Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique

Bassam Tahhan dénonce la guerre contre la Syrie : « Nous revoilà Saladin ! »

visites
505

Intervention de Bassam Tahhan, lors de la Conférence internationale de l’Institut Schiller du 22 novembre 2012 à Floersheim, Allemagne.

Vidéo et texte intégral de son discours.

Résumé

Pour Bassam Tahhan, la guerre menée aujourd’hui par l’Occident contre le Moyen-Orient est une vraie croisade. Mais pas uniquement ; cette guerre illustre la fin du monde unipolaire que les Etats-Unis tentèrent d’imposer à la chute du mur de Berlin. Aujourd’hui, qui gagnera la bataille de Syrie gagnera la première bataille d’un monde redevenu bipolaire, où l’Occident sent bien qu’il est en train de perdre la main et qu’il faut de vraies guerres pour s’imposer à la Russie, à l’Iran et à leurs alliés.

Bassam Tahhan décocha ces flèches les plus virulentes contre la France, revenue à ses vieux démons des Croisades, mais aussi au partage de la région sous les accords Sykes-Picot. Connaissez-vous le général Gouraud ? a-t-il lancé à la salle. C’est lui qui a conduit la conquête de la Syrie dans les années 1920. A la tête des troupes françaises, il a bombardé et occupé Damas, alors que ce pays venait d’élire démocratiquement un parlement qui projetait la création d’un Etat qui représenterait tout le Proche-Orient. Et devant la tombe de Saladin, un grand symbole pour les Arabes car c’est lui qui libéra Jérusalem des croisés, il s’est écrié : « Nous revoilà Saladin ! » Une référence on ne peut plus directe aux Croisades.

Si nous continuons le parallèle, ce sont tous les chrétiens, toutes les minorités du Proche-Orient qui sont menacées. Pourquoi ? Parce que la politique occidentale joue la carte de l’orthodoxie ultra-sunnite contre les chiites qui, à mon sens, sont porteurs d’un message révolutionnaire, en tant que minorité qui a été persécutée à travers l’histoire. On nous dit que le Pape devrait s’excuser auprès des musulmans en raison des croisades. Honnêtement, s’il devait s’excuser, c’est auprès des chrétiens d’Orient, car c’est après les croisades que la majorité d’entre eux ont été convertis de force à l’islam. Les chroniqueurs rapportent aussi qu’à la prise de Jérusalem, les croisés étaient fiers de voir le sang arriver jusqu’en haut des pattes de leurs chevaux. Et qui avaient-ils massacré ? Les chrétiens et les juifs de Jérusalem !

Bassan Tahhan a, dans ce contexte, fustigé la France pour avoir trahi la politique « arabe » de De Gaulle, dont l’inspiration venait surtout de François 1er. Pour prendre l’Empire Habsbourg à revers, François 1er s’allie aux Turcs et signe avec Soliman le Magnifique le traité des Capitulations. Ce traité accorde aux Français des conditions préférentielles pour commercer avec l’Empire turc et confie à François 1er la protection des lieux saints et la sauvegarde de toutes les minorités.

Pour finir, Bassam Tahhan profita de son intervention en Allemagne pour tenter de remuer le seul pays occidental qui ait refusé de prendre part à la guerre contre la Libye, pays que les analystes disent traversé actuellement par un fort courant pacifiste. « L’Allemagne est un pays important. Il faut qu’elle se décomplexe de la Deuxième Guerre mondiale et se donne les moyens de sa puissance économique. Je ne vois pas pourquoi elle n’est pas représentée au Conseil de sécurité mondiale. Nous sommes en train de construire un nouveau monde. »

Contactez-nous !