Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Urgence attentats de Paris : Obama doit déclassifier les 28 pages !

La rédaction
visites
1395
JPEG - 23.1 ko

Le 8 janvier 2015, au lendemain des attaques sanglantes contre Charlie Hebdo à Paris, nous avons publié sur ce site les propos de plusieurs députés américains de premier plan prononcés lors d’une conférence de presse à Washington. (vidéo au bas de cet article).

Pour éviter de nouveaux attentats, disaient-ils alors à la presse mondiale, l’Administration doit déclassifier enfin les 28 pages du rapport de la Commission d’enquête conjointe du Congrès, documentant le rôle de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

Le principal invité à cette conférence de presse, prévue depuis quelque temps déjà, était l’ancien sénateur démocrate Bob Graham, qui avait co-dirigé la Commission d’enquête conjointe du Congrès. Dans ses remarques, Graham avait insisté sur le fait que le refus d’Obama de lever le sceau du secret sur ces 28 pages constitue d’abord un déni de justice et d’accès à la vérité pour les victimes, les familles des victimes et l’ensemble du peuple américain, et a pour effet d’affaiblir la sécurité nationale des États-Unis.

Le sénateur avait souligné :

Je vais insister aujourd’hui sur le fait que la non-publication [de ces 28 pages] constitue bel et bien une menace à la sécurité nationale, et nous venons d’en avoir un autre exemple, aujourd’hui, à Paris (attentat contre Charlie Hebdo).

Voici quelques faits : Les Saoudiens savent ce qu’ils ont fait. Il s’agit de personnes qui ne sont pas inconscientes des conséquences des actions de leur gouvernement. Ensuite, les Saoudiens savent que nous savons ce qu’ils ont fait ! Quelqu’un au sein de notre gouvernement a lu ces 28 pages, quelqu’un au sein de notre gouvernement a lu tous les autres documents qui ont été censurés jusqu’ici. Et les Saoudiens le savent.

Que pensez-vous de ce que serait leur position, s’ils savaient ce qu’ils ont fait, et savaient que les Etats-Unis savaient ce qu’ils ont fait, observant que les États-Unis ont adopté une attitude de passivité, voire même d’hostilité, contre l’idée de laisser ces faits parvenir jusqu’au public ? Que ferait le gouvernement saoudien dans ces circonstances, qui sont précisément celles que nous avons vues, depuis plus d’une décennie ?

Et bien, ils ont maintenu, et même accru leur soutien à l’une des formes les plus extrêmes de l’Islam, le Wahhabisme, à travers le monde, en particulier au Moyen-Orient. Ensuite, ils ont soutenu la ferveur religieuse, par des moyens financiers ou autres, des institutions qui ont propagé ces formes extrêmes d’Islam. Ces institutions comprennent des mosquées, des madrassas, et des moyens militaires. Al Qaïda était une créature de l’Arabie saoudite ; les groupes régionaux tels que al-Shabaab sont dans une large mesure des créatures de l’Arabie saoudite ; et aujourd’hui, l’Etat islamique (EI) est leur dernière créature ! (...)

Ainsi, la conséquence de notre passivité à l’égard de l’Arabie saoudite est que nous avons toléré cette succession d’institutions, violentes, extrêmes, et extrêmement dangereuses pour le Moyen-Orient, et une menace pour le monde, comme nous l’avons vu ce matin à Paris.

Il est donc clair que si Obama souhaite vraiment, comme il continue à l’affirmer, « être solidaire avec la France » (qu’il a décrite comme l’un des plus anciens et des plus proches alliés des États-Unis), il doit mettre fin à sa lâcheté et faire en sorte que le contenu de ces 28 pages soit publié aujourd’hui même.

Extrait de la conférence de presse du 7 janvier sur les 28 pages :

NB : S’ils ne s’affichent pas, vous pouvez activer les sous-titres français avec le bouton en bas à droite du lecteur.

La conférence de presse, filmée en exclusivité par le Comité d’action de Lyndon LaRouche (LPAC), est disponible en intégralité en anglais : http://youtu.be/sy97uKT6hjE

Contactez-nous !