Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Déclarations de Lyndon laRouche

Trois pas vers la survie

visites
5915
commentaire

Le pire est arrivé

Trois pas vers la survie

Par Lyndon LaRouche

Le 17 mars 2008


Comme l’écrit le quotidien Frankfurter Algemeine Zeitung (FAZ), porte-voix des marchés financiers d’Allemagne, la faillite de la banque Bear Stearns montre le moment exact où le système monétaire et financier mondial entre dans sa phase terminale d’effondrement hyper-inflationniste.

A cette heure-ci, avant que la situation américaine et européenne passe hors de contrôle, trois mesures de base doivent être envisagées à plus ou moins court terme. Il s’agit de trois types de mesures que j’ai formulées auparavantet ceux qui ont résisté à leur adoption sont désormais à ranger dans la catégorie des malades mentaux.


1. Ma proposition de loi pour la protection des propriétaires de logements et des banques agrées (Homeowners and Banking Protection Act - HBPA) doit être immédiatement adoptée et mise en œuvre. Si ce n’est pas le cas, la situation américaine sera hors de contrôle.

2. Une politique de crédit à deux vitesses doit être mise en œuvre, permettant a) au gouvernement étasunien d’émettre des lignes de crédit de 1 à 2% d’intérêts pour la reprise de l’économie physique, etb) de laisser flotter le reste plus ou moins librement.

3. Les Etats-Unis doivent immédiatement se consulter avec les autorités Russes, Chinoises, Indiennes et autres en vue de la mise en place, de toute urgence, d’un système financier international à parités fixes mettant fin au système actuel des taux flottants.

Dans le cadre de cet accord cadre, des accords spécifiques d’Etat à Etat, se concentreront sur un budget d’équipement permettant le développement d’infrastructures de base à haute intensité de capital dans les domaines suivantes :

a) La production d’énergie (mettant l’emphase sur le nucléaire) ;

b) La production d’eau douce (produite en grande partie par des centrales nucléaires de quatrième génération) ;

c) Le développement des combustibles de synthèse, remplaçant petit à petit les hydrocarbures par l’hydrogène et ses isotopes.

d) Le maillage des territoires par des systèmes intégrés de rail et de Maglev pour les marchandises et les personnes, développés en alternative aux excès du routier.

e) La promotion des petites et moyennes entreprises au lieu des grand trusts et autres monopoles. Les PME/PMI bénéficient d’une productivité plus intéressante et jouent un rôle essentiel dans des régions moyennes combinant industrie et agriculture.

f) Le développement de technologies à haute densité de flux énergétique dans les manufactures et dans d’autres domaines.

Commentaire :

Le système financier transatlantique actuel sombre dans une faillite sans issue ; les mesures folles prises par le Trésor américain et la Réserve fédérale révèlent une inconscience inimaginable ! Les responsables publics ou privés qui ne partagent pas ce jugement ou continuent à s’opposer au HBPA tel que je l’ai défini, nécessitent clairement l’aide d’un psychiatre. Puisque la production et la maintenance d’une infrastructure moderne nécessite des investissement en capital physique s’étalant sur un quart de siècle, la période de vie normal de ce type de projet, des accords commerciaux entre nations partenaires doivent être conclus pour des périodes correspondantes, par et entre des gouvernements et ceci à de faibles taux d’intérêts ne dépassant jamais les 2% par an. Ceci sera la norme si nous voulons atteindre les objectifs humains pour les populations d’Asie et d’Afrique.

Pour faciliter cette politique, les foutaises pseudo-scientifiques et néo-malthusiennes du « changement climatique » doivent être démasquées et arrêtées. Sinon, la plongée brutale de la planète vers une sorte de nouvel âge des ténèbres sera peut-être pire que ce qu’on a vu à l’œuvre au 14e siècle lors de la peste noire, et deviendra inévitable pour toute la planète.

Il n’y a pas d’autre alternative viable que la mienne à ce moment de l’histoire. Le succès des réformes du Président Franklin Roosevelt dans l’intervalle 1932-1944 servira d’inspiration car il établit un précédent réussi pour des politiques qui doivent maintenant voir le jour.

Note :

Il doit être remarqué que la proposition actuelle visant à la privatisation totale ou partielle des infrastructures de base, et l’espèce de Tour de Babel que l’Empire britannique a inventé sous la forme du Traité de Lisbonne, n’est pas une simple caricature de la Tour de Babel, mais représente, comme le défend le maire de New York, Michael Bloomberg, un retour à la ligue lombarde des villes de l’Europe médiévale, c’est-à-dire l’adoption d’une politique qui raya de la carte plus de la moitié des paroisses et plus d’un tiers de la population européenne, et le continent était hanté par les hordes hurlantes de pillards déments, tels que les Flagellants de cette époque.

Contactez-nous !

Don rapide