Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique

Derrière le miel de l’ANI, la mise à mort du Code du travail

L’Assemblée nationale a adopté mardi le projet de loi de « sécurisation de l’emploi » qui vise à transcrire dans la Constitution l’Accord national interprofessionnel (ANI), signé le 11 janvier dernier par le MEDEF et trois organisations syndicales minoritaires : CFTC, CFDT et CFE-CGC.

Cet accord représente la mise à mort du Code du travail. Les financiers avaient parié durant la campagne présidentielle que François Hollande serait obligé d’y passer. C’est chose faite...

Voir le commentaire

  • petite souris • 11/04/2013 - 22:13

    L’ANI dans la constitution de la V° ! not pauvre de Gaulle doit se retourner dans sa tombe !!!!
    "Ils" veulent que l’argent rentre dans les caisses de l’état ?
    C’est l’impôt sur le revenu qui remplit les caisses
    Donc :
    * il faut que les salaires soient plus élevés
    * il faut beaucoup plus de salariés
    Pour cela :
    * il faut du travail
    * il faut des usines
    * il faut des grands travaux d’infrastructure
    Pour ce faire, il faut de l’argent
    et là c’est le drame !
    en effet :
    * les banques ne prêtent plus d’argent
    * les banques n’ont plus le droit de prêter de l’argent
    * il n’y a plus de banques nationales
    pourquoi ?
    c’est interdit par la BCE et les traités européens et les chefs d’état n’ont aucun pouvoir .....
    Ils sont faibles de par leur fonction !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 février le monde
en devenir

Don rapide