Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 19 janvier - Radio S&P 19 janvier 2017 - L’UE est morte, vive l’Europe ! Lire Flash : 18 janvier - JC2017 : je comprends la colère du port du Havre Lire Flash : 18 janvier - JC2017 : Rendre la vaccination contre la grippe de nouveau obligatoire chez les personnels de santé Lire
Accueil Orientation stratégique Communiqués
Communiqués

Sauver le Rwanda et l’Afrique

visites
704
commentaire

Cette déclaration a été faite le 27 novembre par Jacques Cheminade, candidat à l’élection présidentielle de 2007 en France.

Le rapport du juge Bruguière sur les événements qui se sont déroulés au Rwanda en 1984 confirme ce que nous avons toujours dit, ici en France comme aux Etats-Unis.

Paul Kagamé a directement organisé l’attentat contre l’avion du président du Rwanda, Juvenal Habyarimana, créant ainsi les conditions du génocide perpétré par les hutus contre les tutsis.

Paul Kagamé a organisé le massacre des hutus réfugiés plus tard en République démocratique du Congo.

Il est vrai que le génocide des hutus contre les tutsis avait été lui-même préparé bien avant 1984, notamment par les programmes de la radio Mille collines, et que le gouvernement de François Mitterrand n’avait alors pour ainsi dire rien fait afin de s’opposer à cette terrible dérive.

Cependant, Yoweri Museveni, le président de l’Ouganda, et Paul Kagamé ont eux-mêmes, avec l’appui des services de renseignement anglo-américains, tablé sur la mort de leur propre peuple tutsi, pour trouver un prétexte à leur prise de pouvoir à Kigali.

La conclusion de cette atroce histoire est simple : il faut recréer en Afrique les conditions du développement économique, social et culturel, pour que les guerres de religion et les massacres inter-ethniques n’aient plus de base à partir de laquelle se développer et s’étendre.

Après ce que nous avons fait, ou ce que nous nous sommes abstenus d’empêcher de faire, au Rwanda, notre devoir est plus que jamais d’offrir à l’Afrique la voie du co-développement et de la défendre de tout pillage, d’où qu’il vienne.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide