Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

AccueilOrientation stratégique
Brèves

Conférence d’Eupatoria : l’Initiative de défense terrestre, vecteur d’une reprise économique mondiale

visites
1147
commentaires
JPEG - 115.4 ko

Lors d’une conférence internationale du 3 au 7 septembre dans la ville portuaire ukrainienne Eupatoria, deux jeunes associés de l’économiste américain Lyndon LaRouche ont présenté la perspective commune entre grandes nations d’une Initiative de défense de la Terre (IDT) comme locomotive scientifique pour relancer l’économie mondiale.

Comme l’a montré le programme Apollo, tout véritable programme à vecteur scientifique engendre non seulement un profit financier net, mais encore plus un type de croissance économique dont la valeur est incommensurable avec le coût encouru pour réaliser cette croissance.

La conférence était organisée par un certain nombre d’organisations russes, ukrainiennes et internationales, avec la participation de scientifiques originaires de Russie, d’Ukraine, du Kazakhstan, de Biélorussie, d’Allemagne et du Canada.

JPEG - 54.1 ko

Benjamin Deniston et Jason Ross, du LaRouche political action committee (LPAC), étaient les seuls représentants des Etats-Unis. Les discussions ont porté avant tout sur l’activité des International Global Monitoring Aerospace System (IGMASS).

L’IGMASS, concept qui a vu le jour il y a quelques années, a pris une nouvelle dimension grâce à la proposition d’IDT faite par la Russie en automne dernier. Il prévoit une collaboration directe entre les Etats-Unis et la Russie à la fois sur des systèmes de défense antimissile et sur la défense de toute notre planète contre les menaces que représentent les futurs impacts de comètes et d’astéroïdes.

Il se propose de devenir une organisation intégrant les différents systèmes de surveillance aérienne, terrestre et satellitaire, qui existent déjà dans le monde ou seront créés, afin d’assurer une capacité unifiée en temps réel pour surveiller toute la planète et les régions environnantes de l’espace et de prévenir contre toutes sortes de menaces pour la vie sur Terre.

L’IGMASS se distingue de la plupart des autres systèmes en privilégiant les signes précurseurs d’un désastre, qu’il soit naturel ou humain. L’accent est donc mis sur la prévision.

Dans leurs interventions, Ben Deniston et Jason Ross ont soulevé les principes fondamentaux du progrès scientifique et de la croissance économique, et les types de programmes à vecteur scientifique qui contribueront le plus à défendre l’humanité contre les menaces provenant de l’espace, tout en générant la croissance économique. Le concept clé est la densité de flux d’énergie : la prochaine révolution dans l’exploration spatiale sera forcément associée aux systèmes de propulsion par fission et fusion nucléaires. La fusion n’est pas une simple source d’énergie, elle permet à l’homme de passer à une nouvelle plate-forme économique.

Dans ce contexte, le développement de la propulsion nucléaire pour les fusées spatiales et leur utilisation pour une défense de la Terre contre les menaces d’astéroïdes ont été abordés par les scientifiques russes S.S. Sagitovitch Saitgaraiev, du Centre de fusée d’Etat Makayev, et Anatoli Koroteiev, du Centre de recherche Keldich.

Le discours d’ouverture a été prononcé par Anatoli Perminov, ancien dirigeant de l’Agence spatiale fédérale russe et président du Comité international sur la mise en œuvre du projet IGMASS.

D’autres participants à l’IGMASS ont présenté des progrès encourageants dans le travail sur les signes précurseurs de séisme, notamment sur un projet pilote appelé ES SFM, mené au Centre de recherche sur la surveillance de la Terre à Moscou. N.N. Novikova, L.N. Doda et S. Poulinets ont présenté différentes méthodologies, toutes fondées sur la surveillance et l’analyse multi-paramètrique.


Le rapport de conférence est disponible en anglais ici.


Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 26/09/2012 - 00:51

    Benjamin Deniston et Jason Ross, du LaRouche political action committee (LPAC), étaient les seuls représentants des Etats-Unis.

    Bravo à eux deux ....
    Bravo aux idées de LaRouche qui se répandent dans le monde

    Répondre à ce message

  • edith • 25/09/2012 - 15:13

    Voilà une très bonne initiative ,si cela pouvait être dans tous les domaines ce serait le paradis à condition que les médias en parlent pour remonter le moral des populations .
    Les hommes politiques de l’europe de l’ouest sont complétement incultes ,ils n’essayent même pas de comprendre toutes les erreurs qu’ils font et surtout ils ne s’interressent qu’a leurs égos et aux avantages que leurs fonctions procurent, Le service altruiste ils ne connaissent pas du fait de l’éducation minimaliste ,excluant la remise en question ,qu’ils ont reçu. heureusement les Russes ont compris et agissent en conformité avec le futur ,prenons exemple sur eux et retrouvons un dialogue Platonicien à tous les coins de rue Glass-steagall et bretton woods vite j’en ai assez de cet esclavagisme dont nous sommes tous responsables !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide