Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Orientation stratégique Analyses
Les écrits de Lyndon LaRouche

Un peu d’audace, Messieurs les démocrates !

visites
1307
commentaire

Alors que la direction du Parti démocrate se refuse toujours à exiger l’éviction du vice-Président Dick Cheney, plus souhaitable que jamais après sa dernière bévue où il tira « par inadvertance » sur un collègue de chasse, Lyndon LaRouche lui a adressé le 15 février cette sévère mise en garde.

De toute évidence, la plupart des politiciens démocrates ne se sont pas encore remis du choc infligé par leur acceptation de la nomination de Samuel Alito [à la Cour suprême]. Après cet accident de chasse, on voit que les comiques ont mieux saisi les réalités politiques actuelles que les élus américains. Ce qui veut dire que le fameux âne démocrate [l’âne est le symbole du Parti démocrate], qui aurait dû réagir immédiatement à cet incident, a besoin d’un bon coup de pied au c... (...)

Après avoir tiré sur cet autre chasseur, Cheney a fait preuve d’un manque total de caractère, et aussi de courage, en tentant de dissimuler la vérité. Son attitude, après ce geste insensé, a consisté à le déplorer piteusement, à tenter de détourner l’attention et à mentir purement et simplement - plus qu’à tout autre moment depuis son entrée en fonctions en janvier 2001.

Les comiques, aux Etats-Unis et ailleurs, ont aussitôt relevé l’odeur nauséabonde de cette affaire. On ne peut pas en dire autant de la direction du Parti démocrate au Congrès.

Selon tous les récits à notre disposition, Cheney s’est simplement retourné et a tiré sur celui qui le suivait dans la formation de chasse. C’est aussi simple que ça, on peut oublier les différentes interprétations proposées. Ensuite, (...), il a aussitôt tenté de dissimuler l’incident en prenant des mesures pour empêcher que la presse soit informée ou que la police locale intervienne. Selon toutes les informations crédibles, la Maison Blanche était au courant mais n’a pas divulgué l’information, jusqu’à ce que Karl Rove et d’autres décident d’en informer le porte-parole de la Maison Blanche, Scott McClellan, peu avant son point de presse, où il apparut visiblement ébranlé.

Peu importe que Cheney ait su ou non qu’un autre chasseur se trouvait derrière lui, dans son angle de tir. Il prétend qu’il ne le savait pas, mais on n’a aucune raison de le croire. (...) Peut-être n’a-t-il pas tiré consciemment sur Whittington, mais dans sa volonté frénétique de tuer un oiseau, il se souciait bien peu de quiconque pourrait se trouver dans sa ligne de mire. Prisonnier de son obsession maléfique du moment, Cheney a agi en conséquence, bafouant les règles de sécurité les plus élémentaires de la chasse.

Cheney le lâche a perdu son sang-froid à un moment critique, comme toujours. Cette fois-ci, la lâcheté d’un tueur à gages de type mafieux a fait voler en éclat sa façade de macho arrogant.(...)

Sa déclaration publique ne le disculpe en rien, bien au contraire. Ses tentatives de cacher la vérité et ses mensonges (...) révèlent le caractère le plus intime de l’homme. La puanteur de sa dépravation morale, comme le sang sur les mains de Lady Macbeth, ne disparaîtra pas. Le temps est venu pour Cheney de partir, en emmenant sa Lady Macbeth avec lui. Après tout, Shakespeare avait raison ! La carrière de Cheney est condamnée. (...)

En fait, la question décisive ne concerne plus Cheney. Elle concerne les tripes (ou le manque de tripes) des dirigeants démocrates élus. Ce n’est pas le moment de tergiverser ou de faire des compromis. La question décisive de la politique mondiale aujourd’hui est le fait que Cheney doit être mis au rebut politique. Les démocrates doivent s’en débar

Quant à vous, Dick Cheney, par cet acte, vous nous avez tous dégoûtés. Le moment est venu pour vous de partir - emmenant à votre suite la troupe de plus de plus restreinte de vos admirateurs.

Contactez-nous !

Don rapide