghanistan – qui aurait dû être d’abord communiqué officiellement à notre Parlement. « Servir selon son bon plaisir » et non selon les principes du droit ou de la diplomatie est ce que l’on peut appeler en politique une mauvaise habitude.
  • Si doute il y a sur un vote, tel qu’il amène à faire revoter, il convient d’être cohérent. Il y a ainsi en Europe un pays où le Président de la République a été élu avec le même pourcentage de voix que le « non » irlandais – 53% - et qui n’obtient actuellement qu’à peine plus qu’un tiers d’opinions favorables. Ne serait-ce pas une raison, aussi bonne que celle que l’on tente d’imposer aux Irlandais, de faire revoter ? Ou alors, comme un dirigeant de la République démocratique allemande l’exprimait en son temps, si le peuple pense ou vote mal, ne faudrait-il pas changer de peuple ?
Contactez-nous !