Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les éditoriaux de Jacques Cheminade

Signes

visites
770

Les péripéties électorales et post-électorales françaises nous font trop souvent oublier le monde dans lequel nous vivons : celui d’un système financier et monétaire international en voie d’effondrement. Les cinq bulles qui se sont gonflées au cours des dernières années - celle des actions, puis des obligations, de l’immobilier, des produits financiers dérivés et des matières premières - menacent toutes d’éclater, la pompe à finances de M. Greenspan ne suffisant plus à les alimenter. Une faible hausse des taux d’intérêt dans le monde suffirait, par exemple, à créer un krach immobilier portant sur une somme de 50 000 milliards de dollars - presque le double des 30 000 milliards investis sur les marchés boursiers. Les produits financiers dérivés, eux, ont atteint des montants bien supérieurs. L’élément le plus immédiatement menaçant est l’interpénétration des spéculations. Par exemple, Fanny Mae et Freddy Mac, les deux « grands » du crédit hypothécaire aux Etats-Unis, ont enregistré depuis un an de très lourdes pertes sur les produits financiers dérivés, évaluées à plusieurs milliards de dollars ! Tous les experts des marchés admettent la gravité de la situation, mais les dirigeants politiques sont incapables d’en tirer la moindre conséquence.

En Irak, il se produit un soulèvement quasi généralisé, les chiites radicaux se joignant pour la première fois aux sunnites dans une bataille d’Alger à l’échelle de tout un pays. Et, là aussi, les dirigeants politiques n’ont rien à proposer, si ce n’est une critique impuissante de la part des Européens et le cauchemar d’aventures militaires impériales de la part de l’administration Bush.

L’on entre dans une ère nouvelle dont les signes se multiplient. Le « putsch du tunnel » réussi par Nicolas Miguet est une première dans l’histoire du capitalisme français : un projet qui aurait dû être conduit par des Etats et qui fut livré à des intérêts financiers prédateurs tombe entre les mains d’une poignée de zozos et de populistes démagogues. L’effondrement de la CFDT aux élections professionnelles de la SNCF (de 18,6 à 7,47%) marque la fin de la collaboration avec des politiques d’austérité.

Que faire ? Changer la règle du jeu par un projet collectif mobilisateur : un nouvel ordre économique et financier international, mettant en faillite les intérêts financiers spéculateurs, annulant les dettes illégitimes et libérant les énergies pour de grands projets rétablissant la croissance dans le monde. Incorporer l’Irak, avec ses ressources pétrolières et son taux élevé d’alphabétisation, dans ce projet de paix par le développement mutuel. Sauver l’Afrique, en effaçant nos erreurs par un véritable effort d’assistance technologique et sanitaire.

Après avoir écouté les platitudes mensongères de Nicolas Sarkozy, Pinocchio face au tragique du monde, on en vient à avoir de la sympathie pour Jean-Louis Debré lorsqu’il affirme : « La coopération avec nos amis anglais n’est pas au même point qu’avec les Allemands. Dans cent ans peut-être, lors du prochain anniversaire... »

Contactez-nous !