Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Orientation stratégique

Helga Zepp-LaRouche : la Nouvelle route de la soie, c’est l’espoir d’une paix mondiale

visites
878

L’agence de presse chinoise Xinhua a publié le 7 août un article rédigé à partir d’un entretien avec Helga Zepp-LaRouche il y a quelques mois en Allemagne, sur son long combat en faveur du développement économique du continent eurasiatique et du monde en général. L’article, publié en chinois sur Xinhuanet, a été repris en anglais et en chinois par plusieurs autres sites et dans plusieurs autres publications. Voici une traduction française.

PNG - 139.1 ko

« Tout comme l’ancienne Route de la soie, la Ceinture économique de la Route de la soie n’est pas seulement capable de rassembler les gens autour d’un projet économique mais aussi de stimuler les échanges culturels et autres types d’échanges entre les peuples, devenant ainsi un concept de paix entièrement nouveau pour le 21e siècle », affirme Helga Zepp-LaRouche, fondatrice de l’Institut Schiller, un groupe de recherche et de réflexion sur les questions politiques et économiques internationales.

Depuis plusieurs années maintenant, Mme LaRouche et l’Institut Schiller, qu’elle a fondé, a appelé avec persistance à la création d’un Pont terrestre eurasien ainsi qu’un pont terrestre mondial, et lorsque la Chine a annoncé sa proposition pour une Ceinture économique de la Route de la Soie, Mme LaRouche a été emballée par l’idée. Il a quelques jours à Wiesbaden, la capitale du länder allemand de la Hesse, nos journalistes l’ont interrogée.

« Je suis très contente, car c’est exactement ce dont le monde a besoin aujourd’hui. Vous savez, avec la structure économique actuelle, plusieurs pays souffrent de la misère, et la Nouvelle route de la soie offre au monde une occasion rêvée pour changer cette situation. »

Telle que LaRouche et ses collègues l’envisagent, la Nouvelle route de la soie n’est pas seulement une liaison pour les transports reliant l’Europe et l’Asie, elle a une signification beaucoup plus profonde.

« Je crois que la Nouvelle route de la soie ne devrait pas être simplement limitée à l’Asie centrale, que le concept de Route de la soie peut éliminer la pauvreté et changer le monde. »

Mme LaRouche a visité la Chine une première fois au début des années 1970 et en 1996 à nouveau, pour assister à une conférence. Cette année, en visite en Chine, elle pris le train à grande vitesse entre Beijing et Shanghaï. Elle a été ébahie par le développement économique qui s’est présenté à ses yeux. Elle confie à nos journalistes : « Ces changements n’ont aucun précédent. Je n’ai jamais vu un pays traverser une période de développement comme celle-ci », a-t-elle dit avec un profond signe d’étonnement. « Beaucoup de pays dans le monde ont urgemment besoin de connaître une transformation comme celle qu’a traversée la Chine. » LaRouche croit que la Nouvelle route de la soie représente, dans la situation internationale actuelle, le concept gagnant-gagnant de coopération entre les pays pour la réalisation de leur développement mutuel.

En mai de cette année, le Premier ministre chinois Li Keqiang avait mentionné lors de sa visite en Afrique que la Chine et l’Afrique coopéreraient pour la construction de chemins de fer à grande vitesse, d’autoroutes et d’aéroports civils en tant que trois principales composantes d’un réseau de transport intégré. A propos de ce projet, Mme LaRouche a déclaré : « Ceci illustre plus profondément la philosophie sur laquelle repose la Nouvelle route de la soie. Il s’agit de savoir comment mettre en œuvre une vision pour le prochain stade d’évolution de l’humanité. Le monde entier a besoin de construire des infrastructures, jusqu’à ce que tous les pays puissent en bénéficier. »

Mme LaRouche croit par ailleurs que dans le cadre de la Nouvelle route de la soie, on peut préparer et concevoir un plan pour un nouvel ordre économique capable de surmonter les conflits ethniques et historiques et au sein duquel tous les pays participants peuvent trouver y trouver leur compte.

La Nouvelle route de la soie apporte un espoir à l’économie mondiale et offre simultanément, aux pays confrontés au terrorisme et à d’autres problèmes similaires, un plan pour les aider à résoudre ces problèmes. Mme LaRouche affirme que pour éliminer le terrorisme et l’addiction aux stupéfiants, il faut concevoir un plan de développement économique sérieux. Si vous montrez aux gens qu’ils peuvent obtenir un meilleur niveau de vie en travaillant ensemble, la nature résoudra le problème du terrorisme.

Mme LaRouche voit bien que des pays et régions différents font face à des problèmes différents dans le monde, et les conflits régionaux sont capables d’exacerber les tensions jusqu’au point de conduire le monde à la guerre générale. Il faut par conséquent créer une plateforme de développement économique qui soit conforme à l’intérêt commun de la civilisation humaine.

« La Nouvelle route de la soie est en ce sens la plus importante initiative de paix dans le monde  », a-t-elle conclu. Mme LaRouche en appelle aux peuples pour qu’ils abandonnent la notion dépassée et rassie affirmant que certains pays sont condamnés à rester pour toujours dans la pauvreté tandis que d’autres seront toujours riches et prospères, et a appelé à la création d’un nouvel ordre mondial où tous les peuples seront en mesure d’accéder à un niveau d’existence digne. « Je pense que la Nouvelle route de la soie est exactement ce dont le monde a besoin pour aider les gens à réaliser cet objectif », a-t-elle déclaré.

Contactez-nous !